Maserati : la rentabilité avant les volumes

Comme tous les trimestres, les chiffres de Stellantis ont été dévoilés et parmi eux, ceux de la marque italienne Maserati.

Alors que pour la précédente décennie, la communication était plutôt axée sur la course au volume avec un objectif de faire 75 000 ventes par an, Stellantis ne s’en cache pas, un peu comme pour Alfa Romeo, la rentabilité avant tout.

C’est ainsi que, la marque Maserati, avec malgré seulement 10 200 voitures commercialisées au premier semestre 2022, en léger recul par rapport au premier semestre 2021 (voir tableau plus bas), est sur le chemin d’une rentabilité à deux chiffres, avec une marge opérationnelle courante de 6,6 %, le résultat opérationnel courant doublé à 62 millions d’euros.

Et oui, il est surement bien plus rentable de vendre une quelques milliers de MC20, que des dizaines de milliers de Ghibli.

Il est en plus à noter que ces chiffres du premier semestre 2022 sont sans compter la nouvelle Maserati MC20 Cielo présentée en mai, les premières livraisons du nouveau SUV Grecale fin juin et les 62 exemplaires de la Maserati Project24.

Il ne faut donc pas s’attendre pour 2022 ou encore 2023 à un record de volume mais probablement à un record de rentabilité pour la marque au Trident.

Ne parlons pas des volumes en France, même si le SUV Grecale est un nouveau modèle, est il trop malusé pour faire un effet Levante comme en 2016. Il faudra attendre les modèles BEV pour voir des ventes en hausse en France, si cela intéresse les clients.

2 Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Merci pour ces informations très pertinentes et qu’Alfa Romeo atteindra aussi une rentabilité à 2 chiffres !

  2. C’est ce que j’appelle une excellente nouvelle car moins de modèles il y a aura avec une demande plus forte plus la valeur s’en ressentira.
    Si il pouvait faire de même avec Abarth, Alfa, Dodge, Lancia, Jeep et Citroën, Stellantis n’aurait plus de soucis à se faire.
    Les volumes c’est pour Fiat, Peugeot, Chrysler et Opel.
    Il y a tant de marques qui ont prouvé que cela fonctionne et même en période de crise.
    Maintenant il y a un hic dans tous cela car vouloir faire un SUV Jeep, Lancia et Alfa comme c’est prévu dès l’année 2023, je crois pas que cela soit les produits adéquats car c’est marcher sur les plates-bandes de D’Abarth, Fiat, Peugeot et Opel qui eux ont le statut idéal pour ce genre de produit.
    Mais j’espère que la Panda qui doit devenir une nouvelle famille (autant passer la famille 500 sous Abarth définitivement et laisser cette nouvelle famille avec la Tipo sous Fiat qui est LE LEADER en Amérique du Sud, là où beaucoup se sont cassés les dents) ne sera pas appelé Punto car la Panda est un Mythe indétronable et on devrait faire un sondage pour le nom (que j’ai fait hier soir autour de moi). Ils sont quasi tous unanime, faire disparaître la Panda dans le conscient collectif est la PIRE ERREUR qui soit, alors croisons les doigts!🤞

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.