Fiat Panda : la 4e génération se précise !

Fiat se dirige vers une électrification à marche forcée et le Concept Centoventi, présenté en mars 2019 (déjà!) semble être la base de l’inspiration pour la prochaine Fiat Panda, dont la 3ème et actuelle génération a déjà soufflé ses 10 bougies !

Aussi, le renouvellement de ce succès très italien n’a pas droit à l’erreur et concentre visiblement les attentions de la marque au sein de la nouvelle structure Stellantis.

Grâce à Olivier François, patron de la marque Fiat, on en apprend donc davantage. Il a ainsi révélé aux journalistes britanniques d’Autoexpress que la nouvelle gamme Panda reprendrait l’esprit de celle des années 80, la célèbre boîte à malices tant vénérée et au succès indéniable. Soit un véhicule robuste, simple et économique.

Il déclare ainsi qu« il y aura un avenir pour la Panda, car je pense que c’est ce qui rend Fiat si unique. Fiat n’existe pas sans la Panda ni la 500. », ajoutant ensuite que « La dernière 500 est haut de gamme, pleine d’options et affichée à 30.000 euros, mais le jour où je présenterai la future Panda, je ferai sans doute l’inverse, avec un véhicule d’entrée de gamme à un prix incroyable. »

La future Panda IV pourrait donc se décliner en version citadine ordinaire mais aussi en version « SUVisée », un peu comme la CityCross actuelle. La plateforme devrait logiquement être la CMP de l’ex-groupe PSA, sur laquelle reposent déjà la 208 et le 2008. De quoi avoir une version électrique. Y aura-t-il une version thermique ? Pas sûr pour l’heure.

Pour rendre sa nouvelle Panda abordable, Fiat miserait sur un design minimal et des personnalisations simples. Le programme « 4U », dévoilé avec le concept Centoventi, serait de la partie. De quoi permettre aux acheteurs de choisir entre quatre personnalisations de toits, de pare-chocs, de garde-boues et de peintures, sans oublier une personnalisation du tableau de bord à l’intérieur.

A suivre, donc…

6 Commentaires

Laissez un commentaire
  1. La fusion avec Stellantis, annonce sans équivoque, une dépersonnalisation et une perte d’identité des marques italiennes du groupe Fiat. Que les plateformes soient communes, très bien… PSA sait faire des châssis de qualité. Les mécaniques italiennes, essences ou Diésel, vont quand à elles, très certainement disparaître aussi, c’est une catastrophe !!! Les Italiens ont toujours produit des moteurs performants et fiables. L’électrification généralisé de « l’automobile » est une catastrophe écologique, 10 fois plus polluant à fabriquer, très compliqué à recycler pour les batteries, un coût ahurissant pour leur remplacement, et un cycle de vie 3 fois plus court qu’un véhicule thermique… Consommateur averti de Fiat ou Alfa Roméo, je suis certain que je ne vais plus trouver un véhicule correspondant à mes besoins, et surtout à mon plaisir ! Je n’ai aucunement envie de rouler dans une auto fantomatique, un clone d’ingénierie française, ayant perdu toute la spécificité et originalité du design que seuls les Italiens savent faire, et où il y aura d’italien, plus que le logo… !!!

    • Quel diatribe ! Et bien, reconnaissez-vous la nouvelle Peugeot 308 dans la nouvelle Opel Astra ou dans la DS4 ? Voyez-vous la Peugeot 2008 dans l’Opel mokka ? Ou le Citroën C5 Aircross ressemble-t-il au Peugeot 3008 ?
      Sur chaque segment les Skoda, Seat et Volkswagen ont bien des éléments en commun et pourtant elles ne se ressemblent pas ! Doit-on laisser Alfa Roméo et Lancia en manque de nouveauté…. (sans parler de Chrysler au USA). Carlos Tavares donne une période de 10 ans aux 14 marques de Stellantis pour faire leurs preuves, ne frapons pas le round de fin de partie avant d’avoir vu comment chaque marque sera fidèle ou ne sera pas fidèle à son riche passé. Le clonage de Chrysler était utilisé par Fiat ne l’oublions pas, mais ce n’est pas l’objectif du nouveau groupe. Les gains seront dans l’utilisation de plates-formes et d’éléments non déterminant en communes, pas dans le clonage des carrosseries/cokpits/réglages train roulant….

  2. Je ne crois pas non plus à ce partage, ni à un retour de cette marque, ou plutôt je n’y crois plus.
    Et désolé, mais quand je vois une seat, une skoda, j’y vois une Audi.
    J’ai récupéré une voiture de fonction, c’est un c3 aircross plutôt bien équipé. C’est une poubelle, mal finie. 50000 km, et sans arrêt au garage.
    Je roule en Alfa depuis 30 ans, avec des 500 pour mon épouse depuis sa sortie, nous n’avons jamais eu cela avec aucun de véhicule que nous avons possédé.
    Entre l’électricité qui va faire perdre toute personnalité, les plateformes, les tablettes qui remplacent les vrais tableaux de bord, cette mode des camionnettes, l’automobile va devenir un produit standardisé. C’est foutu pour la passion, et pour les Alfa
    C’est comme ça

    • Tout-à-fait d’accord avec david31 et Hhh. Je vais garder ma petite diesel le plus longtemps possible. L’électrification n’est pas inéluctable, on en reparlera dans 10 ans. Ce n’est pas un progrès, c’est de l’idéologie

  3. Et j’ajoute encore ceci : par idéologie, j’entends bien-sûr idéologie punitive. Pourquoi ne pas faire des pavillons automobiles photovoltaïques, selon le même principe que les robots martiens ? En été ou par beau temps, le coût de la consommation sera presque nul.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.