Marchionne cherche (toujours) alliance désespérément

Dans la série « Marchionne cherche alliance désespérément », dont je vous faisais l’écho dans le bilan de décembre dernier, nouvel épisode de drague « marchionnesque ». Alors Mary (Barra) cédera-t-elle aux avances de Sergio ? Ou bien résistera-t-elle ? Au vu de la tournure parfois risible des événements, pourquoi ne pas résumer l’épisode du jour, avec humour et second degré ?

L’élément déclencheur : le mariage imprévu de PSA et Opel

Opel, la danseuse allemande qui n’atteint pas l’aura des étoiles germaniques premium, et toujours recalée aux ballets de province, est déficitaire. Véritable panier percé depuis quinze ans, la belle perd environ 1 milliard d’euros par an… Voilà une belle dépensière ! Aussi, sa mère Mary (Barra) l’a avertit : elle qui tente de gérer convenablement la maison General Motors depuis qu’elle a été placée en faillite en 2009, cherche une solution aux frasques de sa fille. Ici, point de pension suisse en solution… Mais il faut trouver une solution car la colère gronde… Mary est américaine et elle veut désormais un retour sur investissement rapide. Money is money !

C’est ainsi que le public apprit par la presse il y a quelques semaines que Carlos Tavares, nouvel acteur de la grande série « Je veux ma place au soleil dans le monde automobile », a approché discrètement la maman pour demander la main de sa fille chérie, avec effet immédiat et cérémonie intime. La dot n’est pas extraordinaire mais la mariée n’est pas fringante non plus… En tout cas, personne n’a rien vu venir et Opel, qui traînait dans les jupes de maman depuis 1929, a officiellement été mariée sans demander l’avis de l’intéressée… Pour le meilleur et pour le pire de nos deux nouveaux Roméo et Juliette de l’automobile…

Qu’en pense Sergio ?

Sergio, qui passait par Genève, lieu d’officialisation des noces, et toujours à l’affût d’une alliance nouvelle, Chrysler ne lui suffisant plus, s’en est allé de son commentaire, bien que personne ne lui eut demandé… « De mon point de vue, ce à quoi nous avons assisté hier constitue un pas, probablement un pas dans la bonne direction », ajoutant ensuite « Je ne suis pas sûr que ce soit (la décision) que j’aurais prise, mais je comprends le raisonnement » puis « Je l’ai dit depuis longtemps, ce secteur doit trouver une façon de réduire ses coûts opérationnels, c’est ce qu’il faut faire ».

Autrement dit, pour Sergio, foin de sentiments, tout est une question d’argent !

Où quand Sergio tente à nouveau une ouverture

Vous le savez, notre Casanova de l’automobile est prêt à toute ouverture qui lui apporterait de quoi poursuivre son expansion mondiale et améliorer sa rentabilité financière. Ainsi, profitant qu’on lui tendait le micro, il s’en est allé à une nouvelle technique d’approche auprès de Mary, sa bien-aimée, qui l’a pourtant égarée à maintes reprises. Après l’approche timide, l’approche menaçante (on avait parlé de tentative d’OPA hostile pour forcer la belle…), c’est par une attitude de semi-distance que, l’espère-t-il, l’ouverture se fera. Ainsi, il déclare « Je ne ferme jamais de portes (…) Il se peut que je frappe encore et sans honte à la porte de GM, ou à toute autre porte, si je pense que c’est une bonne chose pour l’entreprise », ajoutant néanmoins que son intérêt faiblit désormais dans la mesure où le potentiel de synergies a baissé de 15-20 % avec la cession d’Opel… Marchionne ferait-il la fine bouche ?

Où quand les analystes doutent du potentiel de drague de Sergio

Les analystes sont en effet dubitatifs sur sa capacité à être entendue de Mrs Barra, toujours sourde à ses suppliques d’amoureux transi… Ainsi, comme le note Angelo Meda, « GM va déconsolider un actif déficitaire et améliorer le rendement du capital (…) ça rend une opération avec FCA moins vraisemblable », ajoutant que le nombre des possibilités pour FCA va en s’amenuisant.

Pour Marchionne, il s’agit aussi de s’assurer une union pérenne face à des difficultés de trésorerie qui risquent de s’accroître. Alors, se marier, pour partager les coûts ? C’est une raison suffisante pour le même analyste qui déclare que « A la traîne de la concurrence dans les véhicules hybrides et électriques et sans transaction dans les deux à trois ans, le principal risque est une augmentation des investissements qui grèverait une génération de cash déjà médiocre comparée aux concurrents ».

Pour l’heure, notre Don Juan reste isolé et on se refuse à l’écouter du côté de Détroit car des sources professionnelles font valoir que FCA n’intéresse pas GM parce que – et ce n’est pas la moindre des raisons – leur alliance déboucherait sur des pertes d’emplois massives, faisant plus que sourciller les syndicats.

Sergio prêt à l’union avec l’ennemi Volkswagen ?

On le sait aussi, les relations entre Marchionne et les dirigeants de la marque de Wolfsburg n’ont jamais été au beau fixe, par différence de tempérament, agrémenté d’egos surdimensionnés des deux côtés, et une affaire de vente potentielle d’Alfa Romeo qui aura empoisonné le monde automobile pendant des années… Et pourtant, Sergio serait-il prêt à franchir le Rubicon et à se livrer à celui à qui il s’est toujours refusé ?

Assistera-t-on à l’union qu’aucun scénariste n’aurait jamais imaginé ? Celle de VW et de FCA ? C’est en tout cas une possibilité que le dirigeant du groupe italo-américain a laissé sous-entendre, toujours à sa volonté de commentaires… Pour lui, l’union de PSA et d’Opel impacte surtout le géant VW qui pourrait voir d’un mauvais oeil ce nouveau couple et sa future progéniture faire de l’ombre à sa toute puissante famille régnante d’Europe. Et les forcer à entamer des discussions avec FCA. « Je ne doute pas que, le moment venu, il se montre et discute », a-t-il dit. Marchionne serait-il donc prêt à tout pour se marier et améliorer ses perspectives d’avenir ?

En tout cas, l’annonce ne s’est pas faite attendre du côté de la toute puissante famille allemande qui a ainsi déclaré ce jour. C’est Matthias Müller, le président du directoire du groupe qui aura ainsi répondu de manière tranchante « Nous ne sommes pas prêts à discuter de quoi que ce soit. Je n’ai pas vu (Sergio) Marchionne depuis des mois. […] « Nous avons d’autres problèmes ». Il faut dire qu’avec le scandale du Dieselgate, l’empire automobile germanique a vu sa couronne vaciller et doit d’abord s’occuper de calmer les tensions financières et judiciaires qui la traversent.

Ainsi, Sergio reste encore seul pour l’instant. Ni les Américains, ni les Allemands, ni les Français ne sont intéressés à se marier avec le pourtant tout-puissant administrateur délégué du groupe. Alors, tentera-t-il à nouveau de forcer la main ? Subira-t-il un nouveau « râteau » prochainement ? Se tournera-t-il vers une famille de nouveaux et riches héritiers issus de l’Empire du Milieu ? La suite au prochain numéro de « Sergio cherche alliance désespérément »

Partager cet article

5 commentaires à propos de Marchionne cherche (toujours) alliance désespérément

V6 alfa dit : S'abonner 11 March 2017 à 17 h 47 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Excellent article 👍... je pense que Sergio marchionne trouvera un bon deal avant son départ …

  • 147 gta rosso gtv6 2,5 rosso 🇮🇹
marmotte31 dit : S'abonner 11 March 2017 à 18 h 03 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

De toute maniere, le panel reste assez restreint coté Japon TOYOTA bonne maitrise des hybrides et des electriques MAZDA reste le seul constructeur japonais indépendants + coopération sur la MIATA/FIAT 124 coté Europe BMW/Mini quel positionnement d'ALFA face à BM MERCEDES ils ne doivent pas avoir de bon souvenir de l'alliance avec CHRYSLER Groupe VW c'est l'ennemi déclaré Alliance RENAULT - NISSAN - MITSUBISHI - les derniers fourgons sortent de chez RENAULT pourquoi pas - Grosse avance techno dans l'electrique PEUGEOT - CITROEN - OPEL - les 2 groupes (PSA et FCA) sont en retards sur les solutions alternatives (Hybride - full elec) coté USA, je n'ai aucune idée reste les asiatiques, TATA possède LAND ROVER et JAGUAR mais cette dernières est en opposition avec ALFA et MASERATI

  • Alfa 147
Jacques Donis dit : S'abonner 11 March 2017 à 21 h 26 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Je pense que Honda aussi est indépendant, et vu le succès de leurs voitures aux USA et en Asie, ils ne sont pas prêt pour une alliance.

    frederic dit : S'abonner 12 March 2017 à 19 h 26 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    Il est clair qu'une alliance avec un asiatique reste la plus avantageuse mais les mentalités, japonaises en particulier, font qu'ils sont assez enclin à l'autonomie, sans compter un patriotisme sourcilleux. - Ainsi, Nissan n'a pas hésité à prendre 34% du capital de Mitsubishi après l'annonce du trucage de nombreux de leurs véhicules. Même si la coopération était ancienne, nul doute que la volonté de "protéger un frère japonais" a du jouer... Dommage car Mitsubishi aurait pu apporter de vrais compléments de gamme et d'implantation stratégique. - Pour les coréens, Hyundai et Kia fonctionnent en vase clos, trustent le marché sud-coréen et cherchent l'expansion par eux-mêmes, sans alliance extérieure... -Suzuki n'a pas réussi son alliance avec VW: différence de caractère, volonté d'autonomie très pointilleuse côté Suzuki et incompatibilité de travail avec VW qui comptait gérer la marque japonaise comme une filiale... Au final, beaucoup de marques japonaises indépendantes et intéressantes (Suzuki, Honda, Mazda) qui apporteraient un vrai plus pour FCA (à condition de savoir travailler ensemble) mais les Japonais aiment rester en solo et n'apprécient pas les mariages pour le meilleur et pour le pire. Plutôt les coopérations techniques à durée et et portée précise (voire limitée). Dur, dur pour FCA... -

      Jacques Donis dit : S'abonner 30 March 2017 à 11 h 33 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      0 0 0 0 0 0

      Quand je lis que Lancia avec un seul modèle et uniquement en Italie fait presqu'aussi bien qu'Alfa, je me pose la question: quelle marque fallait-il pousser en avant ?

      • Lancia Fulvia Coupé

      Laisser un commentaire

      Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

      Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.