Résultats financiers 2ème trimestre 2017 : de bons résultats !

Les résultats financiers pour le 2ème trimestre 2017 du groupe FCA sont tombés il  y a quelques jours et ils sont bons.

Résultats financiers globaux

Ainsi, le groupe FCA a annoncé un chiffre d’affaires (CA)  à 27,9 milliards d’€, un chiffre comparable au 2e trimestre de l’an dernier.

Le bénéfice d’exploitation ajusté (Ebit), c’est-à-dire avant intérêts et impôts, s’établit, lui, à 1,87 milliard d’€, soit + 12,7 % par rapport à la même période de l’an dernier, un chiffre « record », s’est félicité FCA.

Le bénéfice net, lui, s’établit à 1 milliard d’€, contre 709 millions sur la même période de l’an dernier, soit + 34 % sur un an !

Concernant la dette industrielle, elle a baissé, passant de 5,1 milliards d’€ fin mars à 4.2 milliards fin juin.

Enfin, les livraisons du groupe ont légèrement baissé de -1 % sur le 2e trimestre par rapport à l’an dernier, s’établissant à 1,225 million de véhicules (contre 1,233 l’an dernier sur la même période). Les ventes faites par le groupe lui-même se sont tassées à cause du marché nord-américain a déclaré le groupe FCA, alors que les joint-ventures (co-entreprises) ont augmenté, elles, de 50 %, passant de 58 000 à 87 000 unités sur les trois derniers mois, notamment grâce à la production de Jeep sur le sol chinois avec son partenaire GAC.

Les marchés du monde : quelles zones de force ?

Concernant les différents marchés du monde, voici leurs résultats et l’analyse qui va avec :

La zone EMEA

Sur le marché de la zone EMEA (Europe, Afrique du Nord, Moyen-Orient), le CA est en augmentation de + 5 %, à 6 milliards d’€. L’Ebit ajusté, est à + 28,5 %, soit 200 millions d’€. Concernant les ventes, elles sont en hausse de + 6 %, à 432 000 véhicules, avec une part de marché qui passe de 6,8 % à 7.2 %. La part du groupe FCA dans les utilitaires légers passe quant à elle de 13 à 13,2 %.

Les volumes écoulés sont au plus haut pour la famille Tipo, les Giulia et Stelvio.

La Zone NAFTA

La zone nord-américaine, elle, voit s’établir son CA à 16,1 milliards d’€. Un chiffre en baisse de -10 % sur un an. L’Ebit ajusté, lui, est en stagnation, à 1,35 milliard d’€.

Sur le même rythme, les ventes reculent de -14 %, à 576 000 véhicules. Une baisse qui s’explique selon le groupe FCA par la transition des ventes sur le nouveau Compass, une réorganisation des capacités de production et une baisse des ventes aux flottes.

Le marché des USA voit les ventes du groupe se trouver en repli de -5 %, quand le Canada baisse, lui, de -4 % alors que le Mexique augmente de +2 %. Du côté des marques, RAM augmente de + 14 % en Amérique du Nord, alors que Jeep baisse de -16 %,  un chiffre qui s’explique là aussi aisément selon FCA : arrivée du nouveau Compass, baisse des ventes aux flottes, relocalisation de la production du Cherokee vers le site de Belvidere (Illinois).

Enfin, la part de marché s’effrite aussi, passant de 12,4 % à 12,1 %.

La Zone LATAM

En Amérique du Sud, la situation est en nette amélioration par rapport aux mois passés.  Le CA augmente de + 25 % à 2 milliard d’€, une croissance du volume  jugée forte avec un bon mix de véhicules. L’Ebit passe de 0 l’an dernier à un bénéfice de 60 millions d’€. Les ventes augmentent, à 127 000 unités écoulées sur les 3 derniers mois et la part de marché s’élève un peu, passant de 12,5 % à 12,6 %.

Le Brésil a été un marché où FCA a écoulé 94 000 véhicules, en hausse de 7 000 unités sur un an. Après une crise du marché auto brésilien qui n’en finissait plus, voilà une bonne nouvelle ! Dans le même temps, l’Argentine aura été un marché tout aussi juteux, avec 27 000 unités qui y auront été livrées, soit 7 000 unités de plus que l’an dernier. Jeep demeure sur ces deux marchés leader des SUV avec 21.7 % de part de marché de ce segment. Le tout nouveau Compass y est déjà l’une des meilleures ventes du marché brésilien.

La zone APAC

Sur le marché de la zone Asie-Pacifique, le talon d’Achille du groupe, qui s’y est installé tardivement et parfois difficilement, le CA est en hausse de +2 % à 976 Millions d’€ tandis que l’Ebit, lui, stagne à 44 Millions d’€.

Par ailleurs, la part de marché passe de 0,8 % à … 1 % ! L’unité est donc atteinte ! Le groupe atteignant les 1,2 % sur le seul marché chinois.

Les ventes ont, elles, augmenté de + 24 %, à 72 000 unités, dont 52 000 issues de sa joint-venture avec GAC (le reste étant des véhicules importés et très taxés), la production locale étant assurée quasi-exclusivement par Jeep.

Le groupe FCA précise par ailleurs que les Giulia et Stelvio sont en plein lancement sur ce marché.

Et les déclarations du grand patron

Tout d’abord interrogé (à nouveau) sur son successeur, sujet qui semble préoccuper les instances dirigeantes du groupe comme vous pouvez le lire ici, Sergio Marchionne a bien confirmé que son successeur serait choisi en interne. « Mon successeur viendra de l’intérieur du groupe. Nous sommes clairs sur cela. »

Interrogé également sur l’éventualité de siéger au conseil d’administration d’Exor, la holding de la famille Agnelli, qui contrôle FCA, l’administrateur délégué a répondu : « Probablement oui, mais cela ne signifie rien pour la gestion de FCA », rajoutant néanmoins que « [son] influence sera visible dans le plan quinquennal à 2022 qui sera réalisé par d’autres ».

Il a également tenu à préciser ne « pas être préoccupé » du problème de son successeur. « J’ai confiance dans le fait que la personne juste sera trouvée quand je partirais en 2019 », a-t-il dit, soulignant au passage que le groupe y travaillait « depuis des trimestres, des années » mais que « cela ne lui plaisait pas de spéculer sur des noms ».

« En attendant nous avons formé des personnes adéquates, volontaires et capables. Si je regarde notre équipe, je la vois comme très stable », a-t-il encore affirmé.

Pour 2017, FCA confirme ses objectifs et table sur un chiffre d’affaires compris entre 115 et 120 milliards d’euros ( 55,6 milliards si on cumule les 6 premiers mois de l’année, en hausse de +2 %), un Ebit ajusté supérieur à 7 milliards d’euros ( 3,4 milliards sur les 6 premier mois, en hausse de +13 %), un bénéfice net ajusté supérieur à 3 milliards (1,75 milliard sur 6 mois, en hausse de +42 %), et une dette nette industrielle inférieure à 2,5 milliards.

Partager cet article
Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.