Essai de l’Alfa Romeo Giulia 2020 : le charme de la berline italienne opère toujours

L’essai de cette Alfa Romeo Giulia est particulier puisque je roule à titre personnel depuis plus de 3 ans avec une Giulia 200 ch essence de 2016, avec bientôt 50 000 km au compteur. Je la connais par cœur.

Que dire de plus que je n’ai pas déjà dit dans l’essai de l’Alfa Romeo Giulia de 2016 après 10 000 km, et comment faire un essai qui ne se destine pas qu’aux alfistes déjà convaincus des nombreuses qualités de cette italienne ?

Dans cet essai, je vais vous parler des nouveautés de la version 2020 qui corrige les points faibles que j’avais listé dans mon essai de 2016 et je vais essayer de convaincre le lecteur non-alfiste qui hésite, qui est dans la décision d’acheter prochainement une (belle) berline. Mesdames-messieurs, si vous hésitez avec une Audi, BMW, Peugeot, Volvo, Mercedes, Lexus ou berline d’une autre marque, lisez la suite !

L’ADN de la Giulia : cuore sportivo


Pour commencer et comprendre le genèse de la Giulia : Alfa Romeo est une marque sportive de 110 ans, centenaire, et, à l’occasion des 105 ans, il a été décidé de présenter une nouvelle voiture, berline, qui coche toutes les cases de ce que doit être l’ADN d’une Alfa Romeo : belle, confortable, sportive et plaisante à conduire.

Ainsi l’Alfa Romeo Giulia est née ainsi que le modèle présenté en 2015 dans sa version la plus sportive Quadrifoglio avec son moteur V6 de 510 ch. Pourquoi est-ce important de le préciser ? Car toutes les versions moins performantes, même la moins chère du catalogue Giulia, est dotée des mêmes caractéristiques : châssis, transmission, suspension… ce n’est peut être pas un critère important lorsque vous achetez une voiture pour le quotidien, mais cela fait la différence au niveau du comportement de la voiture qui offre un réel plaisir de conduite quelle que soit la motorisation. Vous avez entre les mains une berline développée par notamment Philippe Krief, actuel directeur technique de Ferrari. Quelle autre marque peut s’en vanter ?

Design : exclusive, elle fait toujours tourner les têtes

Je me souviens lorsque j’ai reçu ma Giulia fin 2016, il y en avait très peu en France et elle faisait tourner de nombreuses têtes (et lever des pouces), tant que certains se demandaient quelle marque c’était. Plus de 3 ans plus tard, même si on en voit de plus en plus (surtout des Stelvio dans ma région), son design plait toujours et ne vieillit pas. C’est normal, c’est une Alfa Romeo.

Ce que j’aime avec Alfa Romeo, et donc la Giulia, c’est les possibilités de personnalisation lors de la configuration. Il est possible de faire une voiture soit « classe », soit « sport » ou même les deux grâce aux packs de finition Ti ou Sprint, mais aussi avec le choix de différentes options de personnalisation : coloris, jantes, étriers, coque rétro viseur, intérieur, tout est personnalisable. Vous pouvez vous faire berline noire avec toit ouvrant, intérieur beige, étriers noirs et jantes 19 pouces ou bien une berline rouge, étriers jaunes, double sortie d’échappement et jantes 21 pouces. Au final, vous roulez dans une berline premium exclusive car vous ne croiserez pas la même que la vôtre dans tous les coins de rues, voire dans toute une ville.

Dans le cadre de l’essai, la Giulia était une finition Ti avec un coloris rouge Villa d’Este 6C (dispo mi-2020) magnifique.
La cuvée 2020 n’apporte pas de modification visible à l’extérieur mais une rationalisation de la gamme et des options pour que votre future Giulia soit plus simple à configurer.

Motorisations : il y en a pour tout le monde

La motorisation que j’ai choisie il y a 3 ans est le 200 ch essence, en propulsion. C’est une motorisation très dynamique. Le 0 à 100 est annoncé en 6,6 sec (je n’ai jamais mesuré) mais c’est pour donner la couleur. Elle est très agréable à conduire en mode « Dynamic », « Natural » ou encore « All weather », cette dernière assouplie la direction et utilise plus le couple du moteur à bas régime. Niveau consommation, je tourne dans les 8 L / 100 km et sur autoroute, je suis à 7,2 L / 100 km. Il est possible en faisant uniquement de l’autoroute de faire 800 km (jusqu’au fond de la réserve…). En mixte, c’est plutôt 650 / 700 km.

Dans le cadre de l’essai, la Giulia est un moteur 190 ch diesel. Ce sont deux comportements complètement différents. Une essence a plus d’allonge, un diesel a plus de couple. Cela dépend de votre affinité avec diesel / essence, de votre style de conduite et du malus ! Toutes les motorisations sont proposées avec la boite automatique 8 vitesses qui fonctionne vraiment très bien. La motorisation la plus sportive, sans compter le V6 de 510 ch, c’est l’essence de 280 ch qui se destine clairement à ceux qui aiment appuyer sur le champignon ;).
Personnellement, par rapport à mon style de conduite, je préfère l’essence. Toutefois le diesel est aussi très bien, très coupleux, pas bruyant. Faites-vous votre propre avis en essayant les deux motorisations en concession.

Évolutions 2020, visibles et invisibles, bienvenues

Les nouveautés 2020 sont principalement visibles à l’intérieur de la voiture.

Il y en a 3 notables :

  • le volant : comme il y a de nouvelles aides à la conduite (voir plus bas), le volant est bardé de capteurs et est donc plus épais de quelques millimètres. C’est agréable au toucher et visuellement réussi.
  • la console centrale : c’est pour moi la meilleure évolution 2020. Sur la mienne, la trappe de la console centrale n’était pas toujours pratique. Entre les clés, le smartphone, le portefeuille, quelques papiers, les deux porte-gobelets ne sont pas suffisants. Dans la nouvelle version, de nombreux espaces de rangement sont prévus pour le portefeuille, les gobelets, la clé et même le smartphone qui peut être rechargé sans fil par induction. Ensuite les matériaux sont meilleurs, surtout le levier de vitesse (oui, même si c’est une boite auto) est bien plus qualitatif avec du cuir, il fait plus solide et moins plastique. Il me rappelle même celui qui est apparu dans les dernières Maserati Ghibli et Quattroporte…
  • le multimédia tactile : je l’avais annoncé lors du mon précédent essai, « la Giulia n’est pas pour les Geeks ». Alfa Romeo le savait en lançant la 1re version de la Giulia en argumentant que la priorité du développement n’avait pas été donné au multimédia. C’est chose corrigée avec la version 2020 qui apporte un écran tactile de 8,8″, disponible dès l’entrée de gamme, et une nouvelle expérience de navigation avec les widgets. Cela fonctionne bien, ce n’est pas fluide comme ce que l’on peut retrouver dans les toutes dernières Mercedes ou Audi, néanmoins c’est mieux que ce que j’ai pu essayer sur le système multimédia Renault, Peugeot, Toyota, Lexus… Le nouveau système multimédia mériterait un petit peu plus de fluidité au niveau des animations pour que ce soit parfait. Il reste très intuitif et offre un accès rapide à la grande majorité des besoins : climatisation, navigation, radio, AppleCar Play, Android Auto, etc.

Les moins visibles :

  • nouvelles aides à la conduite : la liste est longue, très longue. La Giulia 2020 offre maintenant toutes les aides à la conduite qu’offre la concurrence premium. Détecteur de fatigue du conducteur, reconnaissance des panneaux de signalisation, détecteur d’angles morts actif et d’obstacles en mouvement à l’arrière, assistance à la conduite semi-autonome en conditions de circulation dense ou autoroute… je n’en ai testé aucune, désolé ! 😀
  • sensibilité de la direction : en effet, entre ma Giulia de 2016 et celle de 2020, elle est peut être légèrement plus ferme, plus précise. Mais il faut vraiment avoir conduit les 2 pour le savoir car la direction de la version précédente était déjà excellente. Donc dire que c’est une évolution dans le bon sens, je ne saurais dire, c’est très subtil.

Rouler en Giulia, un plaisir au quotidien


Que ce soit en ville ou sur autoroute, rouler en Giulia est un vrai plaisir. En ville, la direction est précise et j’explique souvent à mon entourage qu’elle aussi simple à conduire qu’une Fiat 500 tant elle est agile. Sur longue distance, elle est aussi très confortable, pour preuve, pour faire l’essai que vous êtes en train de lire, j’ai réalisé 1 600 km aller / retour avec ma Giulia sans mal de dos, mal de fesse et autre fatigue particulière. Enfin, je peux confirmer que la Giulia est une berline qui colle à la route.

J’apprécie vraiment son comportement rassurant, elle ne s’est jamais mise en défaut quelque soit la situation et le système de freinage d’urgence qui a dû se déclencher une bonne dizaine de fois depuis que je l’ai en 3 ans, fonctionne très bien.

Elle accueille parfaitement 4 passagers. Attention, c’est une berline, ce n’est pas le coffre d’un break ou d’un SUV. Néanmoins, j’ai pu me servir de ma Giulia pour mon déménagement, ou bien pour acheter des petits arbres en jardinerie, ou enfin faire le plein de caisses de vin, ça passe ! Pour vos vacances, les barres de toits ainsi que l’attelage existent en accessoires…

J’ajoute que lorsqu’il faut faire des trajets avec les amis ou la famille en passagers, c’est toujours la Giulia qui est proposée (imposée) par défaut… étonnant ?

Que du plaisir depuis plus de 3 ans et elle me manquera le jour où je devrais la remplacer.

Tarifs de la Giulia 2020 par rapport à la concurrence

A partir de 36 700 € TTC en France pour la version de base, une Giulia bien équipée arrivera rapidement selon votre choix de finition (super, sprint, TI ou Veloce) et des options autour des 45 000 € et à plus de 50 000 € si vous vous faites vraiment plaisir sur les motorisations et options. Ce n’est donc pas la moins chère des berlines. Mais finalement, elle les vaut.

A titre de comparaison chez la concurrence, en prix d’appel conseillé TTC, une Audi A4 c’est 33 600 €, une BMW série 3 c’est 38 800 €, une Mercedes Classe C c’est 39 299 €, une Lexus IS 300h c’est 41 640 €, une Volvo S60 c’est 59 750 €… Ajoutez pour chacun des modèles la motorisation et les options qui vont bien, les prix sont comparables.

L’Alfa Romeo Giulia 2020 coche maintenant tous vos critères

Vous arrivez au bout de cet essai. Que dire de plus ? La Giulia qui, lors de sa commercialisation en 2016, était déjà une très bonne voiture avec beaucoup de qualités, avec son édition 2020 corrige toutes les faiblesses portant principalement sur l’aide à la conduite, le multimédia et la qualité perçue des matériaux. Que manque-t-il vraiment ? Une motorisation hybride pour baisser le malus écologique ? Peut-être.

Les berlines des autres marques que vous avez en tête ont certainement elles aussi beaucoup de qualités mais tout ce que je vous demande, c’est de laisser sa chance à la belle Giulia, déplacez-vous en concession, mettez-vous au volant, essayez-la et ressentez l’expérience Alfa Romeo.

Faites-vous plaisir. Think different. 😉

PS : Merci à Johan pour les photos. Vous pouvez le suivre sur son compte Instagram.

One Comment

Leave a Reply
  1. Pas de break, pas de coupé.
    Je garde ma Brera !
    Cette marque est morte, malheureusement.
    Je roule en alfa deviens 25 ans. C’est la fin.
    Marchionne a tout fait exploser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *