Résultats FCA 2e trimestre : surnager dans le marasme…

FCA a publié ses résultats pour le 2e trimestre. En bref, les voici.

Résultats financiers globaux

Ainsi, le groupe FCA a annoncé un chiffre d’affaires (CA)  de 26.7 milliards d’€, un chiffre légèrement en baisse (-3 %) par rapport au 2ème trimestre de l’an dernier.

Le bénéfice d’exploitation ajusté (Ebit), c’est-à-dire avant intérêts et impôts, s’établit, lui, à 1.5 milliard d’€, un chiffre similaire à celui de l’an dernier. Un résultat supérieur à ce qu’attendaient les analystes. La marge liée à ce bénéfice s’élève à 5.7 %.

Le bénéfice net, lui, s’établit à 793 millions d’€, soit +14% sur un an !

Enfin, les livraisons du groupe sont en baisse de -11% par rapport à la même période de l’an passé, s’établissant à 1 157 000 véhicules

Le nombre de véhicules livrés a chuté de 12 % en Amérique du Nord, le marché le plus important du groupe, à la suite d’une réduction planifiée des stocks aux concessionnaires, de 34 % en Asie-Pacifique, principalement en Chine, de 10 % en Europe-Moyen-Orient-Afrique et stagnantes en Amérique du Sud. Les ventes de Maserati ont elles reculé de 46 %. 

FCA a annoncé son intention de continuer à se concentrer sur les secteurs sous-performants de son activité au second semestre, y compris Maserati, et a déclaré rester confiant dans sa capacité à atteindre ses objectifs pour 2019, tablant sur un Ebit à 6.7 milliards sur l’année (soit la même chose que l’an dernier) et un flux de trésorerie supérieur à 1,5 milliard, contre 4,4 milliards l’an passé.

Déclarations de Mike Manley

Le grand patron a déclaré lors d’un entretien téléphonique que le groupe FCA continuait à être ouvert à des « opportunités » avec d’autres constructeurs. Il a cependant assuré que l’actuel plan stratégique du groupe est « relativement robuste [pour] survivre avec ou sans ce type de fusion ». Le mariage avec Renault n’était pas « un passage obligé », a-t-il pris soin d’ajouter.

source : FCA

5
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
PhilippeimacPanameXIVLeskanorCed74Fredo Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Fredo
Invité
Fredo

Très heureux de voir cette fusion échouer, l’aubaine n’étant que financière pour les Agnelli… il y a largement de quoi faire pour remonter la pente côté Fiat, Alfa Romeo et Maserati !

Ced74
Invité
Ced74

Totalement d’accord.

Leskanor
Invité
Leskanor

Oui moi aussi je préfère voir les marques italiennes en dehors d’une fusion avec Renault. Le problème c’est que je ne crois pas une seconde à l’abandon de cette fusion. C’est juste une question de temps, une fois les différents entre Renault et Nissan aplanis, j’ai bien peur que la fusion de FCA et Renault se fasse à une vitesse de croisière de mach 2. C’est ce que je pense qu’il se passera mais ce n’est pas ce que je souhaite.

PanameXIV
Invité
PanameXIV

Je crains que Leskanor ait raison.
La famille actionnaire à l’occasion de prendre des sous et acquérir en quelques mois la techno nécessaire. Renault est un bon coup financier.

Philippeimac
Invité
Philippeimac

Je pense que dans la fusion avortée avec Renault c’est Renault qui s’en tire le mieux: Fiat a des faiblesses structurelles énormes: un retard en R&D, Fiat en quasi monoculture, Lancia en coma dépassé, Alfa qui n’atteint pas ses objectifs, Maserati qui collectionneuse flops… Le groupe est trop dépendant de Jeep: tant que santé du yankee est bonne tout va bien mais si jamais la vache à lait venait à tousser, c’est tout le groupe FCA qui prendrait des allures de Titanic tant c’est Jeep qui permet au navire de continuer à flotter… Pourquoi Fiat n’a pas daigner développer de… Lire la suite »