Alfa Romeo : scoop, le plan produit jusqu’en 2028 !

Illustration Italpassion

La relance d’Alfa Romeo est en marche. Jean-Philippe Imparato l’avait annoncé lors de la prise de commande de la marque, le plan produit est validé et financé, jusqu’à 2030, avec un nouveau modèle par an. Si grâce aux nombreuses déclarations officielles, il était acquis qu’après le Milano, il y aurait un Stelvio, puis une Giulia. La suite est plus mystérieuse… jusqu’à aujourd’hui.

Si on a longtemps pensé qu’il y aurait un E-SUV, un GTV ou même un duetto, c’est un autre nom d’Alfa Romeo qui va revenir après la Giulia et qui fera plaisir aux alfistes : une Giulietta ! En effet, selon un document que nous avons pu consulter, c’est bien la compacte qui fera son retour chez Alfa Romeo, suivi d’un nouveau Tonale.

Publicité
ModèlePlateformeMotorisationLancement
Alfa Romeo MilanoCMPélectrique / hybride2024
Alfa Romeo StelvioSTLA Largeélectrique2025
Alfa Romeo GiuliaSTLA Largeélectrique2026
Alfa Romeo GiuliettaSTLA Mediumélectrique2027
Alfa Romeo TonaleSTLA Mediumélectrique2028

Alfa Romeo Milano – 2024

L’Alfa Romeo Milano que tout le monde connait déjà, ou presque, est le modèle phare de la relance de la marque italienne sous la direction de Stellantis. Doté de la plateforme CMP, la Milano sera proposée en hybride léger et en 100 % électrique. La puissance de la version électrique sera probablement de156 ch, avec une version plus haut de gamme sportive autour des 240 ch.

C’est aussi le modèle qui marquera le nouveau style d’Alfa, sous la direction d’Alejandro Mesonero-Romanos. Rendez-vous en avril 2024 pour sa présentation, juin 2024 pour les essais et septembre 2024 pour l’arrivée dans les concessions.

Publicité

Alfa Romeo Stelvio – 2025

L’actuel Alfa Romeo Stelvio, lancé en 2016, laissera sa place à une nouvelle version 100 % électrique, sur une plateforme STLA Large. Ce sera un SUV de segment D, dans la même lignée que le style du Milano.

Rien n’a fuité concernant la puissance mais il se dit qu’il pourrait y avoir plusieurs versions, 250 kW (340 ch), 400 kW (540 ch) et 600 kW (815 ch). La version la plus puissante arriverait un peu plus tard.

Publicité

Alfa Romeo Giulia – 2026

Après le SUV, la berline Giulia. L’actuelle de 2015 laissera place à une nouvelle 100 % électrique, toujours sur une plateforme STLA Large. Au niveau du design, deux sources différentes nous ont confirmé qu’il ne s’agira pas d’une berline classique mais plus d’un crossover fastback un peu comme la Peugeot 408. Attention, ce ne sera pas une Peugeot 408 puisque cette dernière n’est pas sur STLA Large (et pas sur STLA du tout), mais c’est pour donner une idée du look.

Au niveau des motorisations, nous retrouverons des éléments similaires du Stelvio.

Publicité

Alfa Romeo Giulietta – 2027

Et voici la surprise pour 2027, le retour de la Giulietta. Et oui, Jean-Philippe Imparato avait annoncé il y a peu qu’Alfa Romeo ne serait pas une marque de SUV. Donc après un Milano, un Stelvio et une Giulia crossover fastback, une compacte est la bienvenue.

Pour le moment peu d’information à son sujet à part qu’elle sera sur STLA Medium et donc en architecture 400V, avec une puissance pouvant aller de 160 kW (217 ch) à 285 kW (387 ch), en traction ou 4 roues motrices et une longueur entre 4,3 et 4,9 m.

Publicité

Alfa Romeo Tonale – 2028

Dernière surprise, un nouveau Tonale en 2028. Lancé en 2022, l’actuel Tonale aura une carrière très courte. Mais cela n’est pas vraiment étonnant. Souvenez-vous du From 0 to 0 annoncé par Jean-Philippe Imparato, l’actuel Tonale, doté d’une ancienne plateforme, ne pourra pas évoluer en 100 % électrique et n’est donc pas compatible avec la stratégie Alfa Romeo. De plus il ne correspondra pas au nouveau style Alfa Romeo. Sa carrière pourrait même se terminer dès 2027. Un « bastardo » comme on le surnomme ici puisque l’actuel Tonale est finalement un modèle bloqué entre l’époque FCA et Stellantis.

Et après 2028 ?

Une compacte, 3 SUV et un crossover, il reste encore 2 modèles mystères pour Alfa Romeo. Pourquoi pas, cette fois-ci un grand E-SUV selon les résultats de la marque en Chine et aux USA, une berline coupé GTV, ou une grande berline Alfetta, ou le spider en édition limitée. Mais cela reste de la spéculation.

Publicité

21 Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Une Giulietta de…. 4.9m… c’est la longueur d’une Maserati???
    Elle serait plus grande que la Giulia actuelle et serait quasiment aussi longue qu’une Ghibli???
    C’est plus une compacte cela.😖

      • Ce plan produit n’a rien d’exaltant : absence de coupé, de véritable berline, calendrier bien lointain…
        Et pourtant je vous parie que la réalité sera pire encore, avec l’annulation sinon le report de certains produits, et par exemple, je parie que la Giulietta sera une 308 rebadgée (syndrome Lancia Epsilon)…

        • Comme vous dites, un calendrier long voire très long. Sachant que l’on connaît Alfa qui ont toujours des retards, donc le calendrier voir + 1 à 2 ans. En attendant, les premiums Allemands sortent des modèles à tours de bras et qui ce vendent.
          Dans les calendriers STELLANTIS ne parlent jamais de revoir les showrooms qui sont un désastre.

  2. Une gamme très généraliste où il manque ce qui fait l’esprit Alfa. Au minimum un coupé (sprint ou Gtv) ou un spider.
    Le partage des plateformes et motorisations au sein d’un groupe automobile, à notre époque, est inéluctable et règle en quelques sortes la question technique.
    C’est donc le marketing, qui repose sur l’image, qui fait toute la différence.
    L’on aurait pu penser qu’un groupe comme Stellantis brillerait en la matière en disposant avec Alfa Romeo d’une marque à l’image encore très forte (je ne parle pas d’opinions sur la production d’Alfa les 30 dernières années, mais d’enquêtes grand public sur les noms et ce qu’ils évoquent).
    Là, Stelvio, Giulia et Giulietta, évoquent certes d’excellents véhicules. Mais font-ils rêver ? Entretiennent-ils le mythe ?
    Sinon, rien que l’illustration me rappelle tant les innombrables plans produits…restés lettre morte !

  3. À croire qu’il y’a une volonté manifeste pour détruire la marque Alfa Roméo et l’industrie automobile italienne. Alfa en électrique, quelle différence avec une chinoise ou une vietnamienne qui va bientôt débarquer ?? L’électricité dans les autos c’est déjà un énorme fiasco !

    • La décision de passer au tout électrique n’est pas une volonté d’Alfa ni de Stellantis mais plutôt une contrainte imposée par l’UE.

      Il y a peut-être effectivement une volonté de la part de l’UE de tuer l’industrie automobile européenne .

  4. C’est reparti pour les folles espérances… Au moins la direction a compris qu’avoir une (véritable) compacte était une priorité. La Giulietta pour être une « vraie » Alfa doit être une propulsion, et/ou une intégrale mais absolument pas une traction. Elle sera électrique, donc devra bénéficier d’une batterie d’au moins 60kWh utiles pour effectuer 300kms sur autoroute sans stress. Stellantis parle dans son communiqué de « matériaux légers et rigides », à voir ce qu’il en sera dans les faits. S’ils pensent à placer la trappe du bon côté et à un frunk on aura fait un sacré bond en avant…

    • Les compactes BMW , Mercedes et Audi ( reines du marché du segment premium que avise AR ) sont toutes à traction avant et/ou 4×4. Ces marques étaient exclusivement en propulsion sauf Audi.
      Les „vraies „ Alfa de la 155 à la 159 et jusqu’à l’avènement de Giulia étaient toutes des traction avant.
      Dans les années 70 AR avait déjà dans sa gamme une certaine Alfasud, traction avant , qui a été le modèle le plus vendu de la marque depuis sa fondation.

  5. L’électrification totale de la gamme ressemble à un pari. Soit ça prendra, soit on assistera à la disparition d’Alfa Romeo.
    Il serait tellement plus logique de passer par l’hybridation, comme le fait Ferrari.

  6. Pourquoi travestir la Guilia en crossover électrique ? Il n’y a que Stellantis pour s’obstiner dans cette voie, la neo-berline on a vu que ça donné lol

  7. Si la Guilia devient un crossover je ne vois pas le risque de cannibalisation avec la Quattroporte qui devait sortir en 2025, les raisins de son annulation paraissent bien fumeuses…

  8. Plan produit intéressant à mon gout. Juste le Milano que je n’attend pas spécialement comme une révolution. Ce type de gabarit n’a pas sa place chez Alfa selon moi et je m’attend à être déçu…

    Concernant le duo Giulia/Stelvio j’ai hâte. C’est juste dommage ne pas servir en guise de baroud d’honneur de la motorisation thermique avant la fin de ces motorisations. La STLA Large permet pourtant cette configuration, mais à priori en Europe cela ne devrait être que de l’électrique…

  9. On croise les doigts pour une berline compacte. Après notre 3ème giulietta , on a vraiment du mal à succomber aux sirènes SUV et du coup lâcher la marque italienne .
    Autres choses à faire évoluer aussi chez alfa et vite , c’est vraiment le sav car chez nous en région stephanoise c’est vraiment minable.

  10. Les Alfa sportives et agiles sont mortes, le style avec probablement.
    Imposer le tout électrique est suicidaire.
    Et Alfa n’est déjà pas capable de garantir les pièces détachées, ça va aussi écourter la vie des pourtant excellents Giulia et Stelvio. Qui voudrait d’une voiture difficilement réparable?

  11. Bonjour, j’ai aimé rouler avec la sprint véloce, la 33 1,5 ie, la 155 2l twin spark, la 156 1,9 jtd, d’autre modèle que j’aurais aimé aussi rouler avec comme la GTV, la GT, la 164 la 166, la bréra, la 159, la guilla et dommage qu’il n’ont pas sortie une 168, les nouveaux modèles sont totalement différentes j’ai beaucoup de mal avec les suv car ils sont trop hauts pour la tenue de route, sa doit être moins bien que les berlines compactes et routières qui ont une prise aux sol excellente contre le vent n’est-ce-pas .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *