Essai Alfa Romeo Junior Veloce 280 ch : mon avis d’Alfiste va vous surprendre

Note : si vous considérez les voitures électriques comme des aspirateurs, ne lisez pas cet essai.

Une nouvelle Alfa Romeo est toujours un événement, car jusqu’à aujourd’hui, ce n’était pas souvent ! Une 4C, en 2013, Giulia en 2015, Stelvio en 2016, et Tonale en 2022. La Junior, en 2024, est le premier modèle 100 % né du groupe Stellantis. Et je tenais absolument à essayer pour les lecteurs de ce site la version la plus puissante de ce nouveau modèle, la Junior Veloce 280 ch électrique.

Publicité

Je ne vais pas revenir en détail sur l‘intérieur de la voiture ou le design extérieur, vous pouvez lire mon article datant de la présentation de la voiture à Milan, du temps où elle s’appelait Milano, pour avoir mon avis. Néanmoins, en rouge, en noir, en finition Veloce, la voiture affiche un look très sport. Il est peut-être juste dommage de ne pas avoir plus de différences visuelles à l’intérieur comme à l’extérieur entre la Veloce 156 ch et 280 ch. C’est déjà quelque chose que je reprochais au Tonale Veloce MHEV 160 ch et Veloce PHEV 280 ch, alors que la différence de prix est très importante. Pour mon goût personnel, avec un scudetto Leggenda, et sans les feux matriciels / Matrix LED, l’avant de la Junior est plus intéressant.

Scudetto Leggenda à gauche, Scudetto Progresso avec feux Matrix LED à droite

Pour faire cet essai, Alfa Romeo m’a invité au paradis des alfistes, le circuit de Balocco. Un lieu emblématique de la marque où il est possible d’apercevoir sur les parkings des voitures de développement comme des 4C, 124 Spider, mais aussi des Abarth, Jeep et Maserati. Autre point intéressant qui m’a été rapporté par le head of product de la Junior, le circuit de Balocco est aussi beaucoup utilisé par Maserati et Ferrari. La marque au Cheval Cabré préfère la piste de Balocco pour développer ses modèles, la piste de Fiorano servant plus pour la communication. Durant cette journée d’essai j’ai donc croisé des Maserati Folgore, Ferrari 12 Cilindri, Ferrari SF90 et Ferrari 250, toutes camouflées, en train de faire des essais sur piste. Des étoiles pleins les yeux.

Publicité

Le circuit de Balocco est aussi le lieu d’Autodelta, un préparateur automobile mythique qui a donné naissance à de belles Alfa Romeo de course. Je n’en verrai pas plus qu’une affiche sur un mur, mais cela ajoute une atmosphère authentique à l’ambiance de la journée.

Avant de commencer les essais, je tiens à remercier les personnes d’Alfa Romeo qui ont été disponibles et accessibles pour échanger et répondre à mes questions, le head of product Alfa Romeo, head of product Alfa Romeo Junior (avec qui j’avais déjà pu discuter à Milan en avril dernier), et le responsable performance. Tous des italiens passionnés et fiers de travailler pour Alfa Romeo.

Publicité

S’en est suivie une conférence de presse où chacune des personnes ont présenté la Junior Veloce 280, un modèle encore non homologué, en finalisation de développement, qui sera disponible sur le marché fin 2024. Le head of product Alfa Romeo, Daniel Guzzafame, axe sa présentation sur la cible de cette voiture, une nouvelle génération d’Alfistes, et aussi ceux qui ne sont pas des « amateurs de voitures ». Quant au responsable performance, Domenico Bagnasco (qui a travaillé sur les 4C, 8C, Giulia GTA), il explique ce qui fait la différence : le poids, environ 200 kg inférieur à la concurrence, les suspensions rabaissées de 25mm, barre anti-rouli, travail de la direction qui est la plus directe du segment, l’accélération, un freinage performant avec des disques de 380 mm qui promettent d’arrêter la Junior lancée à 100 kmh en 35 mètres.

Alfa Romeo Junior – avant
Alfa Romeo Junior – arrière

D’ailleurs un des points intéressants que je pourrais tester par la suite, le mode brake de la voiture (qui permet à celle-ci de se recharger en freinant seule), a une sensibilité différente en mode dynamique, afin de donner la sensation d’un frein moteur. Du coup dans ce mode, il n’y a qu’en freinant qu’il y a de la régénération d’énergie.

Publicité

Autre point très intéressant, c’est l’introduction d’un différentiel à glissement limité de type Torsen, situé sur l’essieu avant, qui a pour but de moduler le couple sur les roues motrices en fonction des conditions de conduite. Un système déjà vu sur une certaine Alfa Romeo 147 Q2 en 2006. Il s’agit ici d’une exclusivité Alfa Romeo dans le groupe Stellantis, appelé TorSen D.

Alfa Romeo Junior – Torsen
Alfa Romeo Junior – Torsen – Photo italpassion

Concernant le moteur, alors qu’il était prévu en 240 ch, le Junior passe finalement à 280 ch ! De ce que j’ai compris, il s’agit toujours du moteur eMotors M4, mais ici en version M4+ (nom non officiel), qui délivre 280 ch de puissance pour un couple de 345 Nm, et monte à 15 200 tr/min. Ce serait un moteur développé pour Alfa Romeo, conjointement entre Alfa Romeo Engineering et eMotors (qui au final va se retrouver chez Lancia et probablement chez Abarth). La batterie de 54 kWh serait aussi de dernière génération, compacte, sans que j’en sache vraiment plus.

Publicité
Alfa Romeo eMotors M4+ – Photo Italpassion
Alfa Romeo eMotors M4+ – Photo Italpassion

Après tout ce teasing, voici enfin le moment venu de l’essai. Toutes les personnes sont invitées à prendre possession du Junior qui leur est attribué. Me concernant, ce sera une Junior blanche. Pas ma couleur favorite, un look trop stormtrooper, mais qu’importe, je suis ici pour essayer la voiture sur circuit, pas pour prendre de belles photos (en plus je suis mauvais photographe). Monté à bord, je règle le fameux siège baquet Sabelt, très enveloppant et confortable.

Photo italpassion
Photo italpassion
Photo italpassion

L’excitation monte d’un cran. Nous allons suivre par petit groupe de voitures une Giulia Veloce 280 ch sur le parcours de 20 km du circuit de Balocco !

Publicité

Premières impressions, le siège Sabelt, le volant alcantara, le mode dynamique passe tout le tableau de bord avec une couleur rouge dominante, on est dans l’ambiance. Des palettes en alu derrière le volant auraient été du plus bel effet, pour, par exemple, permettre de régler puissance de régénération. La Junior n’a pas un son artificiel omniprésent. Contrairement à une Abarth 500e, une Hyundai Ioniq 5 ou encore une BMW i4 (avec un son orchestral de Hans Zimmer), le son artificiel de la Junior est sobre et se fait rapidement oublié. Un choix de la part de la marque. Arrivé à 40 km/h, la direction est ferme, semble précise, derrière le groupe, j’essaie de chauffer les pneus comme avant le départ d’une course de F1, les amortisseurs sont très fermes et en effet lorsque je relâche l’accélérateur, on a une sensation d’un frein moteur « naturel ». Les sensations des premières secondes sont bonnes et je sens qu’il y a de la puissance en réserve sous la pédale d’accélérateur.

Photo italpassion

C’est parti, de la même manière qu’un départ sous safety-car, la Giulia Veloce 280 ch met les gaz très fort et notre petit groupe de Junior Veloce 280 ch accélère aussi fort comme si nous allions devoir gagner des positions au premier virage. Je dois avouer que c’est déjà très grisant, le 0 à 100 km/h est annoncé en 5,8 sec, la voiture fait 1590 kg, c’est beaucoup moins que le Tonale, c’est moins qu’un Stelvio, et à peine plus qu’une Giulia, et ça se ressent ! C’est à mon avis, à ce jour, le défaut de beaucoup de voitures électriques qui sont trop lourdes, impactant négativement l’efficience et la dynamique de conduite.

Publicité

Pause, je précise deux points importants pour cet essai. Le premier, j’ai eu une Giulia pendant 3 ans (extraordinaire voiture, achetez-en une), j’ai pu essayer les Giulia 280 ch et Stelvio 280 ch durant une courte durée, j’ai pu conduire une Giulia Quadrifoglio lors d’un trackday (boite manuelle pour les amateurs), j’ai une bonne mémoire de ce que peuvent offrir ces voitures. Le deuxième, j’ai une BMW i4 286 ch depuis 1 an comme voiture de tous les jours (si vous regardez mes vidéos youtube vous le savez déjà) et même s’il s’agit d’une berline et non d’un SUV compact, j’ai un bon point de comparaison puisque les puissances sont similaires.

Je reviens à l’essai. On a tous piloté fort, très fort, sur le circuit de Balocco. Les 20 km du circuit sont variés, un mélange de routes sinueuses avec des glissières de sécurité de chaque côté, et de piste avec des vibreurs. Heureusement pour moi, étant dernier du groupe, j’ai pu me permettre de le laisser filer plusieurs fois et ainsi aller presque aux limites de la voiture.

Publicité
Photo italpassion
Photo italpassion
Photo italpassion
Photo italpassion

J’avais beaucoup d’appréhension et de doute avant cet essai. Et pourtant, j’ai pris du plaisir avec cette Junior ! J’ai aimé freiner fort sans avoir peur du poids et donc de sous-virer, prendre les virages et doser l’accélérateur à la limite de la traction des roues (merci le Torsen), à faire crier les pneus (car ce ne sont pas les miens). La sensation retransmise dans la direction est bonne et permet de ne pas se laisser surprendre. Je n’avais jamais conduit de traction sur circuit, uniquement des propulsions, mais j’ai trouvé les sensations procurées par la voiture vraiment bonnes. Je pense que le poids de la voiture y est pour beaucoup, 1590 kg dans la Junior contre les 1835 kg du Tonale ou les 2065 kg de l’i4… Cela reste une base eCMP et cependant à mille lieues du comportement d’une Fiat 600 ou une Peugeot 2008. Une Junior 280 ch électrique en propulsion… ça aurait été très cool.

Photo italpassion

Oui il n’y a plus le bruit du moteur, oui il n’y a plus la boite de vitesse qui sont des ingrédients que nous avons tous connus. Et bien évidemment, cette Junior ne rivalise pas avec les Giulia et Stelvio qui resteront pendant très longtemps des références dans leurs segments respectifs.

Publicité

Je vais peut-être vous surprendre. Si je devais choisir entre l’Alfa Romeo Tonale PHEV 280 et l’Alfa Romeo Junior BEV 280 ch, je choisirais cette dernière sans hésitation : meilleure présentation intérieure, meilleur comportement routier, plus de plaisir au volant. Comme quoi, une bonne électrique peut être meilleure que certaines thermiques. Et revenons un peu arrière (sans aller jusqu’au V6 Busso), justement avant les excellentes Giulia et Stelvio. Si je devais comparer à la Giulietta 240 ch, qui était aussi une traction, en termes de dynamique de conduite, je pense sincèrement qu’elles font jeu égal. Au niveau de l’intérieur, la Junior est au-dessus. La Giulietta gardera pour elle le bruit du 1750 tbi et le comportement de la boite TCT. Et ça, sans vouloir tenter d’imiter artificiellement, c’est à ce jour difficile à compenser avec un moteur électrique.

Est-ce que cette Junior peut me séduire et me faire revenir chez Alfa Romeo ? Pour la sensation de conduite, oui, pour le prix on m’a annoncé environ 48 000 € pour la Junior Veloce 280 ch bien équipée (la iX1, segment au dessus, actuellement affichée à 47 000 € en 204 ch BEV), donc oui. Pour le design c’est très personnel, si la couleur rouge Brera est très belle, c’est, à mon goût, en noir que la Junior est la plus agréable. Les éléments noirs massifs comme le nouveau Scudetto ou la Coda Tronca sont mieux intégrés. C’est au final plus mitigé, alors qu’une Giulia ou un Stelvio sont beaux peu importe la couleurs, rouge, blanc, noir, bleu, vert… Allez en noir, en 280 ch, avec le scudetto Leggenda, des étriers jaunes, sans les feux Matrix LED, je considère l’achat

Publicité

Essai vidéo

Quelques photos

Publicité
Photo italpassion
Photo italpassion
Photo italpassion

16 Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Merci pour le compte-rendu de cet essai et pour tes impressions positives. Je vais regarder la vidéo.
    Je ne pensais imaginer un jour envisager acheter un SUV, ou une voiture électrique (en tout cas pas à court terme), et pourtant l’Alfa Romeo Junior Veloce me fera peut être changer d’avis. D’abord son design est bien, surtout en noir, ensuite si la conduite est comme la Giulietta Veloce 1750 tbi, ça doit être pas mal.

    • C’était en effet la grosse appréhension après avoir essayé le Tonale. Je suis en quelque sorte soulagé et du coup mes attentes sont grandes pour les futures Stelvio et giulia sur stla large.

  2. Excellent feedback, merci. Si seulement ils pouvaient proposer au moins de l’hybride dans un futur proche… Quand je vois les Abarth 600, Alfa Junior et autres… Y’a du potentiel. Moi qui suis à la croisé des chemins avec mon Abarth 595C (elle commence à être petite et je commence à avoir besoin de confort xD).
    De l’autre côté on a la nouvelle Prelude qu’ils annoncent hybrident, pareil pour la future MR2… Ou actuellement les GR86 et MX5. Y’a du beau monde.

  3. Merci pour ce beau reportage, les photos sont très bien ! Je suis d’accord pour la version noire, c’est clairement la seule qui rende un peu d’harmonie au design, même si un logo chromé « remplirait » un peu mieux la malle de coffre… La caisse un peu rabaissée lui fait aussi du bien et évite des passages de roues un peu vides (je trouve ça super moche). Sans Matrix LED les feux avant retrouvent un peu le style de ceux du Stelvio. Il va encore manquer de la capacité à la batterie pour en faire un modèle assez polyvalent, peut être disponible au restylage. Une version de l’intérieur en alcantara beige serait aussi du meilleur goût !

  4. J’ai vu rapidement un essai sur un autre site et l’ avis général était beaucoup moins positif sans être néanmoins dans une critique « à charge ». En gros « c’est pas mal mais… ».
    Compliqué ce Junior ! Allez j’ose dire une très belle Peugeot… »latinisée » ! 😉
    Après pourquoi pas mais pas dans cette version. A découvrir en concession à la rentrée ! 👌
    Merci pour ce reportage.

    • Lorsque j’ai discuté sur place avec certains journalistes les avis étaient plutôt unanimement positifs. Après, il faut aussi garder à l’esprit que certains journalistes sont invités à essayer plusieurs voitures par semaines (dont Porsche, lamborghini), n’aiment pas les suv, ou les voitures électriques, il y en a même un qui m’a dit qu’il trouvait dommage que ce soit pas un v6 busso… Il faut de la diversité d’opinion c’est bien. Pour ma part je fais avec mes expériences mais aussi mes goûts personnels. Parfois je regrette de lire des essais qui sont sans réelles opinions avec juste des photos presse et c’est dommage. On m’a dit que c’était parfois imposé par les directions pour ne pas se froisser avec certains constructeurs.

      • C’est tout de même une bonne surprise l’Alfa Romeo Junior Veloce, tant pour le design que pour la conduite. J’ai regardé pas mal de vidéos, et elles sont globalement très enthousiastes. A tel point que dans le futur, peut être que je me laisserais convaincre.
        Reste tout de même à connaitre son autonomie réelle en ayant le pied un peu lourd, et pas seulement à allure pépère ou en ville.

      • Entièrement d’accord avec cette réponse ! Si ce Junior trouve sa cible, probablement bénéficiera t-il de corrections suite aux retours clients (!?)

  5. Très belle analyse Alexandre. Je pense qu’il faut vivre avec son temps et ne pas toujours regarder dans le rétroviseur. Je viens pour ma part de quitter ma Giulia Estrema 2,2 L diesel Q4 210 cv contre un Tonale en 280 CV. Deux véhicule complètement different. La gueule de la Giulia ( elle était rouge ) est irremplaçable. mais le Tonale a un certain charme, marche très fort en « D » et est plutôt bien équipé. On verra si un jour je craque pour la Junior ? Allez, sur mes trois dernières Alfa, mon coeur balance plus sur mon Stelvio.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *