CNH Industrial va se scinder en deux

Que va-t-il se passer ?

En 2013, Fiat Industrial (Iveco, FPT) fusionnait avec sa filiale américaine CNH Global (engins agricoles et de chantier) pour créer un nouveau champion mondial. L’expérience n’aura pas atteint 10 ans puisque dès le 1er trimestre 2021 la société actuelle va se scinder à nouveau en deux. Retour à la case départ, donc.

Les deux nouvelles sociétés seront cotées en bourse. L’une sera centrée autour d’Iveco (utilitaires, camions, autocars, autobus (dont la marque Heuliez qui lui appartient) et les moteurs FPT Industrial). De l’autre, les engins agricoles et de travaux publics Case New Holland (CNH).

Le but principal de cette scission est de créer « deux leaders mondiaux », qui seront ainsi « plus agiles » et « pourront exprimer leur plein potentiel en termes de performance financière et de génération de valeur pour les actionnaires », a déclaré Hubertus Mülhäuser, directeur général du groupe.

Pourquoi cette décision ?

D’abord, cette société fusionnée gère des marques et des activités disparates, sans synergies entre elles. De plus, les responsables de CNH Industrial constatent « des exigences diverses en termes de réglementation et de clientèles entre les deux entités, qui sont influencées de manière différente par les grandes tendances du secteur (numérisation, propulsion zéro émission…) ». Enfin, le bilan comptable a visiblement amené les dirigeants à cette décision. L’actuelle division agricole / engins publics qui génère un CA de 14.3 milliards d’€ par an, dégage une marge de 9.1%. L’activité routière (Iveco, camions, autocars…), malgré un CA équivalent (12 milliards annuels), a une marge 3 fois moins élevée.

Ainsi, la future société centrée sur les engins de chantiers et agricoles devrait subir une revalorisation boursière.

L’annonce de cette séparation des activités a été faite à New York, lors de la présentation du nouveau plan stratégique de CNH Industrial, baptisé « 2020-2024 : Transform 2 Win ».

En attendant…

En attendant, l’actuel groupe CNH Industrial ne chôme pas. Il vient en effet d’annoncer son intention de nouer une alliance avec le fabricant américain Nikola, spécialiste des camions à hydrogène et électriques mais dont les premiers modèles ne sont pas pour l’heure commercialisés.

5
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Ced74Ami204 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Ami204
Invité
Ami204

C’est curieux.
A priori, on pouvait penser que les moteurs, au moins, étaient partagés entre les 2 secteurs, moyennant adaptations (à la marge du type de fonctionnement). Sans compter toutes la R&D concernant l’hybridation, l’électrification, l’autonomie (conduite sans chauffeur), etc…

Ami204
Invité
Ami204

Iveco, sans être boulet pour CNH, est loin d’être un leader sur le plan mondial.
J’espère que ses dirigeants ne sont pas pessimistes sur les forces pour perdurer tout en restant indépendant, de contrer la nouvelle concurrence qui s’annonce (Chine, nouveaux acteurs électriques) et de s’adapter aux révolutions du transport routier : hybridation, électrification, autonomie (conduite sans chauffeur), etc…

Ced74
Invité
Ced74

Pas dans les leader mondial IVECO? je sais pas ce qu’il vous faut ou vous êtes très très mal renseigné!

Ne pas confondre position de société et profits…. c’est 2 concept différent et à ceux jeu là il y a bien des marques qui rêveraient d’avoir IVECO dans son portefeuille… et pas qu’un peu même.

Ami204
Invité
Ami204

« FPT Industrial will remain a key supplier to the ‘Off-Highway’business through a long-term supply agreement.’
srce : https://www.cnhindustrial.com/en-us/media/press_releases/documents/2019/september/20190903_pr_cnh_industrial_transform_2_win.pdf?REDIRECT=0

Ced74
Invité
Ced74

C’est la meilleure solution pour augmenter la capitalisation boursière et les profits à court termes mais cela n’empêche une synergie même sans la fusion ce qui était déjà en action bien avant.