Fusion FCA-PSA : c’est officiel !

On le savait depuis quelques semaines mais c’est désormais officiel ! PSA et FCA ont signé aujourd’hui, 18 décembre 2019, un MoU (= Memorandaum of Understanding), un accord engageant et désormais contraignant, reconnaissant désormais devant tous le processus de fusion à parité 50-50 entre les deux groupes automobiles.

Il faut retenir de ce premier accord que le nouveau groupe fusionné aura sa holding aux Pays-Bas mais conservera les trois sièges opérationnels en Italie, aux Etats-Unis et en France. De même, il sera coté en bourse à Milan, New-York et Paris.

Le conseil d’administration sera composé de 11 membres, 6 pour PSA, dont Carlos Tavares qui sera le directeur général, et 5 pour FCA, dont John Elkann qui conservera le poste de président du conseil d’administration (équivalent du PDG).

Le nouveau groupe revendique un CA de 170 milliards d’euros, une valeur boursière de 41 milliards d’euros (46 milliards de dollars) et plus de 400 000 employés dans le monde.

Aucune usine ne devrait fermer et aucun licenciement ne devrait avoir lieu d’après les premières déclarations, une promesse jugée difficile à tenir d’après les analystes, les sites de production de FCA en particulier étant sous-exploités.

De même, le groupe gérera l’un des porte-feuilles de marques les plus grands du marché, avec 14 marques, allant de la citadine Fiat au luxe Maserati, en passant par les généralistes (Peugeot, Citroën, Opel-Vauxhall), le premium (Alfa Romeo), le spécialiste des 4×4 (Jeep) et des trucks (RAM), de la petite européenne de 4 mètres au grand pick-up américain et à la sportive radicale et brute de décoffrage (Dodge). Seules Chrysler, Lancia et DS semblent menacées. Voire Abarth diront certains.

« Je ne vois pas de nécessité (…) de supprimer des marques parce qu’elles ont toutes leur histoire et elles ont toutes leur force », a cependant assuré il y a quelques semaines sur BFM Business Carlos Tavares.

Le chemin vers la fusion totale et effective s’annonce cependant encore long. Si Bercy a donné son acquiescement en France (« Avec PSA et Renault, la France dispose de deux constructeurs automobiles parmi les cinq champions mondiaux » s’est déjà félicité Bruno Le Maire), il faudra obtenir l’aval antitrust de l’UE. Et on peut craindre qu’un groupe comme VW ne cherche à mettre de bâtons dans les roues de ce projet pour conserver sa prééminence.

De même, aux Etats-Unis, la présence dans le capital de PSA d’un constructeur chinois, Dongfeng, est suivie de près. La possession de 12.21% des parts du capital par Dongfeng sera diluée de moitié après la fusion. Bien mais pas suffisant semble-t-il. Le groupe chinois pourrait alors céder une partie de ses titres, faisant ainsi tomber sa présence au capital sous la barre des 5% où plus aucun représentant au CA n’est alors nécessaire. De quoi soulager l’administration américaine ainsi que… Dongfeng lui-même qui serait visiblement ravi de se désengager en obtenant au passage une belle plus-value depuis 2014 !

Enfin, n’oublions pas l’amertume de GM, puissant rival nord-américain, ex-partenaire de PSA (le divorce fut rapide et brutal) et qui se désengage de marchés forts (Europe et plus récemment Russie). General Motors accuse depuis quelques semaines son concurrent italo-américain de corruption avec le syndicat UAW et réclame de nombreux milliards de dédommagements. Une affaire qu’il est inutile de rappeler ici dans le détail car tel n’est pas le sujet de l’article. De même, le fisc italien aurait FCA dans le nez… De là à voir FCA jouer la carte du patriotisme ou, a contrario, en profiter, tel un bras d’honneur, pour abandonner un site en Italie ou menacer de revoir ses investissements à la baisse… Des affaires qui ne semblent néanmoins pas peser sur les discussions, du moins en façade.

Ci-joint un aperçu des valeurs des deux groupes issu du journal Le Point.

 

La fusion, qui devrait prendre 12 à 15 mois, donnera alors naissance au n°4 mondial, avec 8.7 millions de véhicules annuels. De quoi supporter et rentabiliser les gigantesques investissements en connectivité, conduite autonome et surtout nouvelles technologies électriques.

14
Poster un Commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
9 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
Chiartanomichel breuerflofiatL'italienFredo Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jérôme
Invité
Jérôme

Il y a une subtilité qui m’échappe dans cet accord mais c’est assez normal je ne suis pas dans le secret des négociations et je n’en connais que ce qui est publié dans la presse.
Cette subtilité est la suivante en apparence le deal est bien plus profitable pour FCA que pour PSA, alors que c’est censé être une fusion entre égaux..
Certes, Elkann et les Agnelli sont connus pour être malins et fins négociateurs mais les Peugeot et Tavares ne sont pas franchement des branques ni d’innofensifs naïfs perdus dans le monde des affaires.
Dès lors je me demande bien ce qu’ils ont vu que nous ne pouvons pas voir et par quel moyen ils finiront par ramener FCA à sa place, celle de la proie et non du prédateur.
Le truc cool c’est que nous le saurons finalement un jour puisque tout se déroulera sous nos yeux.
Mais quand même j’ aimerais bien savoir…

Fredo
Invité
Fredo

Les dirigeants se moquent bien de quelle marque et quelle « nationalité » sera privilégiée, si Tavares voit plus d’opportunités du côté de Jeep (il est surtout intéressé par le marché US), il lâchera aussi bien Peugeot, ou n’importe quel scenario imaginable. Ils n’ont pas d’attache particulière à un pays. Cependant le côté français de la presse qui ne voit qu’un rachat de FCA oublie que le chiffre d’affaire du groupe italo-américain est nettement plus important, et que l’équilibre ne sera pas nécessairement celui qu’ils prévoient. Je reste préoccupé pour les salariés italiens…

Jérôme
Invité
Jérôme

C’est un trompe l’œil le chiffre d’affaires. D’une part la structure de celui de FCA est très déséquilibré et ne repose que sur le marché Américain, qui peut parfaitement se retourner dans l’avenir, et d’autre part PSA est largement plus profitable.
Enfin la valorisation boursière de PSA est supérieure à celle de FCA.
Il n’y a donc pas de raison que ce soit une fusion entre égaux.
Et c’est l’avis de tous les analystes, y compris des Américains.
Ce n’est pas une question de nationalité mais de business : une fusion entre un groupe en pleine forme et un autre en difficulté c’est en réalité un rachat et c’est pour ça que l’opération actuelle est probablement bien plus complexe que ce que le grand public peut en savoir, avec, je pense, un avantage non encore révélé pour PSA

Fredo
Invité
Fredo

L’avis de tous les analystes, c’est que Exor est bien plus puissant que FFP, que la part des italiens dans la nouvelle entreprise est supérieure et que le poste de Tavares ne reviendra pas nécessairement à un membre du clan Peugeot dans les cinq ans (d’où la petite panique actuelle en France). FCA n’est pas en difficulté, comme je le disais la nationalité des marques n’est pas importante pour les Elkann, ils s’en moquent totalement. Mais surtout, Exor n’est pas en difficulté. En 2015 ils ont mis 7 milliards sur la table pour racheter 100% de PartnerRe. Là ils viennent d’annoncer qu’ils ont 3,6 milliards à investir en Asie et ils prendraient encore 1,6 milliards avec la fusion ? L’avantage pour PSA personne parmi les analystes ne le voit…

Fredo
Invité
Fredo

Je me suis un peu renseigné sur l’accord, qui prévoit un pacte actionnarial pendant sept années (avec possibilité pour la famille Peugeot d’augmenter sa part de 2,5%). Mais ensuite chacun est libre d’investir selon ses envies, et si la famille Elkann a envie (et que les perspectives sont intéressantes, c’est surtout ça qui compte), elle peut facilement mobiliser plusieurs milliards d’euros pour monter au capital et par exemple repasser au delà de 20% de l’ensemble. Avec Bpi qui annonce déjà son intention de vendre des parts (tout en restant au dessus de 5%), il n’est pas du tout certain qu’on assiste au rachat de FCA par PSA.

Fredo
Invité
Fredo

Personne n’est obligé de croire les déclarations citées…

Stanislas
Invité
Stanislas

Ce qui m’intéresse c’est ce que seront les futures Alfa Romeo, Fiat, et Abarth.
Peugeot apporte l’électrification, là ou FCA est en retard.
Reste à espérer que les italiennes resteront italiennes, et non pas des françaises rebadgees.

Fredo
Invité
Fredo

Peugeot apporte une plateforme, les batteries sont chinoises.

Chiartano
Invité
Chiartano

Et plate-forme de la 500 electrique ?

L'italien
Invité
L'italien

Pour moi cette fusion est une cata ! Par souci d’économie nous allons retrouver des pièces Peugeot chez alfa et vis versa .je viens d’acheter un stelvio, une des dernière vraie Alfa .

michel breuer
Invité
michel breuer

une vraie catastrophe ça c’est clair et surtout pour les italiens! pas oublier les scandales toujours en cours pour les constructeurs français. en France ça bouge pas vite, plus facile de pointer du doigt les autres plutôt que de sanctionner ses constructeurs lol spécialités française. en Allemagne la justice fait super bien son job et en France? rien. Renault plus de 20 ans de tricheries (Nissan a déjà avoué avoir truqué ses moteurs, autre mentalité), Peugeot pareil, etc et que penser du gros scandale français Renault Peugeot Citroën et ce car leaks? et là aussi ça traîne en France, bizarre n’est ce pas? toujours plus facile d’accuser les autres et de surcroît les plus vertueux. scandales de moteurs truqués aussi en Italie mais là aussi le gouvernement, autorités ne font rien mais ça risque d’éclater bientôt et j’espère qu’il y aura de très lourdes sanctions. de plus ici ce n’est qu’une fusion, un rapprochement, pas de quoi se pisser dessus de joie lol quand on voit ce que ça donne chez Renault avec Nissan c’est pas très réjouissant

flofiat
Invité
flofiat

Moi je m’inquiète côté motorisation j’ai eu un hdi et il a moins de patate qu’un multijet et côté modèle et la Tipo le Doblo ???

Chiartano
Invité
Chiartano

Les agnelli elkman ont bien profites du chômage sur les impôts des italiens, opel rachetant fiât plus tard morchionne casse le contrat, opel casque, qui dit que les américains vont laisser importés des Peugeot, car c est le but

Chiartano
Invité
Chiartano

Peugeot ferme 11 concessions en Île de France, à ville franche sur Saône, Peugeot est côte à côté avec fca et c.’est le même groupe qui gère les 2 ?