Mike Manley nommé PDG de FCA à la place de Sergio Marchionne

Michael Manley

C’est fait ! Alors que Sergio Marchionne devait tirer sa révérence en 2019, c’est finalement à cause de ses récents problèmes de santé que la nomination de son remplacement a eu lieu cet après midi : Mike Manley.

Mike Manley, 54 ans, né à Edenbridge au Royaume-Uni, a rejoint Chrysler en 2000 et a été ensuite nommé PDG de  Jeep en 2009 . Manley est donc vu comme l’homme à qui on doit la croissance incroyable de Jeep ces dernières années. Sous la direction de Manley, Jeep est passée d’une marque de niche à l’une des plus importantes du groupe FCA grâce à une gamme en constante expansion et de nombreux modèles à succès (Cherokee, Renegade, Compass, etc).

Le choix de Manley en tant qu’héritier de Marchionne a ainsi été voté ! Il présentera donc le 25 juillet son premier bilan du groupe FCA pour la 1ere moitié 2018. Une question reste en suspend, Sergio Marchionne devait encore garder la direction de Ferrari pendant plusieurs années, est-ce que sa santé le lui permet toujours ? Affaire à suivre…

7
Poster un Commentaire

avatar
6 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
FredoGrezsquirrel78gil luz 22 06 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
squirrel78
Invité
squirrel78

Il semble que ce soit Louis Camilleri, le CEO de Philip Morris, qui prenne la présidence de Ferrari, et que, malheureusement, Sergio Marchionne soit dans un état très critique. C’était une personnalité controversée, mais il restera comme un dirigeant les plus emblématiques du monde automobile des trente dernières années, et il aura, comme le dit Matteo Renzi, donné un avenir à Fiat au bord de la faillite à son arrivée et qui reste aujourd’hui via FCA un acteur mondial important avec une situation financière restaurée, même si l’avenir du Groupe n’est pas totalement clair. Hommage à Sergio Marchionne.

gil luz 22 06
Invité
gil luz 22 06

Bien d’accord pour l’hommage à Marchionne – reste à espérer que Manley annule la suppression de la Mito et au contraire la développe face à l’A1 (entre autres). Je prie aussi pour qu’il concrétise la modernisation de la Giulietta (le moteur de 1750 cc de la Veloce n’attend que l’électrification légère et 4 roues motrices pour devenir une vraie quadrifoglio- quattroruote et ainsi vraiment concurrencer l’A3 et autres Golf, Mercedes… Prières donc pour la santé de Marchionne et la vision de Manley…(je sais cela fait beaucoup de prières).

Grez
Invité
Grez

A mon avis il ne changera pas le destin de la Mito. Pour une transmission intégrale sur Giulietta il est impossible de l’envisager actuellement sans rehausser la voiture ce qui aura pour conséquence de « dénaturer » le modèle. Pour un travail propre il faudrait compter plusieurs dizaines de millions d’€ et compte tenu du niveau des ventes actuel de la Giulietta on peut oublier le Q4. Mike Manley suivra les premières étapes du plan pour ne pas brusquer les investisseurs et le modifiera plus tard si nécessaire.

squirrel78
Invité
squirrel78

Sur le dernier point, il faut attendre. Ce qui est probable, c’est que le plan 18-22 sera confirmé (Manley y a contribué) mais l’absence de tout ressortissant italien dans les dirigeants de FCA et Ferrari et la nomination de l’ex-CEO de Jeep/RAM (70% des profits de FCA) ne sont pas fortement de bonne augure pour la préservation de l’italiénité de FCA (et en particulier pour Fiat). Une Giulietta « mild hybride » serait super, le effectivement, mais trop européenne?? Le sort de la MiTo est scellé, faut pas rêver…

Fredo
Invité
Fredo

Pas d’Altavilla à la tête de FCA comme on pouvait l’espérer, c’est donc à la fin de Fiat Europe qu’on assiste. Assez triste…

Grez
Invité
Grez

Mike Manley est un peu plus tourné produit que Sergio Marchionne. Ça laisse espérer un plan produit peut être un peu plus sympa. Même si ces dernières années les efforts étaient concentrés sur les marques Premium, le groupe ne peut pas se passer des volumes en Europe. Surtout que la Chine n’est pas encore l’eldorado espéré. Je pense que vu les résultats du T2 qui ont été annoncés, les nouveaux dirigeants reconsidéreront peut être l’Europe et Fiat comme des opportunités à developper.

Fredo
Invité
Fredo

Alavilla a claqué la porte le lendemain de la nomination express du patron de Jeep, un choix en forme de renoncement de la part de l’actionnaire historique. L’automobile populaire, c’est terminé chez FCA. Un « F » qui devrait dégager au prochain mariage industriel – avec Hyundai ?