Essai de la Giulia Veloce 280 ch Q4 AT8 Rosso Alfa

J’ai reçu le 12 avril 2017, mon Alfa Romeo Giulia Veloce commandée le 3 janvier.

Voici le détail de ma configuration :

  • Alfa Giulia 2,0 l 280 ch Q4 AT8 Veloce
  • Rouge Alfa
  • Intérieur Cuir Sport Tabac
  • Toit ouvrant
  • Étrier de frein rouge
  • JA 19 performance
  • Pack performance (différentiel arrière, suspensions actives, palette au volant)
  • Pack assistance plus (détection des angles morts, éclairage adaptatif, …)
  • Pack confort (entrée et démarrage sans clef, …)
  • Pack by Harman Kardon (Système audio 14 HP de 900 W)

Design Extérieur

Cette voiture a reçu un nombre assez incroyable de récompenses, un peu partout dans le monde qui montre que son design ne laisse pas indifférent. Dans cette version Veloce, le style déjà très dynamique est magnifié par un pare-choc avant reprenant les galbes de celui de la QV mais sans les aérations.

Sur les flancs, pas d’aération non plus mais l’entourage des vitres en finition piano black très assorti aux magnifiques jantes performances gris anthracite de 19 pouces montés en 225/35 ZR19 contrastent avec le rouge et le toit en verre panoramique.

A l’arrière, le diffuseur de toute beauté avec 2 sorties d’échappement (une seule sur le diesel de 150 ch et l’essence en 200 ch) complète la note résolument sportive.

Design Intérieur

Le design intérieur est une franche réussite, on se sent bien, tout semble étudié pour le plus grand confort et elle dispose de beaucoup de gadgets inutiles et donc totalement indispensables, pelle-mèle :

  • le siège qui recule quand on ouvre la portière pour faciliter la descente
  • le cruise contrôle qui s’incrémente de 1 km/h avec une petite pichenette ou de 10 si on pousse plus fort
  • les phares qui passent des feux de croisement aux pleins phares tout seul
  • le tableau de bord entre les compteurs qui affiche toutes les informations essentielles
  • le vélin électrique pour occulter le toit en verre panoramique
  • la molette de contrôle du tdb simple et efficace
  • la caméra de recul très visuelle et fonctionelle
  • les capteurs de radars avant/arrière qui s’activent seuls à faible vitesse même sans passer la marche arrière
  • le détecteur de collision qui bippe si vous vous rapprochez trop du véhicule devant vous
  • le détecteur d’angle mort sur les rétroviseurs
  • le keyless go qui ouvre/ferme la voiture et démarre avec le superbe bouton sur le volant en gardant la clef dans sa poche ou sa sacoche
  • les rétros qui se rétractent automatiquement à la fermeture de la voiture
  • les sièges électriques avec 3 mémoires pour les règlages de 3 conducteurs
  • les sublimes, grandes et pratiques palettes de changement de rapport, très utiles pour optimiser le frein moteur ou rouler en mode manuel
  • le léger méplat du volant pour indiquer la position droite
  • Le petit bourrelet sur la jante du volant pour nicher confortablement les pouces à 9 h 15
  • le grand écran multimédia superbement intégré
  • les appliques alu au toucher massif qui respirent la qualité
  • les multiples prises USB
  • et j’en oublie ou n’en ai pas découvert certainement beaucoup…

Rien de tout ça n’est obligatoire pour utiliser une voiture, mais quel plaisir, quelle abondance on est repu et heureux, dorloté par cette miss aux galbes alléchants.

Comparatif avec la 4C

Je possédais jusqu’en début d’année une Alfa Romeo 4C et après 1 100 kms dont au moins 500 à vive allure avec ma Veloce, je vous propose un comparatif de mes sensations.

Bon de mon point de vue, en dehors de comparer des puissances assez proches 240 ch pour 900 kg pour la 4C et 280 ch et 1530 kg pour la Veloce, il y a vraiment peu de chose commune entre ces 2 voitures.

La 4C avait un look et une conduite de type mini-supercar, c’était un jouet fabuleux qui ne s’utilisait au mieux qu’en conduite rallye en mode dynamique ou encore mieux sur circuit en mode race.

Dans cet usage cette voiture est tout bonnement exceptionnelle, son poids plume la propulse de 0 à 100 en 4,5 secondes et qualité encore plus marquante son freinage stratosphérique bluffait tout le monde. Ajoutez à celà l’équilibre général et la rigidité du chassis carbonne, ses dimensions courtes et larges qui l’asseyaient sur la piste et lui donnait une agilité et des transferts de poids sans latence ni effet sac à dos.

Pour pinailler, sur circuit au moins, j’aurai apprécié une déclinaison à 300 voir 350 chevaux, la voiture était clairement sous motorisée sur les longues lignes droites, mais franchement même avec 240 chevaux, difficile de faire la fine bouche.

Pour être exhaustif, certains pilotes se plaignaient des suspensions arrières contraintes par la taille de la 4C, personnellement je n’ai jamais senti les limites du train arrière et n’ai d’ailleurs jamais fait de tête à queue… comme quoi malgré les 18 000 kmsà son volant, je n’en exploitais pas tout le potentiel.

Mais revers de la médaille, cette voiture était parfaitement inadaptée à un usage routier habituel. Evidemment 2 places ça ne suffit pas pour une famille de 4, le son moteur grisant en conduite rallye était gênant en conduite plus cool et empêchait la conversation avec le passager.

En conduite dynamique …

A côté de ça, la Giulia est beaucoup plus polyvalente, c’est une vraie berline spacieuse très confortable avec un vrai coffre. Une belle voiture italienne qui ne laisse personne indifférent et qui peut s’utiliser sans aucune contrainte au quotidien ou pour partir en vacances en famille.

L’avantage de cette Giulia, c’est que sous sa robe de soirée et son look branché se cache une sauvageonne qui tient la dragée haute à la fine fleur Allemande.

Dans cette version « QV raisonnable » nous sommes amputés de 2 cylindres, du son envoutant du V6 Ferrari, d’environ 230 chevaux et des excentricités extérieures un peu tuning à mon goût. Mais la Veloce n’est pas en reste, les 280 chevaux restant sont bien présents et rugissent à la moindre sollicitation du pied droit.

Pour preuve, le 0 à 100 est effacé en 5,2 s, ce qui reste bien sportif et le châssis a été unanimement encensé par la presse, j’ai moi même adoré malmener la Giulia sur les routes merveilleuses du Mercantour, alors oui elle accélère moins vite, l’embonpoint de 600 kg se fait nettement sentir sur les changements de trajectoire, mais bon sang quel pied de jouer une belle partition dans un confort absolu, les sièges sports maintiennent d’ailleurs très bien même en conduite soutenue.

Cette voiture est magistrale, en mode dynamique avec la suspension active, elle bondit de virages en virages comme un lion sur sa proie, avec son chassis exceptionnel on a l’impression d’être rivé à la route, le volant tel un scalpel découpe une trajectoire précise, les énormes palettes au volant permettent d’ajuster la vitesse en un éclair, les freins renforcés vous stoppent en un instant et ne montrent aucun signe de fatigue enchaînant les performances sans faiblir.

Cette voiture est bluffante, les poils se dressent, le coeur s’emballe, l’adrénaline coule à flot et on se délecte de profiter d’un tel privilège : rouler à vive allure avec une sensation de contrôle et de sécurité total ! Alfapidon vous tire une flèche en plein coeur et bien heureux vous succombez infiniment aux charmes de cette sauvage en tenue d’apparat !

Côté échappement c’est la belle et la bête, un calme olympien pour la parade où la belle attire tous les regards et un cri rauque qui se réveille à 3 500 tours pour rugir jusqu’à 6 000 entraînant vos timpans à la fête.

Les plus exigeants opteront pour un échappement beaucoup plus bruyant … mais ce serait compromettre la polyvalence de ce grand cru automobile.

… et en conduite écologique ?

Sur la route du retour je me suis livré à une expérience totalement inédite pour moi ! Dès après le plein à Breil-sur-Roya, j’ai enclenché pour la première fois le mode A (Advanced Efficiency) qui optimise la consommation.

J’ai tenté l’écoconduite en respectant scrupuleusement les vitesses légales sous régulateur de vitesse . Et bien sur les 94 kms du retour ma consommation s’affiche à 8 l/100 km malgré 15 minutes de bouchon au péage de vintimille et à l’autoroute vintimille/nice-ouest toujours en dénivelé.

Il est clairement possible d’afficher 7 l/100 km à vitesse stabilisée à 130 km/h sur autoroute plat sans vent frontal.

Et demain ?

Une version 350 ch devrait sortir au moins aux US et si par bonheur la Veloce pouvait bénéficier d’une mise à jour du DNA vers le DNA pro et son mode race additionnel qui coupe toutes les assistances électroniques, je crois qu’on ne serait pas loin du compte

Et pour finir je vous propose un petit montage vidéo réalisé lors d’un petit tour au col de Turini

Partager cet article

8 commentaires à propos de Essai de la Giulia Veloce 280 ch Q4 AT8 Rosso Alfa

alexandre dit : S'abonner 9 May 2017 à 9 h 07 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1 0 0 0 0 0

Merci Arnaud pour ce super essai ! Je me dis vraiment que j'aurais du la prendre en rouge... mais bon à l'époque où j'ai commandé la mienne j'ai pas pu en voir une seule en vrai :p... la prochaine surement.

  • Alfa Romeo Giulia essence 200 ch
sergio dit : S'abonner 10 May 2017 à 6 h 41 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1 0 0 0 0 0

Bonjour et merci pour cette essai et présentation de la magnifique Giulia. Alfa à frappé fort là et c'est tant mieux pour nous , passionnés que nous sommes de cette marque. Bonne route .

  • giulietta 2.0 jtdm 150 exclusive.
squirrel78 dit : S'abonner 10 May 2017 à 7 h 26 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1 0 0 0 0 0

Un des plus beaux reportages existant sur la Giulia. La combinaison couleur/jantes/ intérieur est juste parfaite, la quintessence de la Giulia sportive/chic. Magnifique essai pour magnifique voiture!

    Dna-adn dit : S'abonner 10 May 2017 à 11 h 59 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    1 0 0 0 0 0

    Tres chouette essai statique et dynamique en camera embarquee, on voit que ca pousse pas mal en sortie d'epingle. On aimerait peut-etre un echappement sport pour un son un peu plus rocailleux ? La combinaison peinture rouge cuir caramel/tabac est toujours une reussite, comme on voit souvent chez Ferrari. Tu ris ni jaune, ni vert, mais rouge alfa...

    • Giulietta multiair 150 sprint
    arnaudc06 dit : S'abonner 10 May 2017 à 14 h 52 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    Merci pour vos commentaires

    • Giulia Veloce 280 ch
    Monach dit : S'abonner 10 May 2017 à 17 h 11 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    Proprietaire d une giulietta qv 240 ca donne envie

    • Giulietta qv
    Fab dit : S'abonner 14 May 2017 à 1 h 33 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    1 0 0 0 0 0

    Cest toi qui a ecrit tout ca !!t aurais du faire arnaud les bons tuyaux dans une revue aut0! ฟๅบียง

      TBI1750 dit : S'abonner 15 May 2017 à 11 h 25 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      1 0 0 0 0 0

      Mon fils en a une, comme je vis à plus de 2000 km, je ne peux l'essayer qu'à la fin du mois. D'après ce qu'il m'en dit cela me fait également envie,mais mon épouse ne veut qu'un SUV,alors,le Stelvio pourrait le faire. Mais moi le comportement et le prix me font encore hésiterai comme vous savez,"ce que femme veut....."

      • Giulietta QV 240 ch.

      Laisser un commentaire

      Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

      Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.