Accord FCA-Tesla : permis de polluer !

On l’a appris aujourd’hui. Dans la plus grande discrétion, le groupe FCA a signé un accord avec le constructeur américain Tesla.

Pourquoi un tel accord ?

On connait tous les véhicules de la firme de Palo Alto (Californie), jugés vertueux (mais quid de la fabrication des batteries et des métaux rares qu’on trouve à l’intérieur ?) mais à la rentabilité incertaine. Pas un seul dollar de bénéfice en plusieurs années d’existence, l’édifice Tesla ne reposant que sur un coup de poker, une ingénieuse communication et le charisme d’Elon Musk, bien que ce dernier ait été gentiment invité à se mettre de côté il y a quelques mois.

Du côté de FCA, on a une firme internationale générant un bon bénéfice annuel, mais uniquement (ou presque) grâce au marché américain et aux gros véhicules. En Europe, les bénéfices se font attendre et les gammes, sans investissement notoire depuis des années, accusent le poids des ans, y compris dans leurs conceptions techniques parfois trop datées par rapport à la concurrence. Or, l’Europe imposera d’énormes amendes dès 2021 si la moyenne des émissions d’une marque est supérieure à 95 g/km de Co2. Et à ce petit jeu, FCA n’est pas très bien placé.

En effet, la moyenne des marques de FCA s’établit à environ 123 g/km de CO2 actuellement. De quoi risquer l‘amende à 9 chiffres dans quelques années.

Quel accord ?

Ainsi, le groupe FCA vient de s’engouffrer dans une faille législative et technique. Il vient de constituer un « pool », c’est-à-dire une association d’ordre comptable qui vise à une sorte de rachat de crédits CO2. Tesla va vendre moyennant un gros chèque son ratio écolo largement positif selon les normes en vigueur à FCA qui, lui, va voir sa moyenne baisser et les amendes risquées être diminuées.

«L’engagement de FCA est de réduire les émissions de tous nos produits. En même temps, nous allons tirer le meilleur des options offertes par la réglementation pour respecter les normes» a ainsi indiqué le groupe FCA dans une déclaration à l’AFP.

De quoi sous-entendre que toutes les brèches sont ouvertes pour payer le moins possible. D’où cette association avec Tesla. FCA aurait ainsi, selon le Financial Times accepté de payer plusieurs centaines de millions de dollars au constructeur californien pour que les émissions de CO2 des Tesla, évidemment nulles, soient prises en compte dans le périmètre du groupe FCA. Ce dernier a déclaré que «la philosophie d’un marché de crédits-carbone est de mettre en oeuvre les façons les moins coûteuses possibles de réduire les émissions de gaz à effet de serre sur le marché». Une position clairement opportuniste, voire de courte vue en attendant de réelles nouveautés écolos chez FCA. Un pis-aller qui coûte mais qui s’avère un moindre mal eu égard à l’épée de Damoclès planant sur le groupe italo-américain d’ici quelques années.

«Pour l’Europe, c’est la première fois que des fabricants complètement séparés mettent en commun leurs émissions en tant que stratégie de conformité commercialement viable », explique ainsi au Financiel Times Julia Poliscanova, directrice principale de Transport & Environment, groupe de recherche et de recherche sur les énergies vertes. «Une fois que vous avez créé un pool, ajoute-t-elle, celui-ci est valable plusieurs années.» Au Japon, Madza et Toyota ont déjà formé ce type d’alliance.

Un groupe FCA qui conclut par le fait que cette association « apporte de la flexibilité pour offrir à nos clients des véhicules qu’ils sont prêts à acheter, tout en parvenant à respecter les normes au moindre coût». Sous-entendu : on ne veut pas payer mais on a encore des véhicules polluants à offrir et des clients à honorer.

Un procédé qui serait parfaitement légal à défaut d’être moral. 

FCA – Lingotto

13
Poster un Commentaire

avatar
9 Fils de commentaires
4 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
10 Auteurs du commentaire
alfadedermafioliCed74Fredoeugene44 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
guitou
Invité
guitou

Cette alliance FCA-Tesla montre bien l’absurdité de toutes ces règlementations prétendument écologiques. La majorité silencieuse, celle des automobilistes, n’ose même plus s’exprimer.

Stanislas
Invité
Stanislas

C’est génial cet accord avec Tesla. Comme ça les Alfa Romeo (entre autres) à moteurs thermiques vont continuer à exister (clapping)

Forza
Invité
Forza

Vu les ventes pitoyables de Alfa Romeo elles n’existeront plus pour très longtemps les Alfa notamment cette Giulia qui est un véritable bide même avec des grosses remises.

Ced74
Invité
Ced74

La Giulia un véritable bide… première nouvelle car pour une berline ultra sportive qui dans un contexte où les berlines sont en voie de disparition… elle fonctionne plutôt pas mal et les ventes dans les pays ciblés sont maintenus alors le bide… il n’en est pas un.

Jérôme
Invité
Jérôme

Quel aveu d’impuissance ! En être réduits à ce type d’arrangement pour éviter l’amende c’est lamentable. Les normes et contraintes environnementales imposées par l’UE et d’autres autorités sont certes critiquables mais elles sont les mêmes pour tous et ce risible événement révèle que FCA n’a en réalité aucune stratégie si ce n’est financière. je ne doute pas qu’au sein des marques il y ait des passionnés d’automobile et des gens qui veulent faire avancer les choses, mais à la tête de la holding ne règnent de toute évidence que des financiers qui, après avoir rétabli les comptes et pris les… Lire la suite »

Fredo
Invité
Fredo

Je pense que Marchionne en redressant les comptes a fait perdre quelques années au groupe en matière de technologies de réduction des émissions mais surtout d’équipes pour les mettre en place, d’où l’accord « moindre mal » avec Tesla… en réalité le 1.3 est bien prévu pour aller sous le capot de la Giulia, et son hybridation paraît facile à concevoir mais visiblement l’industrialisation est plus compliquée que de claquer des doigts… quant aux marques aucune ne sera « détruite », ce sont des actifs bien trop juteux, y compris Fiat. Hâte de voir la future 500 sur les routes !

MAX
Invité
MAX

Le tout électrique est la plus grande absurdité du siècle comme l’EURO d’ailleurs qui a apauvri bcp d’européens. L’Europe accepte le libre échange avec le monde entier sans retour et les ecologists de non pays croient dans bcp de conneries. Je n’ai le temps de développer mes arguments pour l’instant. Allez continuons dans le tout électrique autonome et vive l’europe … puisque nos politiques européens continuent à se tirer une balle dans le pied. Tous les ingéieurs savent très bien qu’il y a encore bcp à faire dans le moteur thermique … donc pourquoi pas. Je veux bien rouler en… Lire la suite »

alfadeder
Invité
alfadeder

Avant de s’indigner, nos politiques feraient mieux de tenter de développer l’industrie européenne et ses emplois face aux USA et à la Chine, au lieu de mettre sans arrêt des boulets aux pieds de nos entreprises. Et en particulier l’automobile où Bruxelles veut être plus vert, quitte à mettre tous ses constructeurs dans le rouge ! Alors, à législation à la noix, réponse à la noix ….. (angry)

Stanislas
Invité
Stanislas

Mazda et Toyota ont fait exactement le même type d’alliance. Alors critiquer encore FCA qui utilise le même procédé légal avec Tesla n’a pas de sens.

eugene44
Invité
eugene44

La politique de l’Europe en matière d’écologie est complètement débile. On pénalise toute l’Europe au niveau industriel. Ceux qui paient cette politique désastreuse c’est nous avec des empilements de taxes. En fait je crois que les politiciens se sont accordés pour nous taxer toujours d’avantage en prenant pour prétexte la pollution. S’ils voulaient quelque chose d’égalitaire il aurait fallu appliquer une taxe pollution sur tous les produits entrant en Europe. Pour en revenir à nos chères autos, bientôt on ne pourra plus prendre le moindre plaisir à rouler ou acheter une jolie auto. Moi qui suis né en 1950 je… Lire la suite »

Ced74
Invité
Ced74

Ah qui le dis tu… même les années 80 et 90 sont à regretter, au temps où on pouvait préparer nos mob, nos motos ou nos voitures, les faire homologuer et en profiter sur des routes totalement vierge avec personne dessus, des routes de montagne totalement désertiques, des circuits en pagaille partout en Europe, là où l’auto était aussi un moyen de communiquer avec la société et à vu naître des génies qui ont en partie façonné notre monde actuel. La dernière sportive essence diabolique restera à jamais la dernière Giulia QV car depuis c’est la chute libre et l’arrivée… Lire la suite »

mafioli
Invité
mafioli

je ne peux que me réjouir de lire ces commentaires anti-UE. Enfin on ouvre les yeux sur le problème de fond. une union basée sur le model Allemand et l’euro sur son deutchmark qui ont ruiné les autres pays, en premier chef l’Italie (et la France) qui était le principal concurrent des allemands dans de nombreux domaines et notamment automobile! Je ne peux que souhaiter un italexit pour mon pays de coeur! Heureusement mon pays de résidence la Suisse ne fera jamais partie de cet échec! Fiat se meurt sous nos yeux quelle tristesse et mélancolie. j’ai aussi de la… Lire la suite »

alfadeder
Invité
alfadeder

Eh oui l’Europe, c’est non aux alliances Legrand-Siemens, Alsthom-Schneider, peut-être Peugeot-Fiat, c’est plus de 160 opérateurs téléphoniques quand les USA et la Chine en ont maxi 5,……c’est rester des nains pour ne pas gêner les USA. (angry)