Vente de Magneti Marelli : c’est fait !

C’est fait ! L’épisode de la vente (ou pas) de Magneti Marelli, qui traînait depuis des mois, à l’instigation de Sergio Marchionne, a trouvé son épilogue ce jour avec la vente actée de l’équipementier italien.

Nous avons en effet appris ce jour la cession de ce dernier à un concurrent japonais du nom de Calsonic Kansei, lui-même géré par le fonds d’investissement américain KKR.

Le montant de la transaction est de 6.2 milliards d’euros. Un joli pactole qui va retomber directement dans les poches du groupe FCA !

Exit donc les rumeurs de simples spin-off comme pour Ferrari, toujours sous l’autorité d’Exor et de la famille Agnelli. Là, il s’agit bien d’une vente pure et simple. Une décision appréciée par les investisseurs, puisqu’en début de séance, le groupe FCA progressait de près de 7 % à la Bourse de Milan.

On notera que Calsonic Kansei et son propriétaire KKR avaient au début de l’été proposé 5 milliards d’€ pour Magneti Marelli. Ce que le groupe FCA avait refusé, estimant une vente impossible sous les 6 milliards d’€. La patience a donc payé et le groupe FCA a récolté les fruits de son rapport de force en augmentant le montant proposé de plus de 1 milliard supplémentaire !

« La transaction représente une occasion unique pour combiner deux entreprises à succès, qui enregistrent à elles deux un chiffre d’affaires annuel de 15,2 milliards d’euros », créant ainsi « le 7e fournisseur indépendant de composants automobiles au monde », ont précisé les 3 compagnies dans un communiqué commun.

Dans le détail, on apprend que la nouvelle société sera rebaptisée Magneti Marelli CK Holdings, aura toujours son siège à Milan, en Italie et un total de près de 200 usines et centres de R&D dans le monde et plus de 65 000 employés au global. Le groupe Magneti Marelli, fondé en 1919, comptait jusqu’à aujourd’hui 43 000 employés, avec une présence dans 21 pays avec 86 usines et 14 centres de recherche et fournissait jusqu’à présent un CA de 8.7 milliards d’€ annuels contre 7.7 milliards pour le japonais, fondé, lui, en 1938 et qui compte 22 000 salariés dans le monde.

FCA continuera par ailleurs à s’engager dans un « partenariat de plusieurs années » avec la nouvelle compagnie, qui marque ainsi son intention de « maintenir les opérations de Magneti Marelli en Italie et de préserver sa présence industrielle et l’emploi », selon le communiqué.

Les deux sociétés sont assez complémentaires géographiquement et disposent avec ce rachat d’une implantation mondiale. Techniquement, Magneti Marelli est très présent dans les systèmes d’éclairage, de télématique, de divertissement embarqués, de suspension, dans les pots d’échappements, les pièces moteur ou encore de freinage quand CK, qui était une filiale de Nissan jusqu’à début 2017, est très axé dans les systèmes d’air conditionné, les compresseurs et d’autres pièces importantes de véhicules.

Les analystes sont satisfaits de cette annonce. Ainsi, George Galliers, analystes d’Evercore ISI, déclare que « boucler cette transaction à ce prix est un premier jalon important et une réussite ».

L’opération devrait être bouclée pour le 1er semestre 2019 sous réserve de l’approbation par les autorités de la concurrence.

Partager cet article

17 commentaires à propos de Vente de Magneti Marelli : c’est fait !

Ced74 dit : S'abonner 22 October 2018 à 18 h 14 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 1 0 0 0 0

Et une connerie de plus.... et une bien enooooorme!🤬😡

    mafioli dit : S'abonner 23 October 2018 à 9 h 00 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 1 0 0 0

    J'espère que le gouvernement actuel empêchera cette vente! Comme ils le font avec Alitalia, compagnie qui a fait l'orgueuille de mon pays de coeur. Il y a des produits qui représentent l'Italie dans le monde. Et Marelli en fait partie. Grosse erreur!

    • Alfa Romeo
    squirrel78 dit : S'abonner 27 October 2018 à 9 h 47 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    C'était sans doute inévitable, pour générer des liquidités permettant d'investir dans le core business sans de nouveau accroître l'endettement. Mais cela reflète la situation très tendue dans laquelle se trouve FCA, tant au plan financier que stratégique. Certes, la dette a été réduite à marche forcée, et c'était indispensable. Mais le groupe est en panne d'investissements (à nouveau, comme au début des années 2010, pas de nouveautés à l'horizon et, en particulier, le plan de développement d'Alfa pour 2018-22 paraît à nouveau très incertain...) et se retrouve dans un corner stratégique, au moment où le premium et le luxe, nouveau segment cible, est complètement chamboulé par l'électrique/ hybrid, alors que FCA n'a rien à proposer à court terme en ce domaine. Pour Alfa en particulier, je pense que l'arrivée de la Model 3 de Tesla en Europe va faire très mal (cela va faire mal aux Allemands aussi mais ils n'ont pas seulement la série 3 ou la classe C en magasin) et la réponse n'est pas/n'est plus dans le lancement de gros SUV diesel. Triste période, je crains que l'on ne reparle rapidement du rachat des marques du Groupe par des prédateurs extérieurs.

    • Alfa, Abarth
    Fredo dit : S'abonner 27 October 2018 à 14 h 06 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    FCA doit s'appuyer sur son identité: des voitures superbes et des matériaux de luxe issus de l'artisanat italien, de la soie, du cuir, des montres... et avancer à marche forcé vers l'hybridation de ses modèles. Je pense que l'hybridation marchera mieux auprès des consommateurs désireux d'une certaine autonomie et est un meilleur choix pour préserver un son qui fait partie du patrimoine des marques... Il y a de nombreuses cartes à jouer, rien n'est fait. Fiat elle doit représenter la voiture joyeuse, lumineuse, non agressive, élégante et confortable pour contrer les choix faits par VAG, il faut du mobilier clair - aucune sellerie claire pour la 500X en France sur le configurateur, rien pour les contreportes en dehors du noir, des planches de bord encore trop sombres... des voitures légères pour aller vers plus de sobriété en carburant et une conduite plaisante.

      Stanislas dit : S'abonner 28 October 2018 à 10 h 06 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      0 0 0 0 0 0

      Pour ce qui est de Tesla dont le model 3 sera livrable dans un an ou plus, une entreprise qui ne paye pas ses fournisseurs, dont la dette s’envole, dont son dirigeant Elon Musk semble peter les plombs en plus de ses problèmes avec la justice, je ne parierais pas un euro sur son avenir. Enfin s’il y a des fous qui veulent encore réserver une Tesla model 3 sans savoir en quelle année ils seront livrés https://money.cnn.com/2018/09/10/technology/business/tesla-stock-bonds-elon-musk/index.html

        squirrel78 dit : S'abonner 28 October 2018 à 16 h 00 min
        Like
        Like Love Haha Wow Sad Angry
        0 0 0 0 0 0

        Je pense que tu ne te rends pas bien compte de ce que représente aujourd'hui Tesla, au delà les frasques d'Elon Musk dont les media européens donnent une vision caricaturale. Aujourd'hui la Model 3 est la 5ème voiture la plus vendue aux Etats-Unis, et la 1ère des voitures premium du segment D, de loin devant la BMW 3 (environ 50% de part de marché), la Mercedes classe C ou l'Audi A4. Lis ou regarde sur YouTube les essais de la Model 3, les retours sont dithyrambiques. Et Tesla, contre toutes les prédictions a dégagé au 3ème trimestre un résultat (>300 M$) et un surtout free-cash flow (>900 M $)positif, à partir du moment où ils sont devenus capables d'atteindre leurs objectifs de production. Tesla ressemble beaucoup à Apple des années Steve Jobs, et la model 3 (dont la version Performance a récemment ridiculisé la Jaguar E-type et a pratiquement fait jeu égal avec la Giulia Quadrifoglio sur circuit (https://www.teslarati.com/tesla-model-3-track-mode-jaguar-ipace-alfa-romeo-giulia-quadrifoglio/) risque de faire un malheur en Europe dans ces temps où les voitures totalement thermiques sont devenus politiquement incorrectes, en particulier dans le haut de gamme, avec en plus un matraquage fiscal au niveau du prix de l'essence et des malus (combien va coûter le malus CO2 pour la Giulia 280 avec les normes WLTP, sans doute 7-8000 EUR au minimum? En conséquence, une Giulia 280 va coûter à l'achat en 2019/20 plus cher qu'une Tesla 3 Performance, qui devrait être vendue autour de 70.000 EUR mais avec 6.000 EUR de prime gouvernementale et 0 Euro de malus...). Et je ne parle même pas de l'Autopilot, où Tesla a une avance énorme sur tous les autres constructeurs... J'espère ardemment qu'Alfa va avoir quelque chose à proposer avant au plus tard 2020, au moins en hybride simple, mais ça implique des investissements importants car l'électrification d'une plateforme existante est compliquée et coûteuse. Ce qui est rageant, c'est que la plateforme Giorgio, qui est l'état de l'art pour une voiture thermique, a été conçue peu de temps avant le retournement du marché et Alfa, qui ne peut pas beaucoup investir, s'en trouve dépassé . Ça va être compliqué pour FCA et je suis le premier à le regretter mais la première chose à faire est de regarder la réalité en face.

          squirrel78 dit : S'abonner 28 October 2018 à 16 h 20 min
          Like
          Like Love Haha Wow Sad Angry
          0 0 0 0 0 0

          Je pense que tu ne te rends pas bien compte de ce que représente aujourd'hui Tesla, au delà les frasques d'Elon Musk dont les media européens donnent une vision caricaturale. Aujourd'hui la Model 3 est la 5ème voiture la plus vendue aux Etats-Unis, et la 1ère des voitures premium du segment D, de loin devant la BMW 3 (environ 50% de part de marché), la Mercedes classe C ou l'Audi A4. Lis ou regarde sur YouTube les essais de la Model 3, les retours sont dithyrambiques. Et Tesla, contre toutes les prédictions a dégagé au 3ème trimestre un résultat (>300 M$) et un surtout free-cash flow (>900 M $)positif, à partir du moment où ils sont devenus capables d'atteindre leurs objectifs de production. Tesla ressemble beaucoup à Apple des années Steve Jobs, et la model 3 (dont la version Performance a récemment ridiculisé la Jaguar E-type et a pratiquement fait jeu égal avec la Giulia Quadrifoglio sur circuit (https://www.teslarati.com/tesla-model-3-track-mode-jaguar-ipace-alfa-romeo-giulia-quadrifoglio/) risque de faire un malheur en Europe dans ces temps où les voitures totalement thermiques sont devenus politiquement incorrectes, en particulier dans le haut de gamme, avec en plus un matraquage fiscal au niveau du prix de l'essence et des malus (combien va coûter le malus CO2 pour la Giulia 280 avec les normes WLTP, sans doute 7-8000 EUR au minimum? En conséquence, une Giulia 280 va coûter à l'achat en 2019/20 plus cher qu'une Tesla 3 Performance, qui devrait être vendue autour de 70.000 EUR mais avec 6.000 EUR de prime gouvernementale et 0 Euro de malus...). Et je ne parle même pas de l'Autopilot, où Tesla a une avance énorme sur tous les autres constructeurs... Je ne suis pas un fanatique de Tesla et un groupie d'Elon Musk. J'espère ardemment qu'Alfa va avoir quelque chose à proposer avant au plus tard 2020, au moins en hybride simple, mais ça implique des investissements importants car l'électrification d'une plateforme existante est compliquée et coûteuse. Ce qui est rageant, c'est que la plateforme Giorgio, qui est l'état de l'art pour une voiture thermique, a été conçue peu de temps avant le retournement du marché et Alfa, qui ne peut pas beaucoup investir, s'en trouve dépassé . Je suis le premier à le regretter mais la première chose à faire est de regarder la réalité en face.

            Fredo dit : S'abonner 29 October 2018 à 18 h 55 min
            Like
            Like Love Haha Wow Sad Angry
            0 0 0 0 0 0

            Tesla a également à date une dette de 7.5 milliards de dollars. Les taux de rentabilité nette de FCA: 4,18%, de Tesla: -6;20%, alors que les capacités de production sont extrêmement limitées pour cette dernière quand la première est historiquement en surcapacités. Alors on va parler de capitalisations boursières qui n'ont rien à voir, mais que tout cela est fragile...

              Stanislas dit : S'abonner 29 October 2018 à 22 h 32 min
              Like
              Like Love Haha Wow Sad Angry
              0 0 0 0 0 0

              La dette de Tesla est de 10 milliards de dollars. Alors je veux bien qu’ils livrent enfin la Model 3 aux USA mais je ne parierais pas sur l’avenir de la marque... Quand aux acheteurs européens qui ont commandé une Model 3, ils seront livrés un jour, peut être... http://www.thedrive.com/tech/24261/elon-musk-and-10-billion-of-debt-why-tesla-will-go-bankrupt-in-2019

                squirrel78 dit : S'abonner 30 October 2018 à 9 h 53 min
                Like
                Like Love Haha Wow Sad Angry
                0 0 0 0 0 0

                Le taux de rentabilité historique n'a pas de sens pour une entreprise qui constitue une base industrielle de cette nature et qui doit investir massivement, notamment en la comparant à un groupe comme FCA existant depuis des décennies. Je suis bien d'accord que la capitalisation de Tesla n'a pas grand sens économique, elle est basée sur des anticipations futures de bénéfice totalement hypothétiques et sans doute économiquement absurdes (comme pour Amazon par exemple dont le PER dépasse 80). Ce qui compte pour Tesla, c'est sa capacité à générer suffisamment de cash flow, i.e. vendre des voitures (une demande forte, et une capacité à produire) sans brûler plus de liquidités qu'il n'en rentre. Sur ces 2 points, le succès de la Model 3 et la montée en cadence de la production remplit les cases, cela lui permet de faire appel au marché de la dette si nécessaire tout lui permettant d'éviter de devoir réaliser une augmentation de capital dilutive pour les actionnaires (ce que beaucoup anticipaient quand encore récemment). Ceci étant, Tesla va continuer à devoir investir massivement, ils sont loin d'être sortis du bois, mais ce qui est très positif pour eux c'est que demande est très forte, ils sont très en avance sur la concurrence (électrique avec la meilleure autonomie + réseau propriétaire des super chargeurs + autopilot le plus avancé du marché et régulièrement mis à jour "over the air" comme un smartphone...)

                  Fredo dit : S'abonner 30 October 2018 à 19 h 05 min
                  Like
                  Like Love Haha Wow Sad Angry
                  0 0 0 0 0 0

                  On en fait beaucoup sur l'Autopilot et sur l'avance technologique de Tesla... la meilleure autonomie est chez Hyundai qui produit les voitures électriques qui consomment le moins. Certes elles n'atteignent pas 100 km/h en deux secondes mais je crois que c'est surtout une expérience de conduite très désagréable... L'enjeu va être de proposer des plateformes plus légères que les enclumes de Tesla et FCA en est parfaitement capable. FCA qui a mis ses œufs chez Google, avec une toute autre force de frappe que Tesla, qui vend surtout du rêve à mon avis... à plusieurs milliers de dollars la mise à jour. En résumé, ça n'atteindra jamais le grand public. La reconnaissance de panneaux, la régulation automatique de la vitesse sur ces derniers et les véhicules précédents, le freinage automatique d'urgence, l'assistance de guidage sur voies et le contrôle des angles morts suffisent largement au plus grand monde et surtout c'est vendu à des prix décents. Avec Google Assistant il est parfaitement possible d'avoir un dialogue "riche" avec l'ordinateur de bord, bref l'enjeu principal va se trouver dans les batteries et leur recharge. La demande va t elle rester forte pour les USA ? Pas sûr, et à mon avis FCA aurait urgence à diversifier davantage ses revenus (61% réalisés chez Trump)...

                    Ced74 dit : S'abonner 28 October 2018 à 11 h 11 min
                    Like
                    Like Love Haha Wow Sad Angry
                    0 1 0 0 0 0

                    Le problème est que même si cela génère du cash à court terme et en plus juste engraisser les actionnaires c’est partir à sa propre perte. Quitter la poule aux œufs d’or sans que cela soit facultatif (possibilité de le côté en bourse créer une nouvelle synergie indépendante), qui représente un lien direct avec le monde auto dans tous les domaines.... la vision à court terme a toujours été un échec.

                      mafioli dit : S'abonner 30 October 2018 à 10 h 37 min
                      Like
                      Like Love Haha Wow Sad Angry
                      1 0 1 0 0 0

                      Comment peut-on imaginer un parc automobile européen en électrique? Moi qui habite en suisse (8,5 millions d’habitants), s'il fallait demain que tout le monde passe en voiture électrique, il faudrait 12 centrales nucléaires au lieu des 5 actuels, rien que pour les autos… une folie pure. Imaginons cela pour l’Europe entière… Inimaginable en matière de gestion de déchets radioactifs et d’approvisionnement en matière fissile. De plus j’ai un doute sur le bilan énergétique complet du tout électrique depuis sa fabrication à sa destruction. Il faut revenir à des voitures simples, légères avec des moteurs raisonnables coupler à un hybride pour un apport ponctuel de puissance ! oublier les SUV, balourd, gourmand, tenu de route 0 et dangereuse en visibilité. Pour en revenir à Marelli, cette vente est une vision à court terme qui s’avèrera dramatique pour les employés italiens, je n’ai aucun doute qu’on les verra tous pointer à la retraite anticipée pour les plus chanceux ou aux chômages, comme c’est le cas en Europe depuis 20 ans avec cette économie folle. Pour le groupe c’est une perte de savoir-faire inimaginable. Ils vont nous vendre le centrostile d’alfa aussi?

                      • Alfa Romeo
                      squirrel78 dit : S'abonner 31 October 2018 à 10 h 02 min
                      Like
                      Like Love Haha Wow Sad Angry
                      0 0 0 0 0 0

                      On ne va pas passer au tout électrique. Il y aura cohabitation de plusieurs formes de motorisation pendant longtemps, et l'électrique demeurera un segment axé sur le haut voire le très haut de gamme. Il est exact aussi que le débat sur le bilan énergétique des voitures électriques par rapport aux thermiques est sans fin (ça dépend si on utilise principalement de l'électricité décarbonnée, de la durée d'utilisation effective, il faut prendre en compte tout le cycle de vie etc. etc, on connaît le truc, on peut traiter les acheteurs de Tesla de débiles profonds, mais le fait est que les gens veulent de plus en plus des voitures qui ne rejettent pas, ou moins, de CO2 et de NOX et que la fiscalité les y incite à grands pas, en particulier en France). Ce que je veux dire, c'est qu'aujourd'hui, c'est que toutes les marques premium sont en train de mettre de l'électrique dans leurs gammes, pour le moins des hybrides/ hybrides rechargeables et même des 100% électriques. Je suis impressionné par le succès commercial de la Model 3 aux Etats-Unis qui a un côté "disruptif" sur le segment des compactes de luxe (au point même où le responsable de BMW aux USA explique les contre-performances de la marque par son arrivée sur le marché), comme la model S l'a déjà fait dans le segment des grandes berlines (Tesla vend plus de Model X que Mercedes-Benz de classe S). Hyundai a peut-être la plus grande autonomie quand on fait le tour du périphérique à 60 km/h, mais on ne joue pas ici dans la même cour. Après la présentation du plan produit Alfa en juin avec une orientation vers des modèles de plus en plus luxueux et exclusifs (on peut le regretter, mais je pense personnellement que cela a du sens), Alfa n'a rien de concret à proposer, des hypothétiques "mild hybrides" qui sortiraient au mieux en 2022. Et ce n'est pas le futur Castello avec le Turbo diesel de la Ghibli ou le V6 de la Quadrifoglio, aussi bons soient-ils, qui sera la bonne réponse. Quant à Marelli, je pense aussi que c'est une grosse perte pour FCA, qui reflète une insuffisance de ressources qui l'oblige à vendre un actif que l'on peut considérer comme particulièrement stratégique aujourd'hui et dans l'avenir.

                        Fredo dit : S'abonner 31 October 2018 à 19 h 09 min
                        Like
                        Like Love Haha Wow Sad Angry
                        0 0 0 0 0 0

                        Pour rappel, la 100D de Tesla tient 375 Kms à 130 kms/h avec une technologie de batteries LG Chem... il sera relativement facile d'atteindre ce type de performance à quelques conditions: n'utiliser que deux moteurs électriques au lieu de deux; les brider électroniquement (6 ou 7 secondes pour atteindre 100 kms/h est largement suffisant); choisir des jantes de 17 ou 18 pouces et enfin alléger au maximum le poids du véhicule en usant massivement de carbone et d'aluminium. Une campagne tournée sur le côté 'humain' et confortable en opposition à ces performances effrayantes (2,6 secondes pour 100 km/h) sera bienvenue...

                          Fredo dit : S'abonner 31 October 2018 à 21 h 41 min
                          Like
                          Like Love Haha Wow Sad Angry
                          0 0 0 0 0 0

                          Deux moteurs au lieu de quatre, pardon...

                            Stanislas dit : S'abonner 1 November 2018 à 10 h 14 min
                            Like
                            Like Love Haha Wow Sad Angry
                            0 0 0 0 0 0

                            Et celui qui veut faire un Paris-Lyon (je ne parle même pas d’un Paris-Nice), il laisse sa Tesla au parking et prend le train car recharger en cours de route c’est trop galère et trop long. Ça me fait marrer ceux qui veulent une voiture électrique, car hors trajets urbains ou courts trajets, c’est très mal commode.

                            • Giulietta Veloce, Abarth

                            Laisser un commentaire

                            Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

                            Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.