Essai Fiat 500 électrique : moteur ! Silence…

Ca y est, il est enfin possible d’essayer la nouvelle Fiat 500 électrique dont nous parlons depuis plus de 2 ans sur ce site. Commercialisée depuis quelques semaines, cette nouvelle 500 électrique est d’un enjeu capital pour la marque : nouvelle plateforme, nouveau moteur, fabriquée en Italie,.. elle doit séduire les clients, émaner la dolce vita, et rencontrer le même succès commercial que la précédente Fiat 500 commercialisée à plus de 2 millions d’exemplaires dans le monde depuis sa sortie. Moteur ! Silence….

Présentation extérieure

Côté design, le challenge a été de conserver les codes qui ont fait le succès de toutes les 500 : petite, attachante, maniable, 4 places. Le modèle d’essai est une 500 électrique Icone couleur Rose Gold avec des jantes 16″.

Pour cette nouvelle 500 électrique, les designers n’ont pas pris de risques car on retrouve la silhouette de la précédente 500 mais avec un air plus moderne. Le logo Fiat laisse place à un logo 500. L’entrée d’air à l’avant a été réduite et est peinte couleur carrosserie. Bien sur il y a aussi les nouveaux feux avant et arrière et quelques autres détails…

Côté dimensions elle garde les codes d’une petite voiture avec 3,63m de long, 1,68m de large et 1,53m de haut.

En tout cas, citadine électrique 4 places cabriolet, cette 500 coche de nombreuses cases ! En version cabriolet, le coffre offre une contenance de 185 L, comme sur la verision thermique.

Présentation intérieur

Sur cette finiton Icone, la planche de bord reprend la couleur de la carosserie. Toujours sur cette finiton sont proposés un écran tactile 10″ avec le nouveau système Uconnect et un chargeur à induction (sans fil) pour smartphone. Le nouveau système Uconnect que l’on retrouve sur les nouvelles Jeep et même chez Maserati est vraiment au niveau et parfois au dessus de la concurrence. Il est à mon goût plus performant et complet que chez Alfa Romeo, Lexus, etc.

L’ensemble est bien fini, la qualité d’assemblage fait premium. Toutefois, si ce n’est pas choquant à l’oeil, j’ai été un peu décu du toucher du plastique dur au dessus de la planche de bord et au niveau des portières. Par rapport au prix de la voiture, je pense qu’un autre matériaux aurait été possible.

L’ensemble peut paraitre un peu austère pour l’instant. Heureusement que, dans la finition Icône, la planche de bord donne de la couleur. On attendra d’autres coloris pour les sièges et les plastiques dans une future gamme…

A noter que l’ouverture des portes depuis l’intérieur se fait via un bouton électrique. C’est sympa, sans plus !

Roulage… en silence

Le moteur électrique offre une puissance de 118 ch et un couple (toujours disponible) de 220 Nm. Sur le papier, cela donne un 0 à 100 km/h en 9 sec et un 0 à 50 km/h en 3,1 sec. Sur la route, j’ai été très agréablement surpris par la bonne accélération et la bonne reprise même à haute vitesse de cette 500 électrique. Vous pourrez en surprendre plus d’un lors de vos dépassements. Il est à noter que cette petite voiture pèse sur la balance 1 365 kg dont 295 kg de batteries. C’est moins lourd qu’une Renault Zoé, presque autant qu’une BMW i3.

Pour toutes situations (un rond point, dépassement, etc.) la puissance du moteur est disponible. La 500 électrique, même si sa direction est très souple, est joueuse. Même à haute vitesse. Il est tout à fait possible d’être à 110 km/h et d’atteindre rapidement la Vmax du véhicule grâce au couple du moteur électrique toujours disponible. C’est agréablement suprenant. Il y a plusieurs modes de conduite (Normal, Range et Sherpa) mais il manque à mon goût un mode « dynamique » qui rafferimerait la direction, les suspensions et donnerait un petit coup de pied au 0 à 50 km/h… peut-être pour la version Abarth !

Autre point fort de cette voiture électrique : le silence bien sur ! Entre le moteur électrique et l’insonorisation de la voiture, quel confort de pouvoir parler à son passager sans hausser la voix, comme si on était chez soi dans son salon.

L’autonomie, selon la norme WLTP, est de 320 km. Ce qui est tout à fait réaliste car, pendant l’essai, la conduite a été très dynamique à basse et haute vitesse (500 électrique a pu suivre sans problème l’essai de la Maserati Ghibli hybride qui avait lieu le même jour), et a offert un peu plus de 220 km d’autonomie. En conduite « normale » il est, je pense, tout a fait possible de faire bien plus de 300 km.

Temps de charge

La charge d’une voiture électrique est un sujet parfois difficile à comprendre. Pour faire simple, à domicile, sans wallbox, il faut compter 9 h et 15 min pour une charge complète. Pour les temps de charge partiels, et en publique, le schéma ci-dessous l’explique.

Dans la vie de tous les jours, vous branchez votre voiture tous les soirs et le matin elle est chargée pour la journée. Pour faire des trajets plus longs, il faudra bien faire votre itinéraire de bornes de recharge, si possible Mode 4 qui permet de charger pour 50 km d’autonomie en seulement 5 minutes et 80 % de la pleine capacité en 35 minutes.​

Tarifs et gamme de la Fiat 500 électrique

La 500 électrique de notre essai est une cabriolet 118 ch finition Icône affichée au tarif de 32 900 € hors bonus écologique. C’est presque 10 000 € de plus qu’une Fiat 500 cabriolet essence hybride 70 ch finition sport.

La hausse de tarif s’explique par le prix des batteries et par le fait que cette 500 électrique est fabriquée 100 % en italie (à Mirafiori, là où est fabriquée la Maserati Levante) contrairement à sa prédécesseuse, fabriquée en pologne. Notez que, afin de rasssurer l’acheteur, la voiture est garantie 2 ans et les batteries 8 ans et 160 000 km.

La gamme 500 électrique est composée de plusieurs finitions :

  • Action : uniquement en version berline, prix hyper attractive grâce à l’utilisation d’une batterie de 23,7 Kwh (et donc autonomie réduite) ;
  • Passion : régulateur de vitesse, jantes 15″, écran tactile 7″, batterie de 42 Kwh ;
  • Icône : capteur de pluie, limiteur de vitesse intelligent, radar de recul, jantes 16″, climatisation autimatique, écran tactile 10″, batterie de 42 Kwh.
  • Icône plus : feux croisement et route automatique, jantes 17″, feux led, accoudoir central, toit panoramique, chargeur smartphone sans fil, batterie de 42 Kwh.
BerlineCabriolet3+1
La Prima34 900 €27 900 €36 900 €
Icône plus31 500 €34 500 €33 500 €
Icône29 500 €32 900 €31 500 €
Passion27 500 €30 900 €29 500 €
Action24 500€//

La Fiat 500 électrique 3 + 1 est une version berline avec porte antagoniste.

Proposée en 9 coloris, les coloris de la 500 électrique sont « minéraux ». Pour des coloris plus classiques comme jaune, rouge, etc. il faudra certainement attendre quelques mois pour que cela arrive au catalogue.

Conclusion : 500 % réussie ?

On pourrait penser qu’il aurait suffit à Fiat de prendre la 500 existante et de lui installer des batteries et un moteur électrique… pourtant il s’agit bien d’une toute nouvelle 500.

Elle est toujours petite, a le look 500 « rétro-moderne », disponible au choix en berline ou cabriolet et est très vive grâce à sa puissance de 118 ch.

Est-ce que le prix serait le sujet qui fâche ? Pas tant que ça ! Une Renault Twingo électrique 81 ch démarre à 21 350 €, Renault Zoé 109 ch 32 500 €, une BMW i3 170 ch à 39 949 €. La 500 électrique est très bien positionnée en prix. Ajotuez une prime à l’achat en France de 7 000 € pour une voiture électrique (jusqu’au 30 juin 2021), cela ramène le prix de notre modèle d’essai de 32 900 € à 25 900 €. Pour la version Action, cela ramène le prix de 24 500 € à 17 500 €.

Comme la précédente 500, on imagine que cette nouvelle 500 électrique évoluera avec le temps en proposant plus de choix de personnalisation. En attendant, il faut lui souhaiter tout le succès qu’elle mérite !

Merci à Ital Auto 85 pour la confiance et le prêt de la voiture.

34
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
30 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
9 Auteurs du commentaire
FredoJérômeGuitouAlexandre F.Scuderia Suisse Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Agrl
Invité
Agrl

Silouhaite 😀

Borel Garin Annie
Invité
Borel Garin Annie

J ai la fiat 500 La Prima depuis le 10 décembre dernier.. quelle déception..

Je passe mon temps à la concession (6 fois depuis l achat)… car il y a une mise à jour à faire..soit je n ai pas ete informée et je tombe en panne..circulation en mode tortue sur l autoroute..soit informée par courrier recommandé..hier ..je vais à la concession et ils ne sont pas prets….pas tt reçu et je vais devoir revenir.

L application Fiat fonctionne de temps en temps..

La recharge à 100%…durée 18hoo…et autonomie de 260 km affichée sur l ecran voiture.
A l achat..j ai le doc..on me parlait de 400km..

Etc…etc…

Je n ose pas circuler..peur perpétuelle de la panne quelle qu elle soit..
Elle est jolie .. c est tout.. de quoi pleurer.. c etait mon cadeau de Noël 🥶🥶🥶🥶🥶

Fredo
Invité
Fredo

La question étant uniquement logicielle, il y a bon espoir d’un fonctionnement normal rapidement ! L’amélioration du SAV Fiat mériterait aussi de monter en gamme (ce qui ne serait pas difficile)…

Guitou
Invité
Guitou

Je vais essayer de consoler Annie, qui pleure sur son (beau) cadeau de Noël, qui n’ose plus circuler à vitesse normale sur l’autoroute et qui attend 18 heures pour recharger sur une prise domestique, quand tout va bien. Ce ne sera pas facile : J’ai entendu dire que les voitures électriques décôtent très vite et se revendent mal pour le moment, ce qui n’est pas le cas des hybrides non rechargeables. A Fredo, qui a beaucoup de goût et d’imagination, je dirai que le rose romain que Mussolini a vulgarisé dans les années 30 sur les petits édifices de cantonniers au bord des strada et qui avec le temps devient un rose pastel, est bien éloigné de ce rose gold. Mais peu importe.

Fredo
Invité
Fredo

Je pensais plus à la place d’Espagne 😉

Guitou
Invité
Guitou

Certamente, Signore Fredo, ma il casa dei cantonieri sul bordo dei super strada tirent plutôt sur le rouge pompéien que sur les murailles roses de la piazza d’Espagna, même si avec le temps ce rouge carmin rosit quelque peu. Autant pour moi. Les Italiens ont toujours été des esthètes, et leurs stylistes automobiles contemporains sont dignes des grands ancêtres florentins et des romains de l’Antiquité. Les Lancia Aurelia et Thesis, les Alfa Giulietta (1960), mais encore les Fiat 500 sont dignes de figurer devant le Capitole en compagnie de Jupiter optimus maximus, via del Tempio di Giove. Pour aimer l’automobile italienne, il faut rêver de l’Italie.

Fredo
Invité
Fredo

Bonjour madame, Tesla Riviera a proposé hier un test indépendant sur YT qui semble montrer que les problèmes de charge de cette 500 sur différentes bornes sont résolus, j’espère qu’il en est de même pour vous ! À noter que les équipes de Fiat Italia ont été extrêmement réactives sur le coup, ce que je salue !

Jérôme
Invité
Jérôme

Pour répondre aux angoisse de Guitou (c’est du second degré hein :)) : oui le silence de l’électrique est un argument massue. Pas qu’à l’intérieur mais aussi à l’extérieur. Et je vais même plus loin : pour circuler dans une métropole, que ce soit en hyper-centre ou en péri-urbain sur périphs ou voies rapides, et traverser les interminables banlieues résidentielles limitées à 30 ou 50 en cas de chance insolente, l’électrique est très largement préférable au thermique ! Silence quasi total, pas de problématique de boîte de vitesses, pas de montées en régime du moteur, puissance immédiatement disponible à chaque démarrage ou redémarrage, conception globale des autos tournée vers une conduite zen et la question de l’autonomie ne se pose pas vu le faible kilométrage parcouru. Mais de mon point de vue ce n’est qu’un premier pas et le véhicule idéal pour les conditions de circulation décrites plus haut sera la voiture électrique autonome, qui transformera la torture qu’est la conduite dans une métropole en moment bienfaisant, dégagé de tout stress ! J’attends ça avec impatience, et c’est beaucoup plus proche qu’on ne pourrait l’imaginer. Alors, si ces véhicules peuvent être aussi mignons qu’une 500e, ou aussi désirables qu’une Alfa de la grande époque, je signe des deux mains le contrat de location ! Et pourtant c’est un passionné d’automobile et un Alfiste qui écrit mais j’ai tiré un trait sur le plaisir de conduite au quotidien, ce n’est plus possible, tout au moins quand on habite dans une grande… Lire la suite »

Calle 13
Invité
Calle 13

+1 ! 😉

Fredo
Invité
Fredo

Une fois de plus, à l’adresse de Fiat: qu’attendez vous pour proposer cet intérieur adapté au modèle 500X, sachant qu’il a bien deux années de carrière devant lui ? En particulier la planche de bord, le volant, l’instrumentation et les sièges ?

Guitou
Invité
Guitou

Fredo est un vrai décorateur d’intérieur. La classe.

Fredo
Invité
Fredo

Ce qui n’est pas classe, ce sont ces gros boutons ronds sur la planche de bord. J’ai l’impression qu’ils viennent d’un jeu Playskool…

Guitou
Invité
Guitou

Il est clair que dans des mégapoles de 20 millions d’habitants, comme c’est déjà le cas en Asie et bientôt en Afrique (au Caire, par exemple), la circulation automobile deviendra bientôt complètement impossible, faute de place. Les règlementations dites écologiques ne sauveront pas ces immenses fourmilières. Le problème du déplacement est d’abord un problème démographique. Mais en Europe, pour l’instant, l’air des villes est bien moins pollué qu’il y a 100 ans. Il suffit de regarder de vieux films sur la circulation à Paris vers 1910 pour s’en convaincre : le chauffage au charbon, les nuages de fumée et la carburation très approximative des moteurs de ce temps-là rendait l’air vraiment irrespirable. Quant-à la conduite électrique autonome qui séduit Jérôme, c’est Big Brother. Le transport collectif donne déjà une idée de cet avenir concentrationnaire liberticide.

Jérôme
Invité
Jérôme

Je ne travaille pas dans l’automobile mais dans un secteur d’activités très impliqué dans la connectivité de tout un tas d’équipements publics, privés ou industriels. Cela recouvre des sujets comme la 5G, l’internet des objet (ou IoT), l’Intelligence Artificielle et la cybersécurité, pour faire très bref. Je suis donc de près tout ce qui concerne les véhicules autonomes. J’emploie le terme « véhicules » à dessein car cela concerne tout ce qui se déplace, et pas uniquement les voitures. Un robot peut être un véhicule par exemple. Et si le développement des voitures autonomes prend tant de temps, c’est en grande partie à cause (ou grâce) des réglementations de protection des données et de la vie privée. En Europe, le RGPD est très protecteur et évite toute dérive, aux Etats-Unis c’est beaucoup moins restrictif, mais le vent est en train de tourner. Par conséquent le fantasme de Big Brother quant à la mobilité autonome est précisément un fantasme. Non, une voiture autonome ne vous obligera pas à prendre une route non désirée. Non, les voitures autonomes ne tueront pas des gens pour rien. Non, un hacker mal intentionné ne pourra pas prendre le contrôle d’une voiture autonome.etc, etc…. Je vous signale d’ailleurs que toutes les voitures neuves à partir du segment C disposent d’autonomie à plus ou moins haut niveau, qu’elle sont toutes équipées de connectivité permanente 4G et que ça ne pose aucun problème. Je sais, il y a eu 3 accidents, des hackers ont pris le contrôle d’un Cherokee il… Lire la suite »

Guitou
Invité
Guitou

La discussion prend de la hauteur, c’est presque grisant. Je ne crois plus guère aux bienfaits du progrès, ou plutôt de tous les progrès. Dans ma jeunesse, qui est loin, on avait beaucoup moins de contrainte et on était plus libre : pas ou peu de limitations de vitesse, pas de radars, pas ou très peu de stationnements payants (juste le Disque-Bleu, pour libérer raisonnablement les places disponibles en centre-ville), pas de couloirs de bus, pas de rond-point, peu de feux tricolores, etc… Certes, la route était un peu dangereuse, et il fallait éviter les alcooliques, les maladroits, et les dingos. Le freinage et la tenue de route d’une Dauphine Renault ou d’une Fiat 850 n’étaient pas exemplaires, et je reconnais qu’aujourd’hui c’est beaucoup mieux, et là il y a eu un vrai et bénéfique progrès. Mais Jérôme oublie que la voiture a aussi une dimension ludique, et ce ne sont pas les conducteurs d’Alfa ou de Maserati d’Italpassion qui me diront le contraire, même lors des déplacements simplement utilitaires. J’ai l’aide à la conduite n°1 (Advanced Driver Assistance Systems), et comme je n’aime pas beaucoup cette surveillance de tous les instants, je débranche (C’est encore possible). Je ne suis pas un kamikaze : aucun accident en 50 ans de conduite, et j’ai toujours mes 12 points, bonus maximum sur mon assurance depuis que cela existe, jamais de contravention… toutefois je fais exprès de respecter le moins possible les limitations ( c’est tout un art) et les règlementations tatillonnes du… Lire la suite »

Guitou
Invité
Guitou

PS. Il est vrai qu’on peut jouer aussi avec des robots, à condition d’en rester le maître. L’important dans la vie, c’est de jouer. J’ai oublié ceci : Il y a un point de conduite sur lequel je suis intransigeant, c’est le respect des distances de sécurité qui permet de compenser les inévitables petites distractions des humains pendant la conduite. J’ose même ajouter que les femmes sont davantage  » collantes  » que les hommes, et moi je préfère les regarder de loin dans les rétros. Certaines surmenées voudraient même vous grimper dessus pour aller plus vite. Ce n’est pas du tout érotique. Il faudrait un dispositif anti-collage sur les Fiat 500 (le freinage d’arrêt d’urgence ne suffit pas).

Jérôme
Invité
Jérôme

Si j’étais méchant je répondrais juste « ok boomer », mais je ne le suis pas. Vos messages me laissent à penser que votre jeunesse remonte aux années 60 au au tout début des années 70.
Je comprends que vous soyez nostalgique de cette liberté, même si je ne l’ai pas connue, mais c’est clairement du passé et la société a évolué dans un autre sens. On peut le déplorer mais cela s’impose à nous.
Je n’oublie pas du tout l’aspect ludique de la voiture mais il ne peut tout simplement plus s’exprimer en ville.
Une Maserati n’est pas plus ludique dans un embouteillage qu’une Clio et une Alfa dans une zone limitée à 30, ou même 20 km/h, ben c’est pas plus fun qu’une Zoé.
Pour moi cet aspect ludique peut encore s’exprimer mais loin des villes, et il est encore plus fort avec une auto ancienne.
Mais au quotidien il est mort et je dirais même qu’il n’est plus souhaitable

Guitou
Invité
Guitou

Savez-vous que le grand âge n’est pas toujours l’âge de la sagesse ? J’ajoute que le boomer arrive encore à se déplacer sur ses deux pattes de derrière pour les petits déplacements, sans trottinette et sans sortir sa bagnole du garage.

Guitou
Invité
Guitou

– Encore ceci : rassurez-vous, je ne suis pas un adversaire passéiste de la 5G. Mon antenne TV a été incendiée le 11 janvier dernier par un commando de zadistes  » qui veulent l’abolition de la 5 G et de son monde « . Le communiqué de revendication a été signé par  » deux mésanges « . D’après mon opérateur internet, ces douces mésanges cisaillent maintenant les cables de fibre ou de cuivre sur les bords de route. C’est la guerre, on coupe les communications ! La marche du monde technologique n’est pas un grand fleuve tranquille.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89metteur_des_Cars

Jérôme
Invité
Jérôme

je n’en doute pas, je n’ai simplement pas résisté à l’occasion de blaguer. J’espère ne pas vous avoir froissé