Lancia : Ypsilon, Aurelia, Delta, la renaissance dela dernière chance

C’est dans les cartons depuis bientôt 1 an, Lancia (re)confirme aujourd’hui son plan de renaissance avec le lancement de 3 nouveaux modèles tous les 2 ans à partir de 2024.

Pour réaliser cette relance, Lancia se basera sur des modèles Stellantis déjà existants (ou qui existeront), avec un positionnement premium comme Alfa Romeo et DS. « Premium Luxe » selon le communiqué. La marque Lancia tentera de se différencier avec des matériaux innovants, un style italien et une technologie embarquée simple et intuitive…

En 2024 sera lancée la nouvelle Lancia Ypsilon, de segment B, avec un moteur 100 % électrique et hybrie. Elle sera donc une cousine de la Peugeot e-208 et de l’Opel Corsa-e.

En 2026 sera lancée un « vaisseau amiral » 100 % électrique, Aurelia. Sans en dire plus, Lancia annonce que l’auto fera 4,60m de long et permettra à la marque d’entrer dans le plus grand segment auto du moment. Peut-être une cousine de la future Peugeot e-408 (SUV coupé) devrait être dévoilée cette année ou une cousine de la Peugeot 3008, un SUV Compact.

En 2028, sera lancée la nouvelle Lancia Delta, qui, avec ses 4,40m de long, pourrait être une cousine de la future Peugeot e-308 qui doit être lancée en 2023.

Ces trois nouveaux modèles couvriront 50 % du marché européen.

Au final, avec ces 3 modèles, Stellantis va tenter de sauver une marque, qui devra être rentable pour survivre, et proposer d’autres modèles après 2028.

Pour la commercialisation de ces futurs modèles Lancia, la marque sera présente en Europe dans 60 grandes villes via un réseau de 100 distributeurs souhaite réaliser 50 % de ses ventes en ligne.

7 Comments

Leave a Reply
  1. C est particulièrement long. Même si la marque revit, cela sera avec des produits badgés « Peugeot » . Et au vu de leur problèmes actuels en terme de moteurs thermiques,la confiance ne fera que entraver les ventes…..
    Stellantis, à peine, créé a déjà une grosse épine dans le pied : Peugeot !
    Dommage pour Lancia….

  2. De ce que j’ai compris seule l’ypsilon sera proposée au départ en MHEV sinon toute la gamme sera 100 % électrique, pas de thermique donc. Pour le moment impossible de savoir quel moteur électrique sera utilisé.

    • 3 modèles c’est pas beaucoup. Mais c’est toujours mieux que le vide qu’on a connu ces dernières années.

      Hâte de voir cette Ypsilon pour qu’on sache quelle direction va prendre la marque Lancia. Espérons qu’ils ne fassent pas comme avec Opel où les Corsa et Astra sont plus ou moins des Peugeot rebadgées. Après, Lancia et Opel ne jouent pas dans la même catégorie donc on peut toujours espérer un meilleur traitement pour Lancia que pour Opel ! Une DS4 se démarque bien plus d’une 308 qu’une Astra donc tout est possible !

      • J’espère que le temps consacré – plusieurs années – leur permettra de proposer un design spécifique et en cohérence avec les modèles iconiques de la marque, sinon c’est du temps et de l’argent perdu…

        • A quoi bon ? Les écolos (qui ne représentent rien en France, à peine 4,5 pour cent de la population) ont décidé, avec la lâcheté d’une majorité au parlement européen, d’en finir avec la bagnole thermique démocratique.
          Je garde ma petite diesel qui consomme entre 3,2 et 4 litres de gas-oil aux cent kms (avec une hybridation légère on pourrait faire encore mieux), et je ne m’intéresse plus à l’automobile. Et tout ce cirque pour quoi ? Pour le climat, parait-il, sans rire. S’il y a un très léger réchauffement en ce moment, c’est parce que nous sommes dans une période interglaciaire (avec des hauts et des bas) et que la planète est surpeuplée. Il y a déjà eu déjà un réchauffement entre l’an 800 et l’an 1300 (raison pour laquelle le centre de la civilisation européenne s’est déplacé du bassin méditerranéen vers le Rhin à l’époque carolingienne), puis un petite glaciation entre 1330 et 1430, puis un nouveau réchauffement à la Renaissance, puis une nouvelle petite glaciation à la fin du 17e siècle. De toute façon, dans 10 000 ans Londres et Paris (au plus tard) seront sous la banquise, et il fera plus froid à Rome qu’à Moscou aujourd’hui. Je conseille la lecture de l’Histoire du Climat depuis l’an mil, de Leroy-Ladurie, et d’une façon plus générale l’étude des dernières glaciations Würm pour saisir le ridicule des projections des idéologues fanatiques du GIEC. Et je n’aborde pas la question de la production et du recyclage des batteries, cela prendrait sur mon sommeil !

          • Nous n’avons pas la même analyse de la situation… D’une part les membres du GIEC ne sont pas des « idéologues » mais des scientifiques, qui ne sont pratiquement pas écoutés par nos élus, ou a minima, et d’autre par le mode de propulsion électrique ne signifie pas du tout en finir avec la voiture italienne, encore moins « passion ». J’avais assez peur de voir arriver des Alfa de 2,2 tonnes à la mode panzer allemand – et là adieu le plaisir de conduire – mais je vois que Renault a été capable de produire un modèle « familial » de 1.600 kgs, c’est donc qu’il est possible de faire encore mieux, surtout avec des éléments en carbone et des piles de nouvelle génération. Il va falloir être intelligent, passer directement à la charge rapide, au circuit en 800V, optimiser l’espace disponible à bord au lieu de vendre des 508 étriquées, empêcher Tavares de saboter le système UConnect par économies d’échelle, ne pas reprendre telles quelles les pièces Faurecia visibles comme chez Opel, éviter les couleurs moches et/ou ternes avec presque aucune option pour les sièges, le design anguleux et disgracieux façon Audi – les écrans énormes encastrés à l’arrache c’est non, vive le HUD – et privilégier le style intemporel et fluide qui ne se démode pas avec des tailles de jantes raisonnables (18 pouces max) et une carrosserie harmonieuse pour les intégrer, penser à un frunk sous le capot, une prise bien placée, etc. Et pour Lancia c’est une opportunité énorme de revenir au premier plan.

          • Je ne sais pas si tu t’en rends compte mais avec les normes de rejets à respecter on a vu arriver des Alfa qui étaient clairement sous-motorisées durant ces dernières décennies, à côté de ça une simple ID.3 envoie aussi 200 chevaux aux roues arrières, comme une Giulia, et ça accélère très fort. Le Tonale débute avec 70 chevaux de moins, en traction. Il doit même être possible de simuler le comportement d’un double turbo de façon électronique (sans le faux son, merci). Autant en travaillant bien il y a la possibilité de revenir au premier plan en faisant des modèles hyper fiables et procurant un grand plaisir, autant en travaillant mal on peut totalement disparaître face aux concurrents chinois. J’espère que Alfa fera le choix du plaisir de conduire, de la spécificité italienne et des partenaires exclusifs et locaux que la marque connaît.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.