Panda, MiTo, Giulietta : des modifications géostratégiques lourdes à prévoir ?

L’info est tombée sur le net avec parcimonie mais il semblerait que des modifications géostratégiques plus ou moins lourdes de conséquences soient envisagées pour 3 modèles accessibles du catalogue Fiat et Alfa Romeo. Les voici :

La Panda déménagera-t-elle ?

En effet, il semblerait que l’on envisage du côté de Turin de déménager la Panda pour la future génération et de la rapatrier à nouveau en Pologne (où était construite la Panda 2). Un nouveau changement de pied qui interpelle.

En effet, pourquoi avoir décidé de relocaliser la Panda 3 en Italie, dans l’usine de Pomigliano d’Arco, près de Naples ? A l’époque, on insistait sur le courage du groupe d’installer sur son sol les lignes de fabrication d’un petit modèle, là où les concurrents, pour sauvegarder leurs marges, les délocalisaient à tour de bras en Europe de l’Est. Fiat en semblait fier et insistait sur l’italianité préservée de son modèle, sans compter que cela remplissait une usine entière alors quasiment déserte, préservant les emplois et contentant les syndicats.

Alors, aujourd’hui, la Panda retournerait-elle à Tychy, en Pologne, aux côtés de sa soeur 500 ? La fille prodigue serait-elle sur le chemin du retour après son aventure italienne ? Et pour quels effets ?

Si l’affaire devait se confirmer, nul doute qu’il s’agirait avant tout d’une décision dont l’objectif n°1 serait d’augmenter les bénéfices, car elle coûterait un peu moins cher à produire en Pologne qu’en Italie. Mais les prix baisseraient-ils pour autant ? Ce n’est pas certain. Fiat préférant peut-être (sans doute) augmenter sa marge.

A moins que la prochaine génération retourne à un esprit minimaliste, plus proche de la Panda 1, d’où la recherche de la baisse des coûts à tout prix ?  Alors une prochaine Panda typée pure low-cost ? Ou a contrario continuera-t-elle sa montée en gamme comme certaines de ses concurrentes ? A voir…

Quoi qu’il en soit, cela laisserait l’usine de Pomigliano d’Arco complètement vidée de sa substance. Pas sûr que ce soit le plan produit d’Alfa Romeo qui comble les usines, soyons lucides. Alors, bientôt un mouvement social à Naples ?

La Mito et la Giulietta vont-elles être abandonnées ?

C’est l’autre affaire du jour. Des rumeurs persistantes insistent sur l’abandon ou bien la mise en sommeil prolongée des deux véhicules d’accès à la gamme Alfa, qui ne seraient pas remplacées (en tout cas pas tout de suite).

Reid Bigland, le patron d’Alfa Romeo, vient de le reconnaître, au salon de Genève. Pour lui, la marque italienne a en effet d’autres priorités.

Selon lui, ce sont deux véhicules pensés essentiellement et même exclusivement pour le marché européen. Aujourd’hui, selon lui, la marque pense « stratégie mondiale » et « expansion à l’international ». Dans cette stratégie, les modèles européano-centrés n’ont pas de raison d’être. Tout simplement. Il déclare ainsi que si ces modèles sont toujours à vendre, ils sont très euro-centrés « nous ne les vendons pas aux États-Unis [ni] en Chine » ajoutant ensuite que La nouvelle [identité] Alfa est définie par la 4C, Stelvio et Giulia. Voilà ce sur quoi nous nous concentrons« .

La Giulietta et MiTo sont deux très bonnes voitures, mais elles ne sont pas au même niveau que Giulia et Stelvio, [et] l’indice de référence, que nous avons fixé à Alfa est beaucoup plus compatible avec la Giulia et le Stelvio.

Pieter Hogeveen, le directeur Alfa Romeo en Amérique du Nord, fait écho à ces déclarations. Récemment, au salon de Toronto, au Canada, il avait déclaré qu’il était difficile d’imaginer des produits comme la Giulietta se rendant en Amérique du Nord où les petits véhicules offrent de faibles marges bénéficiaires et ne sont pas populaires en Amérique du Nord ni en Chine, ajoutant d’ailleurs que les Alfa futures allaient chasser un segment plus important du marché plutôt que le segment des sous-compactes. Voilà qui a le mérite d’être clair.

Et comme notre homme ne s’est pas arrêté là, il a même avancé que « si vous jetez un oeil à où va l’industrie aux États-Unis, l’industrie du premium est d’environ deux millions d’unités par an » puis que « Vous voyez, la croissance est dans les véhicules plus grands, pas dans les véhicules de taille plus petite. Nous voulons nous assurer que nous sommes en concurrence dans les segments où la possibilité de croissance en volume est forte, mais nous voulons aussi offrir aux gens les attributs qu’ils doivent attendre d’une Alfa Romeo« , concluant par un « Je sais qu’en ce moment, Giulietta ne rentre pas dans nos plans ».

Ainsi, si MiTo et Giulietta devraient encore rester au catalogue un certain temps (en tout cas pour Giulietta), on se doute que les prochains modèles prioritaires seront haut de gamme, avec les tarifs qui vont avec.Certainement un ou deux SUV sont-ils en ce moment la priorité.

Quoi qu’il en soit, attention pour Alfa Romeo, à ne pas lâcher la proie pour l’ombre, à ne pas délaisser l’Europe et ses clients Alfistes pas forcément fortunés, pour se lancer dans une stratégie premium où les clients ne suivraient pas forcément, en particulier à l’international où les Allemands sont très bien implantés et ont fidélisé leur clientèle. Alors que beaucoup ont continuer d’acheter des Mito et Giulietta pendant les années difficiles, les oublier aujourd’hui et plus encore demain, est-il correct pour eux et intelligent pour la stratégie ? 

Enfin, Reid Bigland a confirmé que la stratégie d’offrir 6 modèles Alfa supplémentaires s’était un peu transformée, refusant de se prononcer sur l’échéance de cette promesse. Tout dépend aussi du succès de Giulia et Stelvio…

Partager cet article

7 commentaires à propos de Panda, MiTo, Giulietta : des modifications géostratégiques lourdes à prévoir ?

Jérôme dit : S'abonner 13 March 2017 à 15 h 10 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1 0 0 0 0 0

J'aime de moins en moins leur stratégie... Je serai personnellement dégoûté s'ils venaient à abandonner les MiTo et Giulietta... Comme dit l'article, ce serait une grosse erreur d'oublier les clients fidèles moins fortunés... Et imaginons que cela ne se fasse qu'un temps, le temps d'explorer les USA et la Chine puis revenir proposer des petits modèles en Europe une fois l'argent récupéré, la clientèle sera-t-elle toujours là ? Pas sûr... Du coup, chez FCA, on a plus trop le choix en petit modèle... Ypsilon-MiTo-Giulietta vieillissantes ou alors les éternels 500/Panda ou la Tipo... Mitigé.

  • MiTo Junior
mafioli dit : S'abonner 13 March 2017 à 16 h 29 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Une fois l'AD Marchionne à la retraite, je crains le pire pour les marques italiennes du groupe FCA qui ne sont pas premium... surtout si c'est un AD américain financier qui reprend la barque... Donc prions pour qu'Alfa monte encore en gamme pour se vendre dans le monde, là ou l'italianité des voitures est un avantage. concernant l' Europe (EUROPA en Allemand) il y aura toujours un noyau dure de fan qui résisteront au teutons, je ne met fais pas de souci meme si il n'y a plus de Hatchback dans le catalogue. Pour Fiat... plus rien ne m'étonne... Faudrait réssucité Innocenti la vrai voiture des italiens ;) histoire d'énervé Fiat qui se croit un peu tout permis... A j'oubliais des industrielles ferment des usines en Italie pour les pays de l'est en prenant au passage des fonds europeéens. heureusement le cynisme ne tue pas...

  • Alfa Romeo
Guy Bentouhami dit : S'abonner 13 March 2017 à 20 h 13 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 1 0

Encore une mauvaise décision de plus de la part des grands penseurs de FCA. Arrêter la production des Mito et Giulietta est une grosse connerie, comme d'ailleurs l'arrêt de la production de la 159 en son temps. Ces 2 autos permettent d'accrocher une certaine clientèle et ignorer ces clients actuels est une faute majeure qui pourrait coûter gros à Alfa. C'est mépriser tous ceux qui ont acheté dans le passé des Alfa Sud dans le passé. C'est aussi oublié tous ceux qui ont maintenu Alfa en vie en achetant tous ces modèles. BMW et Audi font bien des petites autos, est-ce que FCA aurait pris la grosse tête ?

  • Giulietta Multiair 150 Lusso packVeloce 18''
alexandre dit : S'abonner 13 March 2017 à 21 h 36 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
2 0 0 0 0 0

Je me fais l'avocat du diable mais Mito = 2008 et Giulietta 2010.Elles ne correspondent plus technologiquement aux nouvelles Alfa Romeo. C'est normal qu'elles soient arrêtées. Je pense que la MiTo ne sera jamais remplacée par contre la Giulietta sera surement renouvelée avec la plateforme Giorgio. Mais ça, ça ne sera pas avant les 2 SUV et la grande berline. Là où je rejoins tout le monde c'est qu'aujourd'hui une Giulia vraiment de base ça démarre à 30 000 € (mais en réalité plus 35 k € à 45 k € pour avoir des modèles intéressants) et ce n'est pas avec le Stelvio + 2 autres SUV + grande berline que le prix de départ va être plus agressif. On est loin de la MiTo qui démarre à 15 k € et la Giulietta à 20 k €... C'est un vrai coup de poker car si Alfa Romeo foire l'année 2017, ça va être dur, très dur...

    marmotte31 dit : S'abonner 14 March 2017 à 15 h 18 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    A force d'attendre une eventuelle GIULIA SW en 2025??? je crois que je vais aller chez VOLVO

    • Alfa 147
    Dna-adn dit : S'abonner 14 March 2017 à 22 h 30 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 1 0 0 0

    Eh ben c' est super j'aurai pas a changer ma giulietta que j'adore ! "I 'm not rich, but I live like a millionnaire..." comme dit le slogan publicitaire de la Tipo, et c'est un peu aussi l'etat d'esprit je trouve des dirigeants d'Alfa Romeo actuellement : on n'a pas une thune chez FCA, mais on va vous vendre des caisses maousse costauds a 5 plaques... (et qui dit que les clients seront au rdv ?) Ce serait une tres grave erreur pour la marque de se couper de son marche historique, en mettant en sommeil les modeles accessibles a une majorite de clients, disons moins de 30 000 euros. Cela commence a bien faire avec ces dirigeants anglo saxons coupes de la realite, qu'on nous rende Walter da Silva ! ;-) S'ils aiment le cash flow a ce point, et si peu la marque, eh bien qu'ils aillent bosser chez Tesla ou Boeing.... Bon ben il me reste plus qu'a aller faire un tour demain au salon de Geneve me consoler dans les bras des hotesses et autre bellas ragazzas...

      olivier84 dit : S'abonner 16 March 2017 à 14 h 12 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      0 0 0 0 0 0

      Je trouve que le plan de relance d'Alfa Roméo trop ambitieux et irréaliste. Cette marque veut perdre ses clients pas vraiment fortunés en misant prioritairement sur le marché américain. Les futures Alfa qui seront majoritairement des SUV ne seront pas forcément des succès aux USA. Même sur le segment du prémium le marché américain est très concurrentiel et ils est difficile de se faire une place. Alfa n'a pas l'image pour prétendre rivaliser avec Lexus, bmw, mercedes, acura et même audi qui se casse les dents aux pays de l'oncle Sam. La giulia se vends mal et tout dépendra du succès du stelvio. Le scénario rose est que le stelvio et les autres futurs modèles cartonnent aux usa et alfa sera sauvé et les pertes de FCA sont épongées. Le scénario gris et que les futures alfa sont des bide, le groupe FCA fait faillite, Alfa et maserati sont revendus à des chinois et le reste du groupe se retrouvent à l'article de la mort. Sergio marchionne devrait revoir ses ambition à la baisse et renouveler les mito, giulietta, lancer un suv compact rival du x1, miser plutôt sur le marché chinois au lieu du marché américain.

      • renault scènic 2

      Laisser un commentaire

      Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

      Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.