L’instant Nostalgie n°2 : Lancia Aurelia B20 : Avanti !

B20 coupé

C’était au sortir de la guerre. L’Italie manquait de tout et pourtant l’optimisme reprit vite le dessus ! Lancia, dirigée depuis 1937 par Gianni Lancia, fils du fondateur Vincenzo, lança l’idée d’une remplaçante à l’Aprilia, qui avait déjà marqué les esprits, mais qui se devait d’être plus grande, plus confortable, plus moderne. Ainsi naquit au Salon de Turin de 1950 l’Aurelia, du nom de la Via Aurelia, voie romaine située entre Rome et la Côte d’Azur…

Caractéristiques principales

La berline Aurelia B10, à 4 portes, étrenna le premier moteur V6 au monde à être fabriqué en série, et incliné à 60°, d’une puissance initiale de…56 ch ! La coque est autoporteuse et déjà les possesseurs de l’Aprilia voient la différence avec la nouvelle Aurelia.

Aurelia B10 4 portes

Mais c’est surtout avec la version Coupé appelée Aurelia B20 que ce modèle entra dans la légende. A une époque où les carrossiers et studios de design avaient une indépendance qui n’est aujourd’hui plus qu’un souvenir, ce sont les studios Ghia qui eurent l’idée de s’atteler au coupé B20 dès 1951. Le succès est tel que la production déménage rapidement chez Pininfarina

Un Coupé qui brille par son élégance, avec des traits fluides et classiques, tout en finesse, avec une large calandre et deux feux ronds latéraux. Seul l’ajout de 2 feux plus petits lui offre à la fois une touche de charisme supplémentaire et toute l’élégance typique des belles italiennes de l’époque… La ligne générale est nette  et se termine à l’arrière sans aucun pli ni aucune brisure de trait, avec une magnifique chute de reins effilée… Assurément du grand art !

L’intérieur est tout aussi chic avec des sièges en cuir, un volant en bois, un double compteur, l’un indiquant la vitesse et l’autre le compte-tours (qui monte jusqu’à 5 500 tours/minute), sans compter l’autoradio face au passager. Un mélange d’élégance et de sportivité qui font de la grande Lancia une GT de l’époque (créneau que remplissait déjà l’époque (et remplit toujours, contrairement à Lancia) la marque Maserati !)

Aurelia B20 intérieur

Le moteur lui, passe à 75 ch au moment du lancement du Coupé B20, puis évoluera jusqu’à … 118 ch ! La fin de la production eut lieu  en 1958.

La version B24 Spider

Quand on a une si belle voiture  avec un moteur V6, on n’a qu’une seule envie : l’entendre chanter ! C’est exactement pour cela que fut lancée la version découvrable B24 Spider en 1954. Elle repose sur la version raccourcie du coupé, comme c’était de coutume à l’époque. Stricte deux places, elle perd en places arrière, ce qu’elle gagne en sportivité visuelle. Cette version a essentiellement été pensée pour le marché américain. Véritable collector, atteignant des prix stratosphériques ! Uniquement pour le plaisir des yeux !

Voitures des stars…. de toutes les stars !

La version Coupé B20 et la Spider B24 ont été très tôt prisées des stars des années 50 et 60. Ainsi, elle apparaît en 1956 au cinéma dans le film « Et Dieu créa la femme » de Roger Vadim, où l’acteur Curd Jürgens tente de séduire Brigitte Bardot avec une B24 Spider à Saint-Tropez.

Elle fut aussi la voiture de Gary Cooper ou encore du prince Rainier de Monaco.

Surtout, elle fut utilisée par Hergé, grand amateur de belles automobiles (en particulier italiennes) pour les aventures de Tintin. C’est la célèbre scène de l’Affaire Tournesol où Tintin et Haddock sont renversés puis emmenés par le très italien Signor Cartofolli dans son Aurelia B20 Coupé à la poursuite des ravisseurs du Professeur Tournesol. Notre conducteur n’hésitant pas à leur déclarer qu’il va leur « montrer que les voitoures et les condouctorés italiens, ils sont les meilleurs du monde. Avanti ! »

Et pour prouver la déclaration de notre bonhomme, quoi de mieux pour la marque que de participer à la compétition automobile ?

Ainsi le modèle B20 remporta de nombreuses courses (2nde au Mille Miglia derrière Ferrari alors qu’elle n’avait qu’un moteur 2L de 80 ch !).  Mais c’est surtout la victoire de Giovanni Lurani aux 24 Heures du Mans 1951 qui marque l’esprit. Il part par la route au volant de notre italienne jusqu’au circuit de la Sarthe, remporte la catégorie des moteurs 2 litres, puis repart en Italie avec le même bolide sur des routes plus conventionnelles ! La victoire aux 24 Heures est réitérée en 1952, avec d’ailleurs les 6ème et 8ème places au classement général.

Véritable collector, bijou de l’histoire de Lancia, marque aujourd’hui en péril, elle est la preuve que l’automobile italienne marqua toute une génération d’autophiles, un exploit encore plus difficile dans notre monde actuel, très autophobe et amateur de déplaçoirs sans âme… Une autre époque !

crédits photos : stubs-auto.fr, italian-cars-club.com, wheelsage.org

Partager cet article

4 commentaires à propos de L’instant Nostalgie n°2 : Lancia Aurelia B20 : Avanti !

Alexandre Filluzeau dit : S'abonner 10 January 2017 à 19 h 01 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Bravissimo ! J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet article :)

    Frédéric B. dit : S'abonner 10 January 2017 à 19 h 30 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    Merci, c'est gentil :)

      bentouhami dit : S'abonner 10 January 2017 à 20 h 18 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      0 0 0 0 0 0

      C'est dommage que Fiat ait si mal géré Lancia . Laisser mourir une marque aussi prestigieuse n'est pas moral. Il faut dire que les carrosseries des derniers modèles n'étaient pas très heureuses. Je ne comprends pas que Lancia n'ait pas pu s'offrir les services d'un Pininfarina par exemple...

        mafioli dit : S'abonner 11 January 2017 à 9 h 15 min
        Like
        Like Love Haha Wow Sad Angry
        0 0 0 0 0 0

        Magnifique! Des hommes et des femmes visionairs, travailleurs et ambitieux ont permis à l'Italie de l'époque de briller dans l'automobile. Epoque brillante pour l'Italie et l'Europe en général, a comparer avec la fadeur de notre époque...

          Laisser un commentaire

          Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

          Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.