Bilan du groupe FCA pour l’exercice 2016 : un très bon cru

FCA 2016

Le groupe FCA a livré ses chiffres pour l’exercice 2016 et, comme vous allez le découvrir, ils sont (très) bons.

Chiffres comptables : objectifs atteints, même dépassés !

On notera tout d’abord que, pour l’an dernier, le chiffre d’affaires (CA) s’est élevé à 111 milliards d’euros, en ligne avec 2015 mais aussi avec les attentes des analystes (111,5 milliards) (mais légèrement en-dessous de l’objectif du groupe qui était supérieur à 112 milliards…).

En ce qui concerne l’Ebit (bénéfice avant impôts), il a progressé de + 26 % sur un an, atteignant ainsi 6,05 milliards d’euros, quand FCA visait plus de 5,8 milliards d’euros. Signalons que l’Amérique du Nord représente toujours 85 % de ce résultat.

Quant au bénéfice net, qui génère la trésorerie réelle du groupe, il s’établit à 2,5 milliards d’euros, en hausse de + 47 %, alors que le groupe prévoyait un résultat supérieur à 2,3 milliards. Là aussi, objectif atteint et dépassé !

Passons maintenant à la dette industrielle, point faible du groupe : elle passe de plus de 5 milliards à 4.6 milliards. Un objectif atteint car il était prévu de la faire passer sous la barre symbolique des 5 milliards à fin 2016.

La trésorerie nette s’établit à 23.8 milliards (contre 24.6 milliards l’an dernier).

chiffres 2016 (2)

Enfin, la marge opérationnelle : elle atteint 7,4 % pour FCA en Amérique du Nord ( + 1 point sur un an) et 5,5 % au niveau mondial. Notons que les quelque 38 200 employés américains de chez Fiat Chrysler se partageront chacun 5000 $ US le 17 février prochain. L’an dernier, c’était 4000 $.

Quelques chiffres de ventes

Peu de chiffres nous ont été communiqués. Si ceux de Maserati font l’objet d’un article ici, on notera également que Jeep a réalisé une très belle performance et établi un nouveau record dans son histoire, avec des chiffres de ventes cumulés s’établissant à 1.4 million d’unités (+ 9 % sur un an), dépassant le précédent record 2015 à 1.2 million d’unités.

Le chiffre global de ventes du groupe se situe à 4.7 millions de véhicules commercialisés, soit le même niveau que 2015. Un chiffre qui peut s’avérer décevant quand on voit les bonnes dynamiques de certaines marques (Jeep, Maserati, Fiat) mais qui s’avère logique au vu :

1- des faibles volumes de marques en devenir comme Maserati et Alfa Romeo ;
2- de baisses des ventes pour Chrysler ou Dodge sur leur marché domestique ;
3- et de marchés internationaux instables comme l’Amérique du Sud, en baisse prononcée, compensant par la même les dynamiques d’ailleurs.

chiffres 2016

Des résultats globaux somme toute logiques mais malgré tout insatisfaisants car stagnants…

Par section mondiale, on notera que le groupe  a écoulé environ 2.6 millions d’unités en Amérique du Nord, un peu plus de 450 000 en Amérique du Sud, un peu plus de 230 000 unités en zone Pacifique (dont 140 000 rien que pour la Chine) et 1.3 million pour la zone EMEA (Europe + Proche-Orient + Afrique du Nord).

Perspectives 2017 : on continue sur la lancée

Pour 2017, le groupe table sur de belles prévisions :  un chiffre d’affaires entre 115 et 120 milliards d’euros, un Ebit ajusté supérieur à 7 milliards d’euros, un bénéfice net ajusté supérieur à 3 milliards, et une dette nette industrielle inférieure à 2,5 milliards (c’est-à-dire nettement réduite encore par rapport à 2016 !)

« Le marché apprécie vraiment les prévisions de 2017, surtout celles de l’endettement net et du bénéfice d’exploitation, qui sont plus volontaristes que prévu », a déclaré un trader de Milan à l’annonce des résultats et des perspectives.

FCA ajoute dans son communiqué de presse que  » les objectifs 2017 confirment la conviction du groupe d’atteindre ses objectifs pour 2018″. Des objectifs 2018 qui consistent, pour la dernière année au pouvoir de Marchionne à la tête du groupe en un chiffre d’affaires de 136 milliards d’euros et un bénéfice net ajusté de 4,7 à 5,5 milliards d’euros.

Marchione a souligné que FCA menait par ailleurs actuellement « d’intenses discussions avec l’EPA et la Carb (l’agence californienne de l’environnement) sur l’homologation des véhicules diesel pour 2017″, en soulignant que celles-ci « avançaient bien ». « Nous espérons que les discussions arrivent à une conclusion relativement rapidement » et permettent également de résoudre la question des « modèles 2014, 2015 et 2016 », a-t-il ajouté.

Il a souligné que ses équipes étaient « concentrées » sur la mise en oeuvre du plan stratégique 2014-2018, réalisé déjà « à 60 % », et qu’après une année 2016 « record », le groupe « était confiant quant à la réalisation des objectifs pour 2018 ».

Partager cet article
Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.