Alfa Romeo : quelle gamme pour les prochaines années ?

Alors que le COVID-19 passe, la fusion entre FCA et PSA est plus proche que jamais. Le premier modèle né de cette fusion pourrait bien être un SUV tout électrique. Qu’en est-il du reste de la gamme ? Faisons le point sur ce que devrait être la gamme Alfa Romeo jusqu’en 2023 !

Les plans produits 2014 – 2022 de Marchionne au placard

On est loin, très loin des 400 000 ventes par an que Sergio Marchionne, ex-PDG de FCA, promettait en 2014. Un plan produit ambitieux composé de voitures de sport.

Mais Alfa Romeo n’a pas l’aura qu’elle souhaiterait avoir dans tous les continents. Sergio Marchionne comptait beaucoup sur les USA, ou encore la Chine…

Bref, on ne va pas refaire l’histoire. Les Alfa Romeo Giulia et Stelvio n’ont pas rencontré le succès qu’elles auraient du avoir en Chine ou aux USA. L’Europe comptait peu. Le cash ne rentre pas, tous les modèles de la roadmap sont abandonnés : GTV, 6C, 8C, grande berline, etc. C’est une certitude.

La gamme Alfa Romeo vit aujourd’hui avec 2 modèles déclinés dans des éditions exclusives à l’exemple des Giulia GTA et GTAm. Probablement rentables mais inaccessibles pour le plus grand nombre.

Le Tonale sera la 1re Alfa Romeo électrifiée en 2021

Ce qui est certain, c’est que l’Alfa Romeo Tonale sera la première Alfa Romeo électrifiée de la gamme. Les petits SUVs se vendent bien. En hybride c’est encore mieux. Mais il faut encore baisser le prix. Comment ? Et bien, contrairement à ce qui avait été annoncé pendant des années, la gamme Alfa Romeo ne sera plus exclusivement développée sur la plateforme Giorgio. Elle sera, comme des marques dans d’autres groupes, développées sur plusieurs plateformes du groupe FCA et bientôt, PSA.

Cela tombe bien pour l’Alfa Romeo Tonale, dans le groupe il y a déjà une nouvelle Jeep Compass hybride rechargeable de 240 ch.

L’Alfa Romeo Tonale sera donc développée sur la même plateforme que la Jeep Compass, proposée en deux motorisations : diesel MHEV et essence PHEV 240 ch. Le prix sera situé entre 40 000 € et 45 000 € TTC

Les Giulia et Stelvio électrifiées suivront en 2021 / 2022

Dans leurs versions MY20, les Giulia et Stelvio ont profité d’une maj de l’habitacle et de l’info-divertissement.

alfa romeo giulia quadrifoflio my20 nouveautes

Cependant toujours rien au niveau du moteur alors que les motorisations hybrides sont prêtes depuis un moment… preuve en est, les futurs Jeep Wrangler, Cherokkee ou Grand Commander proposeront le 2.0L 4 cylindres GME PHEV… tout comme Maserati qui proposera bientôt (cette année ?) des 4 cylindres (si si) MHEV ou PHEV (non précisé à ce jour) sur la Ghibli par exemple.

Il faudra donc attendre la sortie du Tonale pour espérer fin 2021, ou début 2022 (salon de Genève 2022 ?) pour avoir les versions électrifiées des Alfa Romeo Giulia et Stelvio.

N’espérez pas un restylage complet pour cette occasion, Klaus Busse, directeur design du groupe, a été très clair sur le sujet, il n’est pas question de faire ressembler les Giulia et Stelvio au Tonale.

Le prix de départ sera situé entre 45 000 € et 50 000 € TTC

Brennero : le SUV Alfa Romeo tout électrique avec PSA en 2022

alfa romeo plan produit 2020 - 2022

La fusion PSA / FCA doit arriver à son terme d’ici fin 2020 et dans les projets, il est question de la complémentarité technologique entre les différentes marques.

Alfa Romeo avait déjà annoncé il y a quelques mois qu’après le C-SUV Tonale, un B-SUV tout électrique doit voir le jour en 2022.

Cela tombe bien, les rumeurs de ces derniers jours font état d’un B-SUV Alfa Romeo qui serait basé sur la plateforme PSA eCMP, partagée notamment avec le Peugeot e-2008 et la DS 3 Crossback E-Tense.

Pourquoi pas après tout… Le Peugeot e-2008 est proposé à partir de 37 400 € TTC, un prix qui serait certainement similaire pour le B-SUV italien. A noter que, selon un porte parole Alfa Romeo, afin de préserver l’ADN sportif de la marque, le moteur électrique pourrait être plus puissant chez le Biscione que chez le Lyon, actuellement affiché à 136 ch.

Pour la version non électrique, un prix de départ à 25 000 € TTC est possible. Le nom régulièrement évoqué est Brennero.

L’Alfa Romeo Stelvio tout électrique pour 2023 ?

alfa romeo giulia stelvio my20

Ce n’est pas dans le plan produit 2020 – 2022 d’Alfa Romeo mais c’est une forte possibilité.

En 2021, Maserati doit présenter son baby-levante (D-SUV), disponible en hybride et full-électrique. Celui-ci partagera la plateforme du Stelvio. Il est possible qu’après le B-SUV tout électrique développé avec PSA en 2022, Alfa Romeo dévoile un Stelvio tout électrique en 2023, un an après le modèle Maserati.

Simulation de la gamme Alfa Romeo en 2023

A partir des informations ci-dessus, voici un tableau de ce que pourrait être la gamme Alfa Romeo en 2023. Ce n’est que pure fiction, mais peut-être que nous sommes proche de la réalité ;).

41
Poster un Commentaire

avatar
8 Fils de commentaires
33 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
14 Auteurs du commentaire
JeanR68HHHJérômeFredo Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jérôme
Invité
Jérôme

Très bien, il faut aller vite pour redonner de la visibilité à Alfa, et sur tous les continents. Pour moi la seule bonne gamme c’est celle qui se vend et qui correspond au marché. Et si ça passe par de l’électrique et de l’hybride, soit. Porsche est effectivement l’exemple à suivre en la matière. Je n’aime ni les SUV ni les électriques mais c’est ce que le marché attend et que les clients achètent. Si Porsche n’avait pas sorti le Cayenne, puis le Macan, la Panamera et la Taycan, on parlerait de cette marque au passé. Mais tous ces modèles, honnis des puristes, ramènent les fonds pour développer des autos un peu plus sexy et en phase avec l’histoire de la marque. En revanche, à la différence De Porsche, Alfa ne vend quasiment qu’en Europe et ignorer ce marché a été une très grosse erreur.
Donc vive les petits SUV électriques / hybrides frappés du biscione, c’est grâce à eux que nous reverrons des Alfa coupé et cabriolet !

Michel
Invité
Michel

Déja avec une Giulia SW, Alfa aurait surement doublé ses ventes en Europe
le non renouvellement de Giulietta, qui donnait l’entrée des client vers la marque est encore plus incompréhensible! Je ne comprends pas les stratégie commerciale de la marque

mafioli
Invité
mafioli

Tout à fait d’accord avec vous. Un break Giulia aurait été plus que salutaire pour Alfa. Personne ne comprend la stratégie (Est ce qu’il y en a une?) de FCA dans sa gestion des marques. Oublié l’europe a été une erreur pour une marque comme Alfa. Mais au delà de ça, quel plaisir de conduire Alfa 😉

Greg
Invité
Greg

Exactement ! Je ne comprends en effet tjs pas pq Alfa n’a pas sorti la Giulia SW… Nouvelle Giulietta et Mito pour attirer les jeunes et peut être les fidéliser à la marque… pcq ce n’est pas avec des modèles à 40000€ qu’Alfa va y arriver…

Fredo
Invité
Fredo

Celle qui se vend pour les généralistes n’est pas forcément celle qui se vend pour le premium, on le voit bien avec Seat qui mange des parts de marchés à Audi: si vous ne proposez rien de différent fondamentalement, les clients ne s’embêteront pas à payer 5.000 euros de plus. A tout rationaliser on en perd la raison même de l’existence d’une marque sportive et au final on perd aussi beaucoup d’argent, entre les investissements non suivis et les méventes.

MAX
Invité
MAX

Ce n’est pas vrai car le premier marché d’Alfa sont les USA même si on ne parle que +/- 1500 exemplaires par mois. L’Italie n’est plus son premier marché!!

Phil
Invité
Phil

On pourrait espérer un 1.2 Puretech de 155ch sur la Brennero ou mieux un Firefly …

Fredo
Invité
Fredo

Un 1.2 Puretech ça ne me fait rien espérer, au contraire ce serait abimer la marque, après les investissements très importants sur les Giulia et Stelvio. Aucun caractère sportif, moteur creux, et peu fiable. Le minimum en essence c’est un deux litres, sinon on a une énième « GT Line » avec des plastiques spécifiques et des surpiqures rouges (ou vert fluo chez Peugeot).

Fredo
Invité
Fredo

En effet il faudrait au minimum un Firefly sur un modèle italien, rappelons que FCA a investi 200 millions d’euros dans l’usine polonaise… à un moment il faudrait arrêter de jeter l’argent par les fenêtres…

Fredo
Invité
Fredo

Comme déjà dit ici, on a abandonné la proie pour l’ombre sur des spéculations délirantes, le résultat on a abandonné les clients existants en Europe pour… rien, ni personne. On continue ici, est ce qu’un client Alfa Romeo veut un B-SUV ? Franchement ? La survie de la marque passe par sa spécificité – la beauté des lignes, une certaine sportivité, le bon goût de respecter l’Histoire automobile avec la propulsion – au moment où plus rien ne permet de distinguer une Audi A3 d’une Seat Leon et que BMW pond horreur sur horreur, en reniant même son passé avec une Série 1 à traction. Décliner un hatchback d’une Guilia ça parait incroyable, infaisable, et sans débouché. Pourtant les berlines représentent encore 50% des ventes en Europe. De même une citadine de moins de quatre mètres, c’est une offre importante quand il s’agit de se garer (eh oui) dans une grande métropole. Qu’on vienne hybrider tout ça, pourquoi pas, mais de grâce gardez les fondamentaux !

Michel
Invité
Michel

Tout à fait d’accord, mais je pense que faire une nouvelle Giulietta, meme en traction, permettait de d’amener une nouvelle clientèle et aussi de conserver un accès à Alfa, a un coût moins élevé que Giulia (remplaçante de la 147)

Fredo
Invité
Fredo

Je ne sais pas ce qui coûte le plus: dessiner les éléments pour intégrer un hayon à une Giulia, ou prendre une plateforme de 500X et concevoir tout l’habitacle et le mobilier par dessus, en perdant l’aspect spécifique d’Alfa Romeo et énormément de temps pourtant précieux pour faire vivre la marque. On gagnera en habitabilité, mais est ce que c’est ce qu’on attend d’abord de la marque ? Si je veux de la place, je prends une Skoda… Pour une traction chez Alfa, ça me semble justifié pour une nouvelle MiTo, en conservant le style « mini supercar », en trois portes.

Grez
Invité
Grez

LA grosse erreur a été de ne pas créer une base forte en Europe avant d’aller conquérir les autres marchés. Même si je peux comprendre la volonté de rentrer du cash rapidement grâce à des marchés à gros volume qui adorent les grosses voitures comme la Chine et les Etats Unis, Marchionne(paix à son âme) aurait du lancer une Giulia SW en Europe et remplacer la Giulietta. Le résultat de tout ça, un énième revirement stratégique, un SUV Tonale à venir et qui est plus adapté à l’Europe mais une fois de plus du temps perdu avec une cadence de lancement de nouveauté complètement à la rue face aux concurrents premium, qui eux enchaînent les modèles et donc les ventes.

Jérôme
Invité
Jérôme

Bon et bien ce n’est pas demain la veille que je reconduirai une Alfa à ce que je vois… Je me sépare de ma MiTo Junior car nous avons eu une voiture de société au sein de notre ménage… Ce qui fait que je conduis une Audi A1 et honnêtement je prend beaucoup de plaisir avec le 1.0 TFSI de 95 ch… Mais Madame conduit encore sa Fiat 500S donc l’honneur est sauf 8) En tout cas, les seules modèles qui me feront revenir ce sera style MiTo ou Giulietta… C’est dommage mais quand je passe un peu mon temps à configurer d’autres marques, y’a vraiment pas photo… Et l’offre moteur est tellement plus importante ailleurs ! Si je veux rouler en Giulia essence c’est minimum un 2.0 de 200 ch. Avec un peu d’options on est vite à 50.000 EUR. Sans parler des taxes et tout ce qui va avec. Obligé de se diriger vers une Classe A/Mazda 3/Audi A1-A3/Focus… Pour ne citer que mes préférées.
J’espère quand même un futur meilleur pour Alfa.

Fredo
Invité
Fredo

Il n’y a pas de fatalité à ce qu’un 2.0 soit cher, voir Mazda qui n’a rien en dessous en essence – et ça ne pollue pas plus, bien au contraire le CX-30 est à 6,5 litres aux cents kms sur route et moins de 8 litres en ville (en consommation réelle). On pourrait démarrer avec le 1.3 dégonflé à 130 chevaux pour une nouvelle MiTo, je crois que chez Mazda la 2 démarre sa gamme en essence avec 1.5 litres.

Hhh
Invité
Hhh

Pas prêt de remplacer ma Brera, en même temps, je n’en ai pas envie ! Mais, alors, vraiment pas. Pas envie de Suv, de dalle numérique, de petit moteur, d’électrique, de boîte automatique… L’automobile devient ennuyeuse, alors que je suis un passionné !

Alfa, c’est un gâchis monstrueux dont mr Marchionne est grandement responsable. Il pouvait faire du neuf avec du vieux au lieu supprimer du jour au lendemain la moitié de la gamme, déjà ridicule à l’époque. Il y avait d’autres stratégies à mettre en œuvre sans dépenser des milliards.

Et la crise que nous vivons risque de bousculer l’économie, et les habitudes. Ça va être très difficile de relancer cette marque…que j’adore !

Stanislas
Invité
Stanislas

Un moteur Peugeot PureTech sans intérêt dans une Alfa Romeo Brennero !!!
Non mais ça va pas, si c’est ça j’irais acheter une allemande.
Il y a des limites tout de même, une mécanique nase n’a pas sa place dans une Alfa!
Il y a une rumeur d’une future Fiat Punto sur base de 208. Ca je veux bien le comprendre, Fiat et Peugeot font des produits standards et ils pourraient partager des chassis ou des moteurs. Mais Alfa Romeo non.

Jérôme
Invité
Jérôme

Le dernier vrai moteur Alfa monté dans une Alfa c’était le V6, et ça fait déjà 15 ans qu’il a disparu. Quant aux 4 cylindres, la dernière à être animée par du 100 % Alfa était la 164, disparue en 1997. Depuis les Alfa sont motorisées par du Fiat, ou pire du GM (159 et Brera)…. A la notable exception des versions Quadrifoglio de la Giulia et du Stelvio, animées par un moteur Ferrari revisité. Aujourd’hui en réalité ça ne veut plus rien dire un « moteur Alfa », ça fait tellement longtemps que plus aucun ingénieur motoriste n’a développé de mécanique pour cette marque que c’est devenu un sujet historique, mais certainement plus d’actualité. C’est d’ailleurs le cas pour d’autres : BMW accélère à bloc sur les 4 cylindres et abandonne petit à petit le reste : les V12 font partie du passé, les V8 disparaissent et la gamme de 6 cylindres se réduit comme peau de chagrin. Aston Martin abandonne les V12, Mercedes idem, etc… L’ère des beaux moteurs est finie, et celle des moteurs thermiques tout court s’achemine vers sa fin. Pas hyper proche certes mais inéluctable. Alors qu’un petit SUV badgé Alfa soit motorisé par du PSA ou du FCA, pour moi, aucune importance. S’il est joli à voir, valorisant et bien fait il se vendra. BM a vendu des wagons de Mini motorisées par du PSA, Mercos idem avec les Classe A à moteur Renault, Audi rebadge du VW depuis des lustres, et ils vendent à tour… Lire la suite »

Stanislas
Invité
Stanislas

Certes mais dans le passé les moteurs Boxer, les moteurs TwinSpark, ou les moteurs MultiAir ont du caractère, quelle que soit leur origine. Il n’y a pas eu que les V6 Busso.
Par contre les moteurs Peugeot je ne vois pas bien ce qu’on peut leur trouver d’intéressant.
C’est un fait que les 6 cylindres se font rares chez BMW. Tout fout le camp, à cause des nouvelles normes.

Jérôme
Invité
Jérôme

Nous sommes bien d’accord, c’est de l’histoire ancienne. De la très belle histoire et des très beaux moteurs, mais c’est du passé. Et c’est tout le problème d’Alfa. Les puristes et les passionnés ne jurent que par les fabuleux moteurs qui les ont fait vibrer (et j’en suis, j’ai eu tous les modèles d’Alfa produits depuis 1972 et jusqu’à 1985, sauf la Montreal. En voitures de collection je précise, je ne suis pas si vieux ! ). Et les clients potentiels du premium ne jurent que par la qualité perçue et l’image de marque. Les beaux moteurs et l’image de marque, ç’a été compatible jusqu’à une époque récente mais maintenant c’est terminé. Alfa, par la faute de Fiat, a totalement raté la période 1990/2010 sur les gros moteurs et la clientèle est partie acheter du M ceci, du RS cela, du AMG blabla, puis s’est rabattue sur du diesel avec plastiques moussés et faux cuir qui a l’air du vrai. En bénéficiant de l’aura des modèles sportifs. ça continue aujourd »hui avec des compactes de 400 cv propulsées par des 4 cylindres turbo sans aucun intérêt. Comme tous les moteurs actuels. Un moteur PSA n’a pas plus ou moins d’intérêt qu’un moteur Renault/Nissan, FCA, Volkswagen, Hyundai ou Toyota. Aucun de ces groupes motopropulseurs n’a d’intérêt. Zéro caractère, zéro son,zéro personnalité, les normes ont effectivement tout lissé, tout uniformisé. Mais ce n’est pas si récent : un multiAir n’est rien d’autre qu’un très banal 4 cylindres Fiat sans aucune spécificité si ce… Lire la suite »

Jérôme
Invité
Jérôme

C’est vrai. Et le pire c’est qu’ils savent faire : quand on voit comment ils arrivent à faire sonner le diesel de la Ghibli…

Stanislas
Invité
Stanislas

C’est vrai que les moteurs des différentes marques se ressemblent tous un peu, et n’ont plus beaucoup de caractère.
Avec quand même des nuances dans les 4 cylindres.
Quand on voit que BMW est passé dans sa série 1 d’un 6 cylindres assez génial à un banal 4 cylindres qui n’a plus grand chose d’intéressant.
Je n’ai pas d’opinion sur les motorisations hybrides ou électriques, n’ayant conduit que la Prius. Ce n’est pas emballant.

Fredo
Invité
Fredo

Chez PSA pour l’instant ça va être plutôt du trois cylindre 110/130 chevaux sur le 2008, et ça me semble 1/ très limite 2/ encore moins sympa que le Firefly équivalent développé par FCA, d’autant que le moteur Peugeot est à courroie (avec des soucis avérés de fiabilité) quand celui de Fiat est à chaîne. Le minimum pour une compacte Alfa est un quatre cylindres de 150 chevaux, quand on n’a pas l’habitabilité (choix du style), au minimum on offre les reprises, Mazda l’a bien compris (même si je trouve l’arrière de la 3 horrible). Il reste donc à travailler sur les boites pour offrir du plaisir (et ZF fait un produit admirable)…

Fredo
Invité
Fredo

Un quatre cylindres 180 chevaux associé à un moteur électrique de 60 chevaux sur les roues arrières, tel que présenté par Jeep, irait comme un gant à une Lancia Delta Integrale… Quand je vois ce qu’était une Audi 3 jusqu’en 2003 et la chose grotesque que c’est devenu ensuite avec des calandres de camion et des moteurs 1.0 de 116 chevaux, il y a clairement un espace à prendre. Surtout que sur la dernière Golf le moteur est creux sous les 2.000 trs/mn, on n’a donc même pas l’agrément alors qu’on est au dessus des 30.000 euros, sans options…

HHH
Invité
HHH

Le pire, Gm : il y des limites !!!!!
Simple partage du bas moteur. Tout le haut moteur, c’est de l’alfa.
Et ça chante ! Je n’ai que des compliments sur les bruits de ce 6 cylindres. Et depuis qu’il est en Supersprint, c’est encore pire.
Ça pousse, j’ai une version 2010 en Q2, plus légère que les Q4 et les versions antérieures. C’est une vraie Alfa, par sa beauté, sa tenue de route et son moteur.
Cette voiture dans cette version scotch pas mal de monde sur la route….
Ils auraient été moins stupide à l’époque, ils viraient ce toit en verre de 70 kg, gonflés le moteur et l’appelé Gta et il calmait les ronchons qui avaient perdu le busso et les journaleux qui n’ont jamais essayé cette version !
Alfa est dirigé par des imbeciles depuis des lustres !

R68
Invité
R68

Je suis entrain de lire l’ensemble des commentaires publiés précédemment et je constate que Mazda est souvent cité. Cela me rassure un peu car j’ai eu des Alfa presque sans interruption de 1975 jusqu’à 2018 (Alfasud normale et ti, Alfa 75 , Alfa 155 , Alfa 146 ti , Fiat Bravo2 et Giulietta Sprint essence 150ch…… Faute d’une gamme appauvrie et devenue presque inexistante dans le segment inférieur chez Alfa, je me suis tourné en 2018 vers la Mazda 3 165 ch. Très sobre pour un 2.0 atmo, elle manque un peu de punch à bas régime par rapport à ma giulietta et son turbo mais je ne regrette pas mon choix de rouler dans une voiture qui ne court pas les rues et la prochaine sera sans nul doute la 180 ch. Je n’ai pas encore adhéré à la mode des SUV !
Vraiment dommage qu’Alfa soit tombé aussi bas par la faute de décideurs qui n’étaient pas forcément des passionnés de l’automobile contrairement à ce que semble être un Carlos Tavares chez PSA……… L’avenir nous dira à quelle sauce Alfa va être accommodé ……

Jean
Invité
Jean

Idem. J’adore Alfa (je possède une guilietta). Mais quand viendra l’heure de la changer, que me proposera la marque? Un SUV stelvio/tonale hors de prix ? Je n’aurai pas d’autres choix que d’aller voir ailleurs….Sympa 🙁