Le B-SUV Alfa Romeo fabriqué en Pologne, FCA reçoit 166 millions d’euros d’aides pour Tychy

Les Alfa Romeo 100 % made in Italy c’était une promesse de Sergio Marchionne. Mais dans la situation actuelle de la marque au biscione, avec des modèles Stelvio et Giulia non accessibles financièrement en neuf auprès de nombreux Alfistes, FCA (bientôt Stellantis) change son fusil d’épaule avec l’investissement de 166 millions d’euros en provenance d’aides de l’Etat Polonais dans son usine polonaise de Tychy, pour y fabriquer des B-SUV, dont une future Alfa Romeo.

Usine de Tychy : de la 500 aux B-SUV FCA

L’annonce a fait tellement plaisir au gouvernement polonais que c’est leur ministre de l’économie Jarosław Gowin qui a dévoilé le deal sur Twitter. Avec un petit couac de communication annonçant d’abord 2 milliards d’euros d’investissement pour effacer son tweet et le modifier pour 166 millions d’euros d’aides d’Etat.

C’est en effet une bonne nouvelle car, alors que la Fiat 500 a été produite à plus de 2 millions d’exemplaires dans l’usine de Tychy depuis 2007, sa remplaçante, la 500E, est fabriquée en Italie.

Le gouvernement polonais était probablement inquiet du futur sort réservé à l’usine et ses 2 500 employés, d’autant qu’avec la création du groupe Stellantis, des économies d’échelle sont à prévoir.

FCA a rassuré tout le monde avec cet investissement de 166 millions d’euros dans son usine de Tychy dans le but d’y fabriquer les futurs B-SUV Fiat, Jeep et Alfa Romeo, dès 2022.

B-SUV Alfa Romeo, designed in Italy, made in Polonia.

Des Alfa Romeo 100 % fabriquée en italie, cela (nous) fait rêver. Toutefois, le plan produit dévoilé en 2014 par Sergio Marchionne n’a pas fonctionné. Le savoir-faire italien et la montée en gamme des Alfa Romeo s’est fait sentir financièrement et la marque n’est pas aussi populaire qu’elle aimerait le faire croire.

L’Alfa Romeo MiTo a quitté le catalogue il y a peu et l’Alfa Romeo Giulietta cessera d’être produite à la fin de cette année. Ne reste plus que la berline Giulia et le D-SUV Stelvio pour lesquels ils faut compter au minimum respectivement 45 000 € et 55 000 € en neuf, hors malus. Je ne parle même pas de la Giulia GTAm ou encore de l’Alfa Romeo 6C, heu MC20 ! Pour l’élite des Alfistes.

A l’écoute du marché, FCA (Stellantis) proposera donc des nouveaux SUV, vers le bas, avec un très attendu C-SUV Tonale sur base de Jeep Compass et, c’est le sujet ici, un B-SUV Alfa Romeo « Brennero » qui utilisera une plateforme PSA.

Il sera plus accessible financièrement grâce au salaire polonais qui est environ de 610 € / mois en 2020, électrifié grâce à la plateforme PSA, mutualisé avec des modèles Jeep et Fiat.

Ne reste plus qu’à espérer un beau design Alfa Romeo, des éléments de bord qui rappellent l’Italie, et un comportement sportif…

Pour en savoir plus, relire l’article Alfa Romeo : quelle gamme pour les futures années ?

11
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
8 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
FredoSerge ChiartanoAnthony F.Patch Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Anthony F.
Invité
Anthony F.

Donc si je comprends bien, la dernière Alfa qui aura encore un peu de sang italien sera le Tonale.
En espérant que par la suite de nouveaux modèles plus haut de gamme seront toujours assemblés en Italie.

Personnellement, si j’achète Alfa c’est pour avoir un véhicule italien.

Donc partagé par cette nouvelle.
C’est bien car ça fait un véhicule de plus à la gamme Alfa qui en a cruellement besoin.
C’est « nul » car une Alfa avec des bases françaises et assemblée en Pologne, ça n’a plus grand chose d’une Alfa.

Reste à espérer un dessin bien Alfa et un comportement dynamique digne d’une Alfa.

Patch
Invité
Patch

Votre point de vue pris en compte, cela est vrai que il vaux mieux acheter une renault qui est enfaite une chinoise rebadgé.

Anthony F.
Invité
Anthony F.

J’ai du mal à vous suivre. Vous insinuez que je voudrais acheter une Renault fabriquée en Chine ? Vous faites bien une drôle d’interprétation de mon commentaire.

Mon but ici était simplement de constater qu’il est vraiment dommage que ce futur SUV perde une partie de l’ADN Alfa, si on part du principe qu’un SUV peut être considéré comme une vraie Alfa Romeo.

Évidemment, les lois du marché font qu’Alfa Romeo et les autres constructeurs doivent se plier aux demandes du client, aux normes de plus en plus strictes (d’un point de vue environnemental et de la sécurité routière), tout en assurant un retour sur investissement permettant à la marque de rester viable financièrement. C’est en prenant en compte tous ces éléments que les dirigeants de FCA ont décidé de délocaliser la production du B-SUV en Pologne.

Pour conclure. Allez donc acheter votre Renault, si ça vous fait tant plaisir, au lieu de commenter inutilement et insinuant des choses que je n’ai pas dites.

Patch
Invité
Patch

Escuser ma maladresse. Je n’ai rien voulu insinuer, je suis tout aussi désoler que vous que alfa ne produit/conçoit plus en italie.
Mon commentaire etait deplacer car je venait d’avoir une conversation un peu du meme style avec une personne sir un forum au sujet des marques qui perdent leur identites etc… et…
Bref, tant que Alfa continue de nous seduire et de maintenir leur charme et le plaisir de conduire, personelement, cela me va trés bien. J’adore cette marque et j’atend avec impatience d’enfin concretiser l’achat de cette Giulia qui me fait de l’oeil depuis sa sortie.
Veuillez encore escuser le malentendu de mon comentaire precedent.

Serge Chiartano
Invité
Serge Chiartano

Comme au foot

Anthony F.
Invité
Anthony F.

Aucun soucis. On aimerait tous que les choses soient différentes pour Alfa Romeo.

De même pour Renault, ou encore Peugeot qui représentent l’industrie française, mais qui delocalisent de plus en plus. Le pire exemple reste pour moi la DS9. Le modèle grand public le plus haut de gamme français est assemblé en Chine… Malheureusement, que ce soit Alfa ou même les marques françaises, cela m’attriste.

Pour Alfa, ils s’adaptent malheureusement au marché. Je ne sais pas où cela va nous mener sur le long terme en revanche. Les lois de la fiscalité…

Serge Chiartano
Invité
Serge Chiartano

Belle récompense pour les italiens (en es) qui ont vu filées leurs impôts pour alimenter les caisses de chômage pour toutes les usines de fiât en Italie et le prêt garantie par « l etat » pour ma part je pense que ma 500 l sera la dernière Badger. Fiât, tant que je peut je roulerai en anciennes Fiât, combien d usines fiât vont caroublees et combien de licenciements et combien depuis morchione

Serge Chiartano
Invité
Serge Chiartano

On se croirais sur unicastrada, pour qui morpion ne était un dieu, on a vu le résultat, si c est pour acheter une Peugeot citroen, acheter un badge ou le faire avec une imprimante 3d et l,’aposer sur son véhicule et croire que l on roule en fiât ou alfa, tout ça avec l approbation des états qui laissent partir en Angleterre et Hollande les services financiers et autres des prêts garantie par l état italien, (les ITALIENS) depuis des années il préfère payer des ouvriers de toutes les usines italienne en chômage partiel, PSA
fait venir de Pologne des ouvriers, puis fait faire ses moteurs chez donfeng qui se désengage de leur accord, fiat envoyait ses moteurs chez chrysler et apposer leur badge puis de même pour la 124, pour certaines redemontage moteurs pour être badges Abarth, quel design italien, tous les carrossiers ont disparu, même la mairie de Turin s en fout de fiât, ils ont un projet d un centre de design pour concurrencer milan

Serge Chiartano
Invité
Serge Chiartano

Je n’ arrive pas à poster les photos des affiches annonçant la reconvertion de Mirqfiori, espérons que ce sera qu une partie des immenses usines de sud et nord mirafiori

Fredo
Invité
Fredo

Triste nouvelle, je crains toujours pour les usines italiennes…

Fredo
Invité
Fredo

Il va falloir suivre la concrétisation des investissements en Italie annoncés à cinq milliards d’euros par FCA – presque immédiatement remis en question à la suite de la hausse des taxes sur les émissions carbone – non seulement Andrea Orlando n’a pas obtenu gain de cause sur la localisation du siège social, mais en plus on communique sur des investissements en Pologne après avoir demandé et obtenu un prêt de plus de six milliards d’euros garanti à 80% par l’état pour soutenir le secteur automobile italien…