Déclarations de Marchionne à Genève : faut-il s’en méfier ?

On le sait, notre homme, bientôt à la retraite, est adepte des phrases-choc et des promesses rompues. Aussi, s’est-il à nouveau laissé aller à de nouvelles déclarations à Genève, soulevant doutes et polémiques. Alors que lui-même déclare qu’il nous faut attendre la prochaine présentation du plan-produit le 1er juin à Balocco, a-t-il tout simplement éventé ledit plan ou bien s’agit-il de nous mener en bateau ?

Petit point sur les phrases-chocs et ce qu’on peut en retenir, selon qu’on reste sur une analyse littérale ou que l’on essaye de faire preuve de prudence, d’optimisme et de mise en perspective…

Phrase-choc n°1 : « la pertinence de Fiat sur le marché automobile européen est limitée ». 

Analyse littérale : Fiat est amenée à disparaître ou tout du moins à végéter. Certains y voient déjà un parallèle avec Lancia, parallèle que Marchionne lui-même s’est plu à entretenir, déclarant que « nous avons dû limiter Lancia parce que son potentiel sur le marché était limité ». Fiat n’a pas vraiment d’avenir et va s’éroder petit à petit, pour laisser place à… Jeep et Alfa Romeo, marques aux marges espérées plus assurées…

Est-ce si clair ? Marchionne le dit lui-même à quelques secondes d’intervalles. « Non je ne tue pas Fiat« . Il veut apparemment « faire de la place pour favoriser l’émergence de marques plus puissantes« . Certes, mais Fiat, bien que marque généraliste assumée est-elle sacrifiable sur l’autel de marques premium ? NON ! Ce ne sont ni les mêmes clients, ni les mêmes économies d’échelles, ni les mêmes capacités de production ni le même nombre d’employés. Imaginons-nous vraiment Marchionne engager une casse salariale et une part de marché divisée par 2, 3, 4 ou 5 en flinguant Fiat ? Croit-il vraiment nous faire rouler en masse en Jeep quand les Européens sont réputés parmi les clients les plus difficiles du monde ? S’il le croit, il faut l’interner ! Sinon, il se joue de nous. Fiat continuera en Europe. Tout simplement parce qu’il n’ y a pas d’alternative ! Ni en volume de ventes, ni en image, ni en masse critique globale pour le groupe, ni en volume de salariés, ni en impact économique, ni en puissance.

Fiat Alfa Romeo

Phrase-choc n°2 : «  faire de la place pour favoriser l’émergence de marques plus puissantes« .

Analyse littérale :Même chose que précédemment. On imagine Fiat dépérir et se faire pousser gentiment au cimetière pour laisser place à Alfa, Maserati et Jeep. Est-ce souhaitable ? NON. Est-ce crédible ? NON PLUS. Voici pourquoi.

est-ce si clair ?  S’il y a bien une marque du groupe sur laquelle aucune autre n’empiète, c’est bien Fiat. Quel modèle devrait être mis au rebut chez Fiat pour ne pas faire d’ombre aux Compass, Cherokee, Giulia ou Levante ? Honnêtement ? Aucun ! Il y a une totale complémentarité de Fiat avec le monde des SUV et du premium. A moins que Fiat ne veuille tout simplement éliminer sa marque généraliste en forçant les petits budgets à rouler en 4×4 ou en berline à 40 000€… Qui l’imagine sérieusement ?

En réalité, l’expression « faire de la place », est-elle à comprendre au sens de « dans les gammes » ou dans le sens de « priorité de développements »? La nuance serait de taille. On peut très bien imaginer que le projet soit de développer Fiat à moindres frais, quand l’essentiel des ressources passerait en réalité dans des véhicules davantage premium (Alfa Romeo, Maserati) qui nécessitent une grosse quantité de capitaux pour être au niveau, ou dans des marques qui sont de dimension nettement mondiale (Jeep).

logo fiat

Phrase-choc n°3 :  » nous allons essentiellement développer deux familles de produits : la Panda et la 500″.

Analyse littérale : Dans les années à venir, pas de miracle, nous nous contenterons de la Panda et de la famille 500 (dont 500X). Exit les Tipo (dont il dit lui-même que « Pour ce qui est du segment C, celui de la Tipo, il est très concurrentiel  et il apparaît comme moins nécessaire à l’entreprise du fait de la présence de trop nombreux constructeurs. Il faut bien comprendre que nous ne pouvons engager de très grandes quantités d’argent dans des investissements qui sont nécessaires pour exister sur ce marché« ). Exit les utilitaires Qubo, Doblo et consorts. Exit le 124 Spider avec Mazda. Sans compter la Punto.

est-ce si clair ?  D’abord, il parle bien de 2 familles de produits.Certains imaginent donc un dérivé SUV de la Panda autre que la 4×4 ( à voir…). Surtout, la famille 500 pourrait compter les actuelles déclinaisons 500C et 500X (mais le 500L sera-t-il reconduit, lui ?) Et pourquoi pas une 500 5 portes. A voir pour le look. Surtout, il dit bien « essentiellement ». Ce qui laisse une marge de manoeuvre.

Phrase-choc n°4 :  » la Tipo […] apparaît comme moins nécessaire à l’entreprise ».

Analyse littérale : Au revoir la Tipo, sans renouvellement…

Est-ce si clair ?  Rien ne dit que la Tipo sera abandonnée. Marchionne n’aime pas ce segment ? Je pense qu’il est tout de même bien heureux de voir Fiat à nouveau bien positionnée sur ce créneau, refaisant son image et écoulant 180 000 exemplaires annuels en repartant de rien. Il aime les chiffres ? Peut-il faire une croix sur les 120 000 exemplaires de Tipo européennes (essentiellement des 5 portes et SW) et se contenter des 60 000 (essentiellement des 4 portes) écoulées en Turquie ou en Afrique du Nord ? Il aime la rentabilité ? Imagine-t-on une unique Tipo 4 portes destinée aux marchés émergents méditerranéens être un véhicule rentable et utile puisque sans débouché autre que là-bas ? Et puis le renouvellement de la Tipo, ce n’est pas avant 2022, soit pour le plan-produits n°422 d’ici là…

Phrase-choc n°5 : «  Fiat a d’importantes possibilités de développement en Amérique du sud. Mais dans les prochaines années, en Europe, Fiat aura un rôle bien moins important« .

analyse littérale : Il vaut mieux être Brésilien qu’Européen…

est-ce si clair ? Alors là, je vous le dis de suite, je suis sûr (mais peut-être que je veux me rassurer et que je suis dans le déni, après tout…) que la phrase de Marchionne est en réalité moins radicale qu’elle n’y parait et peut-être annonciatrice de très bonne surprises pour nous. Et voici pourquoi.

D’abord, l’accord entre UE et Mercosur pourrait plaire à Marchionne avec la mise en place d’un libre échange. Fiat veut se concentrer sur le développement des « piliers de la marque en Europe » ( à savoir Panda et 500). Qu’à cela ne tienne. Et si on limitait les frais en remplissant les trous de la gamme avec du facile et du pas cher ? Et pourquoi pas la gamme sud-américaine justement ? Fiat l’a déjà fait (Palio Week-End et Strada, au succès mineur certes…). Mais aujourd’hui les goûts des Brésiliens montent en gamme et Fiat positionne certains modèles là-bas en access-premium, correspondant à du rationnel malin chez nous. Alors, compléter la gamme avec certains modèles brésiliens ?

Voici les avantages : 

remplir les trous (« Fiat aura un rôle bien moins important sur le marché car nous allons ESSENTIELLEMENT développer deux familles de produits : Panda et 500″). Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura que ça à se mettre sous la dent en concession. Les autres modèles pourraient être du bonus développé à moindres frais ailleurs mais aussi proposés chez nous…

éviter de développer des modèles trop spécifiques à l’Europe, trop souvent pensés et destinés principalement voire exclusivement à notre marché -et donc à la rentabilité trop limitée pour Marchionne (car c’est cela qui le freine!). Ainsi, en dehors de la Panda européano-centrée (la famille 500 étant mondiale) mais aux investissements sérieux et nécessaires de par la notoriété, la puissance de frappe et la place de leader de la catégorie de ce modèle, plus besoin d’investir en pensant seulement « Europe » grâce à la gamme sud-américaine. Si l’équation comprend l’Amérique du Sud, alors moins de frais, possibilité de plus de rentabilité par de plus grands volumes écoulés et recherche de voitures davantage « mondiales », modèle que les marques automobiles n’ont jamais vraiment oublié… Ainsi quand Marchionne déclare que « dans les prochaines années, en Europe, Fiat aura un rôle bien moins important », parle-t-il d’un rôle en terme de volume de ventes et de nombre de modèles proposés ? (analyse littérale) ou bien d’un rôle dans le développement et la conception des véhicules ?

D’ailleurs, n’y a-t-il pas des indices quand il dit : « Ce sont donc elles seules (Panda et 500) que nous continuerons à développer dans les prochaines années » ? Développer dans le sens de « mettre sur le marché à disposition des clients » ou « développer » dans le sens de « nous occuper de A à Z, vue l’importance du créneau occupé et la réputation en béton de ces modèles » ? De l’une ou l’autre de ces interprétations du mot découlent en réalité des projets différents… Dans un cas, des Panda et 500 et rien d’autre. Dans l’autre, des Panda et 500 pensées dans le moindre détail pour maintenir la position du groupe en Europe et parallèlement des modèles venus d’ailleurs mais aussi proposés en concession…

minorer les développements à effectuer en cas de franchissement de l’Océan Atlantique, les modèles existant déjà. Un peu comme pour la Tipo quand elle est devenue 5 portes et SW en partant d’une 4 portes destinée aux marchés émergents.

synchroniser les gammes, gagner en économies d’échelle et donc en rentabilité….

Evidemment, quand on pense à un modèle qui pourrait combler les trous chez nous, pour pas cher, en gagnant encore en économies d’échelle pour la marque, sans nécessiter de développement majeur et qui ne s’adresse pas seulement à l’Europe, on pense à l’Argo. Soit je me plante totalement (et je le reconnaîtrai !), soit l’Argo est bel et bien prévue et pourrait arriver en Europe. En tout cas l’intérêt stratégique, industriel, financier et commercial est réel et permettrait à Fiat de concentrer ses moyens dans les Panda et 500… comme déclaré par le patron lui-même !

 

phrase-choc n°6 : «  Pas de succession à la Punto« .

analyse littérale : Rien pour remplacer la Punto, plus de segment B. Terminé, au revoir.

est-ce si clair ? Pas de succession dans le sens du modèle actuel et de sa philosophie. Si je me tiens au scénario précédent qui consisterait à laisser une vraie possibilité de mutualisation des gammes européennes (avec 500 et Panda développées spécifiquement en Europe au vu de leur puissance) et sud-américaines, alors l’Argo et la Punto n’ont effectivement rien à voir. Punto essentiellement européenne contre Argo brésilienne, Punto concurrente classique des généralistes contre Argo à la philosophie de premium là-bas et de prix malin chez nous, et qui ne lutterait pas vraiment avec les concurrentes habituelles. Et si l’Argo arrivait bel et bien ? Je me tiens personnellement à cette hypothèse (peut-être totalement à tort !). Réponse en juin.

D’ailleurs, n’oublions pas que Marchionne voit  « d’importantes possibilités de développement en Amérique du Sud. » On devine aisément la confiance dans la croissance d’un marché, certes, mais il restera toujours moindre que le marché européen en volume et en qualité. Aussi cette phrase pourrait tout aussi bien être entendue dans le sens de  » l’Amérique du Sud produira bientôt pour d’autres contrées », n’en faisant plus un simple marché régional mais un pôle à vocation a minima multi-régionale, en particulier si la gamme complète aisément les trous européens. Et si centre de recherche, design, développement et mises au point de la gamme européenne devenaient ainsi la signature de Rio et non plus de Turin pour une partie de la gamme Fiat ?

Sur ce modèle, et en dehors de l’Argo, pourquoi pas un futur SUV sur base du Toro ? Un futur Fullback sur base de mini pick-up Ram ? Une nouvelle 124 toujours en collaboration avec Mazda ? Toute une gamme de modèles demandant très peu de développements financiers et techniques pourrait être proposée chez nous. Avec les avantages pré-cités.

Fiat Argo blanche

Quelques chiffres et remarques supplémentaires :

• « Fiat aura un rôle bien moins important sur le marché«  -> Fiat, c’est tout de même 7 fois plus de ventes en Europe que Jeep ! Alors, la phrase est-elle vraiment à interpréter d’un point de vue purement quantitatif ? N’est-elle pas plutôt une prédiction sur la priorité à donner aux projets ambitieux ? A ce jeu, Jeep, Alfa, Maserati et les familles 500 et Panda sont effectivement les gros morceaux. Mais sont-ils des exclusifs de tout autre ? Est-il illusoire de penser à une gamme complétée pour le reste par la mutualisation à moindres frais avec l’Amérique du Sud (avec des risques minimisés en cas d’échec en Europe) ?

« Fiat va abandonner le diesel »La remarque est inéluctable. Elle tombe comme une sentence mais on sait Fiat à la peine en solutions alternatives. Alors peut-être que le diesel, en recul effectif, sera délaissé par FCA mais il se pourrait aussi qu’il ne soit en réalité que compensé par les nouveaux moteurs essence en préparation et une micro-hybridation 48V. Surtout d’ici 2022. Ne peut-être pas s’attendre à une gamme révolutionnée en si peu de temps.

Par ailleurs, Fiat explique que les diesels resteront présents dans les gammes de véhicules utilitaires. Fiat Professionnal ne peut pas se passer de ce type de moteur pour ses fourgons. Alors si des diesels sont développés sur des utilitaires, imagine-t-on Fiat faire l’impasse sur de potentielles économies d’échelle ? Les Ducato, Fiorino et Doblo Cargo ( à moins que ces deux derniers ne soient remplacés que par un seul modèle) devraient, question de viabilité, avoir des jumeaux pour mutualiser les frais de maintien de cette technologie (peut-être PSA pour les Ducato-Jumper-Boxer ou les Fiorino-Nemo-Bipper, peut-être RAM pour le Doblo). Fiat pourrait-il se permettre de faire cavalier seul et de ne proposer tout cela qu’en versions tôlées pour entreprises ? Possible mais illogique quand on connait Marchionne et ses oursins. Alors, dans cette optique, des dérivés familiaux seraient-ils là aussi maintenus ? Si l’on veut raisonner rentabilité, il n’y aurait pas trop le choix, il faudrait les proposer…

Au final, je le reconnais,  difficile d’y voir clair et tout est question d’interprétation et d’optimisme ou de pessimisme. Les déclarations de Marchionne sont-elles aussi tranchantes et limpides qu’on veut bien le croire ? Personnellement, j’y vois (ou veux y voir) un caractère plus sybillin. Peut-être que je me trompe (ou que je m’aveugle volontairement vu le caractère impitoyable des phrases de Marchionne si on le prend au pied de la lettre) mais l‘homme est habitué à jouer avec nos nerfs. Ce ne serait d’ailleurs pas la première fois :

– qu’il changerait d’avis :

  • Alfa Romeo pouvait sans conteste être éliminée faute de perspective -> changement d’avis
  • La Mito éliminée -> un successeur « d’un nouveau genre » est prévu !
  • La Giulia pouvait ne pas arriver, voire ne pas porter ce nom, voire être la dernière Alfa de l’histoire -> Next !
  • Jamais de SUV chez Ferrari, il faudrait l’abattre avant -> Quelqu’un a le fusil ?
  • version découvrable de 500 pas sûre d’être utile ni d’avoir un avenir -> 10 ans après, elle est toujours là !

– ni qu’il lancerait des phrases qu’on croit évidentes et qui sont en réalité à double sens :

  • le Fiat Idea n’aurait pas de descendance. Aucune utilité, avait-il dit, à avoir une citadine avec juste un toit plus haut. On en avait conclu la mort des minispaces chez Fiat. Et pourtant, il a lancé le 500L, un… minispace ! Et oui, car effectivement, ce n’est pas juste une citadine à toit haut mais un véhicule mieux agencé, mieux conçu, plus habitable et plus familial. Et pourtant, on ‘imaginait pas un successeur à l’Idea le jour où il a tenu ces propos…

– ni qu’il tiendrait des propos effrayants :

  •   Déjà, lors du dernier plan produit, il disait que « Fiat n’a pas vocation à faire du volume ». On en avait déduit toutes sortes d’hypothèses. Mais Fiat est toujours bien là en 2018, largement leader du groupe (avec Jeep). Elle reste mondiale, volumique, la gamme est relativement complète (hors Punto) pour une marque qui devait se concentrer sur ce qui marchait d’après lui à l’époque, à savoir déjà …Panda et 500 ! Tiens, tiens…
Partager cet article

13 commentaires à propos de Déclarations de Marchionne à Genève : faut-il s’en méfier ?

kelu67 dit : S'abonner 21 March 2018 à 17 h 27 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Analyse très intéressante, comme la plupart des articles de ce site. On verra ce qu'il nous prépare

  • z4
flo dit : S'abonner 21 March 2018 à 17 h 39 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

J espere que vous avez raison parce que la tipo et genial avec mon diesel

  • Fiat tipo sw
Jérôme dit : S'abonner 22 March 2018 à 9 h 16 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Il commence vraiment à me fatiguer Sergio... Je suis un Alfiste depuis tout petit et l'Alfa 75 de mon père, mais si ça continue je vais me détourner du groupe FCA faute de perspectives ! C'est si compliqué de faire les choses correctement ? Ils sont quand même pas plus cons que les autres ! Il doit y avoir quelque chose de mystique derrière tout ça je ne vois pas d'autres explications !

  • MiTo Junior
Stanislas dit : S'abonner 22 March 2018 à 9 h 40 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Décliner la 500 encore plus qu’aujourd’hui ça s’appelle faire des nouveaux modèles. C’est du marketing, et ça marche. Alors que la 500 ait des déclinaisons en plus des 500X et 500L, sans doute une 500 4 doors, etc, c’est une bonne nouvelle. Pour les marques mondiales le marché européen est un marché, mais il y en a d’autres qui prennent de l’importance, par exemple l‘Amérique du sud. Il ne faut sûrement pas prendre les propos de Marchionne au 1er degré, mais attendre plutôt le plan qui sera présenté en Juin.

  • Giulietta Veloce, Abarth 595 Turismo
Ami204 dit : S'abonner 22 March 2018 à 10 h 18 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

Marchionne fait une grave erreur. Marchionne a fait son temps. On peut être bon gestionnaire et être mauvais tacticien et/ou stratégique. On peut avoir été bon dirigeant un temps et mauvais l'épisode suivant. 1) Un principe : "Il ne faut pas lâcher la proie pour l'ombre." Il ne faut surtout pas lâcher peu à peu Fiat, la marque historique, le tronc fondateur de FCA, avant qu'Alfa, Jeep et Maserati ne soient vraiement importants et facteurs significatifs d'économies d'échelles. La 500 est-elle éternelle ? Et si la prochaine Panda ne se vend pas autant qu'espèrer ? Ram est-il à l'abri de nouveaux concurrents (asiatiqes ou autres) ?C'est suicidaire que de compter uniquement sur 2 produits ou labels (500, 500 X, 500 L et Panda). 2) Que Marchionne mette autant de volontarisme pour relancer Fiat en Europe et dans le monde (Afrique, Asie, Chine, Inde, Amréque du Nord) qui qu'il en mets pour relancer Alfa ! Quand veut, on peut : voir l'image de Kia il y a 10 ou 20 ans, l'image de VW il y a 40 ans. Fiat pourrait très bien et devrait avoir une gamme telle celle de Skoda, e.g.. 3) Un autre principe : il faut concevoir uniquement des modèles homologables partout dans le monde sans gros frais supplémentaires. Ce sont de grossières erreurs que de concevoir une Mobi, une Uno, une Argo, une Toro, etc.., homologables et donc vendables uniquement dans certaines zones ! E.g., s'il y avait des Fiat à vocation mondiale (comme Toyota, Ford, Honda, Hyundai, VW, Volvo, etc.. le font), FCA pourrait vendre plus facilement des Dodge et Chrysler genre Corolla (Cf. les Chrysler 200 et Dodge Dart abandonnées car vendues en trop petits volumes). 4) Marchionne a laisser tomber Lancia, et est en train de laisser peu à peu couler Dodge et Chrysler. Maintenant, il avoue qu'il ne "croit" pas à Fiat. 5) "Il ne fault marchander la peau de l'ours devant que la beste soit morte." Il ne faut surtout pas abandonner une marque forte (Fiat) et miser sur le succés économique à venir d'une marque en devenir (Alfa, Maserati). 6) Il serait préférable que le dirigeant d'un groupe auto en soit issu et passionné par l'automobile.

    FF68 dit : S'abonner 22 March 2018 à 11 h 04 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    Marchionne, Je t'aimes bien mais, si tu touches à Fiat, je te fais manger ton pullover...

    • Fiat
    stratos dit : S'abonner 22 March 2018 à 16 h 36 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    Marchionne m'a fait quitter à regret Fiat (plus de break avant que la Tipo sorte). Je veux revenir chez Fiat avec une Tipo SW, mais avec ses déclarations (Tipo peut-être pas remplacée), j'hésite. Bravo bon coup marketing. Comment garder ses clients quand on ne tient pas une gamme sur la durée - arrivée du Freemont puis abandon, historique d'un petit break Fiat pratique, parfois hayon en deux parties mais pas tjrs remplacé (1100, 124, 131, regata, tempra, marea, stilo, néant, bravo, néant...) ! Pendant ce temps, Dacia, Skoda, Hyundai pérennisent leurs gammes, renouvelle constamment, rassurent les clients, bref j'arrête, pour un fan de voiture italiennes, c'est trop dur !

    • Clio grandtour
    sempre cinque dit : S'abonner 23 March 2018 à 10 h 56 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    bonjour a tous Etant passionne de Fiat je pense que mr Marchionne se joue de la presse en sortant ces commentaires. Il ne peut pas exister FCA sans FIAT tout simplement.

    • 126-cinquecento sporting-500 abarth
    Fredo dit : S'abonner 23 March 2018 à 23 h 24 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    Il perd des clients surtout... Marchionne parle trop et pour rien. Je vois mal FCA investir un milliard d'euros sur la Tipo/Dodge Dart/Aegea pour ensuite déserter le segment, ça n'a aucun sens. Le rappel des "promesses" enterrées en fin d'article le montre assez: rien n'est à croire sinon les objectifs financiers qui eux sont atteints. En attendant ils pourraient être meilleurs sans ces bravades...

      mafioli dit : S'abonner 23 March 2018 à 11 h 11 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      0 0 0 0 0 0

      Il parle et ce qu'il dit se concrétise dans les faits... Il suffisait d'aller au salon de Genève, c’était un résumé du bousculement des hiérarchies dans FCA: stand de fiat rikiki, Alfa au centre et plus grand que fiat, ferrari maserati impressionant et plus grand que fiat, stand jeep énorme autant grand que Renault... pas d'électrique, pas d'hybride...Pas de renouvellement de Fiat, (sauf les 500 et Panda). C'était un parfait résumé de la stratégie FCA Europe que j'approuve (à part pour Lancia.) C'est ce que j'avais d'ailleurs prédit dans des articles précédents. Fiat c’est un peu de l’acharnement thérapeutique à grand frais (30 ans que ça péclote) alors qu’il y a d’autres patients bien plus porteur d’avenir (Abarth, Alfa, Lancia, Maserati).

      • Alfa Romeo
      Frederic B. dit : S'abonner 23 March 2018 à 20 h 06 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      0 0 0 0 0 0

      C'est de la provocation volontaire, ça ne peut être que ça. Comment peut-on se réjouir de Fiat cantonnée à être un troisième couteau du groupe ???

        Fredo dit : S'abonner 23 March 2018 à 23 h 31 min
        Like
        Like Love Haha Wow Sad Angry
        0 0 0 0 0 0

        En faisant les choses un peu plus correctement la Tipo serait plus qu'une réussite (elle réussit en début d'année à doubler une Renault Mégane en France, c'est assez remarquable pour le signaler) - surtout quand je vois la tête des concurrentes à venir dont la Toyota Corolla, sauf à se prendre pour Actarus montant dans son fidèle Goldorak, personne ne peut sérieusement avoir envie de ça... avec un peu plus de soins elle se vendrait encore mieux et contribuerait à rendre la marque plus forte.

          Fredo dit : S'abonner 23 March 2018 à 23 h 48 min
          Like
          Like Love Haha Wow Sad Angry
          0 0 0 0 0 0

          Ce que je vois, c'est que Fiat est moins crédible que Jeep sur le segment des SUVs, toutes les marques généralistes le sont. Donc j'imagine bien Fiat arrêter les frais avec le 500X à terme (d'autant que j'estime que ce dernier dénature vraiment l'esprit 500). Quant à une éventuelle 500 5 portes, elle ne pourra jamais faire 4,37m comme la Tipo, et donc ne sera jamais aussi habitable, en bref c'est plié d'avance et ce d'autant plus qu'il n'y a rien chez les autres marques qui puisse être comparable. Je vois donc bien ce segment être conservé, et développé en Europe et pas au Brésil, de même qu'une nouvelle plateforme plus efficiente être prochainement présentée pour les 500/Panda qui ont bien besoin de renouvellement. De bons résultats financiers pouvant complètement relancer la marque aux yeux du nouvel administrateur. En attendant je prie chaque jour pour un restylage de l'intérieur de la Tipo et de nouveaux moteurs essence/hybrides...

            Laisser un commentaire

            Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

            Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.