Production des moteurs Fiat Fire : après 35 ans, c’est fini !

Fiat a officiellement arrêté la production de ses vénérables et réputés moteurs Fire. Après 35 ans de production, c’est donc une page qui se tourne. Le célèbre moulin italien s’en va donc après 23 233 856 unités produites. Un chiffre qui montre le succès et la fiabilité de ce modèle qui aura accompagné trois décennies de l’histoire de Fiat.

1.4 litre Fire

Lancé en 1985 pour remplacer d’anciens moteurs il est vrai assez anémiques, le « Fire », acronyme de « Full Integrated Robotised Engine » est une révolution chez FIat. Par-delà les caractéristiques techniques qui permettent un bien meilleur rendement, l’outil industriel qui permet de fabriquer ce moteur fait une belle place à l’automatisation, à hauteur de 80% de toute la procédure de construction en usine de ce moteur. Une nouveauté !

Par ailleurs, la complexité elle-même de ce moteur est allégée. Alors qu’aujourd’hui – et déjà à l’époque – on sophistiquait, on alourdissait, on augmentait le nombre de pièces d’un moteur (processus qui continue toujours), Fiat fait en 1985 le pari inverse et fait passer le moteur Fire d’un nombre de pièces d’environ 6 700 auparavant à seulement 4 500 pour le Fire. De quoi renforcer la fiabilité mais aussi gagner du temps en usine. La durée de fabrication passe ainsi à 46,5 minutes d’usinage et 61 minutes d’assemblage contre 114,4 minutes et 171 minutes pour la précédente génération de moteurs.

Moins de pièces défectueuses à changer, moins d’approximation dans la construction grâce au nombre de pièces réduit et à l’automatisation, gain de temps. Tout cela est une équation au beau fixe pour Fiat qui réduit ses coûts et peut encore réduire le prix de ses voitures en sortie d’usines.

Succès immédiat !

C’est Autobianchi qui a la primeur d’étrenner ce nouveau moteur sur le modèle Y10, vendu aussi sous le nom de Lancia Y10 sur certains marchés. Moteur 4 cylindres, cylindrée d’1.0 L, puissance de 45 ch. La citadine chic a les honneurs de ce moteur.

D’autres modèles suivront, notamment la Panda et la Uno. Les mythiques Fire font partie intégrante du succès de ces véhicules.

Ces moteurs se déclinent rapidement en toute une gamme, allant du 750 cm3 au 1.4 L. Puis ce fut l’arrivée de turbos les rendant plus puissants et plus alertes encore. Ce sont les T-Jet. En 2010, c’est la culasse à distribution constamment variable. Bonjour alors au MultiAir.

Le moteur Fire aurait pu disparaître il y a longtemps mais son faible coût a toujours plaidé en sa faveur. C’est en 2010 que Fiat songe à porter un coup volontaire au Fire avec le fameux bicylindre TwinAir. Mais c’est un pétard mouillé qui ne rencontre guère le succès et se trouve souvent critiqué par la presse spécialisée. Le 1.2L Fire atmosphérique continue alors à faire de la résistance avec une belle insolence…

Mais en ce 7 mai 2020, le Fire a définitivement été poussé à la retraite, après un succès monumental et avoir été une icône de l’histoire automobile italienne. Les nouveaux moteurs FireFly concentrent désormais les espoirs de la marque. Des 3 cylindres 1.0 (atmosphérique en 70 ch, turbo en 120 ch) et 4 cylindres 1.3 (150 ch et 180 ch) prennent la relève. Hommage ultime, le nom même de ces nouveaux moteurs se compose du nom de Fire.

Le nom Fire est désormais gravé – et pour toujours – au fronton de l’histoire Fiat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *