Nouvelle exposition au Motor Village : les 60 ans de la Fiat 500

Le Motor Village organise, du 30 juin au 19 septembre prochain une toute nouvelle exposition qui célèbre les 60 ans de la petite Fiat 500, née un 4 juillet 1957 ! L’occasion de découvrir différentes versions de la petite puce italienne, actuelles ou passées, mais toutes originales !

Au rez-de-chaussée, la « Piazza del villagio »

Au rez-de-chaussée, en arrivant, sur le thème du « villagio » italien, avec ses terrasses de café et sa chaleur, on peut ainsi découvrir, trônant majestueusement face à la prote d’entrée, la toute nouvelle et exclusive Fiat 500C 60th (ou Sessantissimo, pour les amoureux de la langue italienne). D’une livrée bicolore mêlant l’ivoire et le blanc tri-couches, elle offre toute la douceur et la classe italienne, digne de la Dolce Vita. Une édition limitée chez nous à 560 exemplaires !

Au rez-de-chaussée toujours, la toute récente et elle aussi très limitée 500 « Anniversario » dans un vert Riviera très italien reçoit ses visiteurs avec de nombreux clins d’oeil au passé (jantes vintage, logo Fiat dont la graphie est puisée dans le passé, barrette chromée sur le capot…). A l’intérieur, comme vous le voyez ci-dessous, le bandeau de la planche de bord est assorti à la couleur de la carrosserie et, malgré la volonté de jouer sur la nostalgie, vous remarquerez que la puce de 2017 est très connectée à notre monde actuel.

Enfin, pas de 500 actuelle sans l’inspiration du passé. Toujours au rez-de-chaussée, donc, vous ne pourrez pas rater, sur votre gauche en arrivant, deux modèles mythiques : d’une part la 500L (non, pas le minispace actuel, dont nous reparlerons plus bas !) mais la version « luxueuse » de la petite 500. Ce qui la différenciait de la 500 « normale » ? Un pare-chocs chromé plus proéminent, un tableau de bord en plastique noir anti-reflets qui remplace la planche de bord couleur carrosserie ou encore un cadran d’instrumentation rectangulaire. On notera aussi des sièges plus moelleux et un dossier conducteur réglable de manière plus précise.

Ce sera le modèle le plus produit avec un pic de 407 365 exemplaires en 1970, dont plus de la moitié seront exportés.

A ses côtés, trône une magnifique et très rigolote Fiat 500 Jolly. Pensée et voulue par Gianni Agnelli, grand patron de la marque à l’époque, pour être pratique, elle abandonne ses portières et troque ses sièges traditionnels pour des sièges en osier, pour le cas où les invités voudraient garder leur maillot de bain.

On notera d’ailleurs qu’au deuxième sous-sol, trône un second exemplaire de ce modèle rare (il coûtait 2 fois le prix d’une 500 classique à l’époque), avec un espace rallongé à l’arrière pour y placer des objets, tel un coffre à ciel ouvert. Estimation actuelle des 500 Jolly : aux alentours des 25/30 000€.

Au premier sous-sol : l’Officina Abarth

En descendant au premier sous-sol, c’est l’arrivée au garage, dénommé « Officina Abarth ». Y prend place une magnifique 595C Pista, nouveau modèle de la gamme Abarth et série spéciale en complément des « 595 », « 595 Turismo » et « 595 Competizione ». Dotée d’un moteur de 160 ch (contre 165 pour la Turismo), d’évolutions mécaniques ( suspension arrière Koni et disques de freins ventilés et perforés pour améliorer le comportement nouvel échappement Abarth Record hautes performances à quatre sorties), cette 500 très énervée peut en étonner plus d’un sur la route avec une accélération de 0 à 100 km/ en 7,2 s et une vitesse maxi de 216 km/h.

Au deuxième sous-sol : direction la « Spiaggia »…

Ce deuxième sous-sol est en effet consacré à la plage, à l’été et à ses doux bords de mer ensoleillés… Y ont pris place pour l’occasion différents modèles, dont, une nouvelle fois, la 500 Anniversario, mais cette fois-ci en version découvrable (plage oblige…) Colorisée d’un Orange Sicilia (mais qui paraîtra rouge sur les photos à cause des lumières intérieures), elle reprend les différents éléments énoncés plus haut.

Mais la 500 (dont on verra aussi au deuxième sous-sol le second exemplaire de 500 Jolly énoncé plus haut), c’est aussi une famille depuis quelques années. Ainsi, vous n’oublierez pas d’observer les deux derniers de la gamme familiale de la 500 : tout d’abord un 500X S-Design dont vous pourrez apercevoir les caractéristiques ici.

Une nouvelle version S-Design plus sombre à l’extérieur…

Autre modèle de la 500 qui vient d’être rafraîchi : la 500L, ici présentée dans sa version Urban, parfaite pour transporter les petites familles de la maison à la plage. Présentée dans une teinte Bronze Donatello du plus bel effet, à la fois originale et très cossue, le tout assorti d’une poignée de chromes bienvenue, je dois surtout me permettre de préciser que c’est la qualité de l’intérieur qui m’a le plus surpris.

Ayant voyagé très récemment dans une 500L pré-restylage, je dois avouer que si le véhicule m’a beaucoup séduit, l’intérieur faisait très plastique. Avec la version présentée, c’est avant tout le nouvel écran tactile bien plus grand qui attire immédiatement le regard. Un bon point pour un véhicule familial. Surtout, le long bandeau laqué de la planche de bord est plus étendu et englobe désormais la totalité de l’écran central. Mais c’est surtout son revêtement qui impressionne. Exit la bakélite couleur carrosserie très « plastique » sur ce modèle de présentation, place à un plastique moussé de couleur sombre, agréable au toucher et surtout visuellement plus cossu. La 500L cherche nettement à monter un peu en gamme pour mieux coller à l’esprit 500.

Au premier étage : l’Istitudo di Moda

La 500, on le sait, est une icône. On l’achète pour son aspect intemporel, sa plastique charmeuse et ses multiples séries spéciales ne font que renforcer l’attrait de ce modèle que l’on porte comme une griffe de la mode, tel un sac, un téléphone ou une paire de chaussures. La 500 est donc l’accessoire tendance de celles et ceux qui aiment être branchés et élégants.

Pas de surprise donc, à découvrir la 500C dans sa déclinaison Riva à ce premier étage qui a pour thème la mode. Ici, la 500 présente des attributs très luxueux et très italiens. Son partenariat avec la marque de bateau Riva nous est rappelée par sa couleur Sera Blue (bleu nuit) qui rappelle les bateaux de la marque, sans compter son intérieur avec planche de bord en bois d’acajou du plus bel effet. Un véritable objet de luxe et d’italianité.

Au deuxième étage : une Gamine pour Oui-Oui !

Au deuxième étage, effectivement, c’est-à-dire l’étage du restaurant, la 500 est exposée dans une robe très particulière signée du carrossier Vignale. La 500 Gamine est un strict roadster deux places qui fut produit de 1967 à 1970 en deux séries de 200 exemplaires chacune.

L’importateur français était à l’époque le Garage Automobiles Monégasque, appartenant au coureur cycliste Raphaël Geminiani, ce qui lui vaut, en France, le surnom de « Gamine ». Un modèle dont la romancière Enid Blyton se servit pour faire la campagne publicitaire du célèbre personnage Oui-Oui, pour la ressemblance entre ce roadster spécial et le mythique petit taxi jaune du personnage au bonnet à grelot…

Partager cet article
Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.