Alfa Romeo Giulia : bilan des ventes, répartition des moteurs, transmissions, finitions…

L’Alfa Romeo Giulia a été lancée mi-2016 et a connu sa première année pleine de commercialisation en 2017, année où elle a d’ailleurs été rejointe par son frère haut perché le Stelvio. En ce début d’année 2018, l’heure est venue de dresser un premier bilan. La Giulia est-elle un succès ? Quels sont ses chiffres de ventes en Europe ? En France ? Ailleurs ?

Voici, en chiffres, un premier bilan en chiffres de la Giulia, ainsi qu’une répartition de ses moteurs et finitions pour le marché français. Le bilan est plus difficile pour le Stelvio et les premiers chiffres sont encore lacunaires (mais commencent à poindre néanmoins…).

Ventes en Europe

• 23 953 

C’est le nombre de véhicules écoulés en 12 mois à travers l’Europe.

+ 129,3 % sur un an

C’est la progression de la Giulia en Europe sur l’ensemble de l’année 2017 par rapport à l’année 2016, année de lancement (en milieu d’année seulement et pas sur tous les marchés…)

• 157

C’est sa position fin 2017 au classement général des modèles à travers l’Europe. Ce qui place la Giulia devant des berlines premium réputées et établies telles :

– la Lexus IS, à 5 710 unités.

– la Volvo S60 (sans le break), à seulement 7 470 unités.

– la Jaguar XE, à 18 932 unités.

A noter qu’elle dépasse aussi (mais de peu) des concurrentes plus généralistes mais tout aussi bourgeoises, comme la Peugeot 508 (en fin de vie, avec 22 724 unités) ou encore la très sensuelle Mazda 6 ( 23 117 unités).

-> Un bon signe, donc, pour la carrière de la Giulia, même si le rythme de croisière semble être atteint, que les concurrentes allemandes sont très loin devant (bien qu’offrant plusieurs carrosseries) et qu’elle talonne sans les dépasser les Toyota Avensis (25 068 unités en 2017) et Renault Talisman (32 188 unités), qui ne boxent cependant pas tout à fait dans la même catégorie…

Ventes aux Etats-Unis

La Giulia a été lancée là-bas il y a peu, avec le Stelvio pour l’accompagner. Un retour après plusieurs décennies d’absence. Tout a été à refaire au pays de l’Oncle Sam, même si FCA a pu s’appuyer sur son réseau de concessionnaires et le retour passé de Fait pour remettre le pied à l’étrier de la marque au Biscione.

Pour 2017, la Giulia a été vendues aux USA à raison de 8 903 exemplaires, pour une 205ème place. Juste derrière la mythique Porsche 911. Anecdotique me direz-vous. Certes mais Alfa repart de zéro en terme de produit, de promotion et de réputation chez les Yankees. On notera que c’est à peine moins que la Jaguar XE (encore elle !) et ses 9 300 exemplaires, une marque pourtant très réputée là-bas. C’est aussi un peu moins que la Buick Regal ( 11 500 unités, équivalent de l’Insignia chez nous), la Volvo S60 ( 12 500 unités) ou la pourtant très américaine Cadillac ATS ( 13 000 unités). Une Mercedes-Benz CLA s’y est, elle, écoulée à 20 000 exemplaires. La comparaison montre que la Giulia, bien qu’en retrait de ses concurrentes, reste à leur largement dans la course et démarre même fort face à des marques très accomplies et très implantées sur le marché américain.

A cela, ajoutons les 2 700 exemplaires du tout nouveau Stelvio (contre 5 200 BMW X4 vendu, lui, sur une année pleine !).

Total des ventes en France

• 3 750

C’est le total des ventes de la berline italienne en France depuis son lancement en avril 2016 jusqu’à fin 2017, dont environ 2 400 rien qu’en 2017 et plus de 1 300 en 2016.

• 136

C’est la place au classement des ventes françaises occupée par la Giulia en 2017. Soit une place un peu plus élevée qu’au classement européen, ce qui lui fait dépasser des modèles comme la Mazda 6 ( 600 unités), la Lexus IS ( 730), la Jaguar XE (seulement 800 chez nous), la Toyota Avensis ( 1 100), le duo Volvo S60/V60 (500 berlines et 1 600 breaks) ou encore la Citroën C5 ( 2 000, mais en totale fin de vie).

Chez nous, elle se trouve derrière la Ford Mondeo ( 2 900 unités en 2017).

-> Là aussi, un bon signe pour la carrière de la Giulia sur le marché hexagonal. Car si l’on entend souvent qu’elle est rare, qu’Alfa n’en vend pas, qu’elle est un échec ou pire encore, les chiffres prouvent que, dans une catégorie (les berlines) en perte de vitesse, sur un créneau premium (donc cher) et avec une seule carrosserie, la berline italienne se vend mieux que pas mal de ses concurrentes directes, avec un rapport parfois de 1 à 3 (Jaguar XE contre Alfa Giulia par exemple). Si là aussi les concurrentes allemandes sont hors de portée, les chiffres le montrent : le retour de la Giulia est net et l’intérêt des clients visiblement réel. Et ça, c’est très bien ! 

Répartition des moteurs (en France)

• 33 %

C’est le pourcentage de moteurs essence sous le capot des Giulia vendues en France en 2017. La répartition interne à ces moteurs essence se décompose comme suit :

– 22 % pour le 2.0 de 200 ch.

– 7 % pour le 2.0 de 280 ch (version Veloce).

– 4 % pour le V6 2.9L de 510 ch.

-> On remarque ainsi que la version d’entrée de gamme de 200 ch réalise les 2/3 des ventes essence. Jugé performant et agréable, il convient bien au modèle, avec des consommations contenues en conduite sage. Seule la sonorité est jugée trop effacée. Malgré la plus grande vélocité du 280ch, les clients semblent lui préférer son petit frère, alors que le malus est le même dans nos contrées. Peur d’un moteur trop puissant ? Trop glouton ? Du prix à l’assurance ? Peut-être un peu de tout cela en même temps… Enfin, on notera que la turbulente Quadrifoglio et son V6 se vendent presque autant que le « simple » 280 ch, pour un tarif beaucoup plus… démesuré ! Bon pour l’image et bon pour les finances d’Alfa en même temps !

• 67 %

C’est évidemment la part de diesels écoulés sur la Giulia. Mais rappelons qu’il s’agit ici des chiffres de la France, marché très diesélisé (pas de chiffres sur la répartition des moteurs pour l’Europe). Un diesel qui convient malgré tout bien à la vocation routière de cette berline au long cours. La répartition interne à ces moteurs diesel se décompose comme suit :

– 3 % pour le 2.2 de 136 ch.

– 25 % pour le 2.2 de 150 ch.

– 29 % pour le 2.2 de 180 ch.

– 10 % pour le 2.2 de 210 ch (version Veloce).

-> On remarquera ainsi que les versions 150 et 180 ch représentent le coeur des moteurs de la berline transalpine, avec plus d’une vente sur 2 à eux deux. Si on ajoute le moteur essence 200 ch, on peut même dire que ces trois motorisations représentent 3 ventes sur 4 de la belle. La version d’entrée de gamme diesel, lancée en priorité pour les flottes d’entreprise est tout simplement boudée, alors qu’un diesel sur 10 est une Veloce, version plus polyvalente encore par rapport au 180 ch et plus chère ( 1 500€ de plus) sans être vraiment plus performante. Pas mal !

Répartition des transmissions (en France)

74 %

C’est le pourcentage, sur les 3 750 modèles écoulés en France depuis avril 2016, des berlines qui disposent de la boîte automatique ZF à 8 rapports.

26 %

C’est évidemment la part de boîtes mécaniques sur lesdites berlines Giulia écoulées par chez nous.

-> La boîte ZF étant jugée comme un régal de douceur et de rapidité en même temps et eu égard aux prétentions au long cours de notre diva, c’est logiquement et malgré un surcoût à l’achat, la transmission la plus prisée des clients.

Répartition des finitions (en France)

Finition d’entrée de gamme Giulia : pas de chiffre !

9 %

C’est le pourcentage de Giulia vendues en finition Business. ( 1 700 € de plus que la version Giulia d’entrée de gamme)

41 %

C’est le pourcentage de Giulia vendues en France avec la finition Super ( + 2 200 € par rapport à la Business)

27 %

La part de versions Lusso sur la Giulia, une finition luxueuse et bien fournie.

17 %

La part de Veloce. (10 % en diesel, 7 % en essence, comme vu précédemment). Soit une finition haut de gamme mais plus sportive que la Lusso.

4 %

La part de Quadrifoglio, au moteur très spécifique et très performant.

-> On notera que la Giulia se vend donc quasiment pour moitié en finition Super. Une version bien équipée et coeur de gamme. Les versions haut de gamme Lusso et Veloce comptent pour 44% des ventes à elles deux, soit un très beau pourcentage.

-> Si les journalistes notent souvent que, pour eux, la Giulia idéale est une 2.2 diesel en finition Super, force est de constater que c’est aussi la combinaison la plus sollicitée par les clients au vu des chiffres fournis…

Deux chiffres supplémentaires pour le Stelvio

Le Stelvio, frère haut perché de la Giulia est plus récent (lancé mi-2017) et n’a pas encore connu d’année pleine de commercialisation ni atteint son rythme de croisière. pourtant, de premières tendances se dessinent à travers quelques chiffres que je vous livre.

72 %

C’est le pourcentage de diesels sur le total de Stelvio vendu en France à fin novembre 2017. Un chiffre un peu plus élevé que sur la Giulia (67 %) mais qui reste logique pour échapper, chez nous, à l’imbécile malus !

46 %

C’est le pourcentage de Stelvio vendus en versions Lusso. Soit un chiffre bien plus élevé que sur la Giulia (27 %), signe que les acheteurs veulent profiter du luxe à bord.

alfa romeo stelvio sport

Erreur de la base de données WordPress : [You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near ') AND p.post_type= 'post' AND p.ID != 10955 ' at line 4]
SELECT p.ID, COUNT(t_r.object_id) AS cnt FROM wp_term_relationships AS t_r, wp_posts AS p WHERE t_r.object_id = p.ID AND t_r.term_taxonomy_id IN( ) AND p.post_type= 'post' AND p.ID != 10955 AND p.post_status= 'publish' GROUP BY t_r.object_id ORDER BY cnt DESC, p.post_date_gmt DESC LIMIT 3

25
Poster un Commentaire

avatar
16 Fils de commentaires
9 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
18 Auteurs du commentaire
SupercarsGrezDanchristianBialbiero Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
V6 alfa
Invité
V6 alfa

Viva alfa 🇮🇹🍀 👍

squirrel78
Invité
squirrel78

Très intéressant, des données qui « objectivisent » un sujet qui alimente les fantasmes parmi les Alfistes et aussi les détracteurs de la marque. Et finalement, ces chiffres de vente sont honorables et assez encourageants, notamment les performances en France et aux Etats-Unis, la Giulia est plutôt en tête du peloton des poursuivantes des (pour l’instant) irrattrapables allemandes.

Ami204
Invité
Ami204

1) Je fais partie de ceux qui attendent la version break. Y compris avec le V6 2.9L de 510 ch ! 2) Les breaks font la 1/2 du volumes en Europe. Et même bien bien plus pour Volvo : 1 600 V60 pour seulement 500 S60, i.e. 3/4 et 1/4 !! L’équipe dirigeante de FCA est-elle à ce point aussi mal informée ? 3) Le parti des fénéants retorque qu’il y a le SUV Stelvio. Mais la plupart des autres marques, elles, font à la fois des breaks et des SUV. Même Volvo. Alors, Marchionne, c’est pour quand ??

Grez
Invité
Grez

Oui mais les autres marques ne sont pas en mode relance. Si le modèle, a l’instar de la 159 n’etait prévu que pour l’Europe nous aurions eu le break mais au moment de décider les investissements(pour Giulia, Stelvio et les autres modèles à venir) il faut faire des choix et les États Unis n’est pas un gros marché pour le break. Donc je pense que ça viendra un jour mais c’est loin d’être la priorité pour le moment.

Skan
Invité
Skan

Il manque clairement des carrosseries différentes (coupé / break) et des modèles plus variés ou à renouveler. En gros il faut refaire toute une gamme en partant de deux modèles (Giulia / Stelvio). Il me tarde de voir le prochain plan de Marchionne :p

Fredo
Invité
Fredo

Je n’aurais pas dit « en mode relance » mais « en mode survie » pour que les choses soient bien claires. Marchionne et son équipe fonctionnent avec un budget contraint, et il s’agit d’avoir le meilleur retour sur investissement pour chaque modèle. Le Stelvio était nettement plus urgent que la Giulia SW, qui n’a aucun debouché en Chine et aux USA. Le choix qui a été fait est celui de la survie, pas de faire plaisir à des clients hypothétiques (à prendre à BMW et Volvo) d’une niche en perte de vitesse dans un marché européen limité.

Grez
Invité
Grez

Petite modification à faire. Le malus de la Giulia 280ch est plus élevé que le 200ch. C’est sur Stelvio que les deux moteurs disposent du même malus.

Dna-adn
Invité
Dna-adn

Et dire qu’il y a chez mon concessionnaire Alfa une Giulia Veloce 280 bleu misano (meme teinte que sur les photos ci-dessus) de demo, dispo a – 8000 euros du prix catalogue ! Elle me fait de l’oeil de facon ehontee, et je sais pas combien de temps je vais tenir… (inlove)

Stanislas
Invité
Stanislas

Les chiffres sont plutôt bons et meilleurs que ses concurrentes, hors allemandes. On peut dire que le retour d’Alfa aux Etats-Unis est un succès. Une variante Giulia Coupé est assez probable, non?

Fredo
Invité
Fredo

La rumeur annonce sa présentation dans les prochaines semaines…

Balal52
Invité
Balal52

Excellente voiture, dommage que les ingénieurs du bureau d’études ne solutionnent pas ce problème de ripage du train avant lorsque l’on tourne à faible vitesse (ex: dans les parkings). J’espère qu’une solution sera trouvée et que la correction/modification apportée fera l’objet d’un rappel véhicule

Grez
Invité
Grez

C’est le mot des propulsions(beaucoup plus prononcé sur Giulia par contre) mais ça la conception du train avant très très spécifique qui donne ce résultat. Tu peux atténuer un peu l’effet avec une pression de pneu légèrement plus élevé que celle préconisé. J’avais fais ça sur la mienne et ça allait un peu mieux.

Grez
Invité
Grez

C’est le problème des propulsions(beaucoup plus prononcé sur Giulia par contre) mais c’est la conception du train avant très très spécifique qui donne ce résultat. Tu peux atténuer un peu l’effet avec une pression de pneu légèrement plus élevé que celle préconisée. J’avais fais ça sur la mienne et ça allait un peu mieux. Ps : c’est mieux avec moins de fautes. (bigsmile)

Jérôme
Invité
Jérôme

J’ai une autre source qui indique 24 679 Giulia vendues en Europe en 2017. La différence est minime mais ça renforce la belle performance commerciale du modèle

Beurk
Invité
Beurk

Voiture très médiocre, si ma 156 à été sans problèmes, la brera Est une catastrophe. Pleins de problèmes ! Je me languis de pouvoir financements parlant de la remplacer. (angry)

Saint John
Invité
Saint John

Vous n’avez certainement pas du l’essayer pour dire cela. A l’heure actuelle, la Giulia est la berline la plus aboutie et la plus agréable à conduire jamais conçue par Alfa Romeo. Réalisez donc l’essai et revenez nous dire ce que vous en avez pensé.

Saint John
Invité
Saint John

Bonjour En tant que commercial Alfa Romeo, je me dois d’apporter un bémol a cet article tres interessant au demeurant. Il n’est pas fait mention de la fintion Sport dans la gamme Giulia qui représente pourtant prés de 60% des ventes au sein de ma concession. Cette finition qui offre un equipement complet (sellerie cuir incluse) est particulierement prisé et en fait une « mini-Veloce ». J’ajoute que le fameux Rouge Alfa à toujours autant la cote et pas seulement chez les Alfistes (50% des ventes). Tout comme nos clients, nous autres commerciaux attendons avec impatience la déclinaison coupé et la suite des nouveautés. Cuore sportivo!

Frederic B.
Invité
Frederic B.

Hello ! C’est parce que les chiffres que j’ai à disposition concernent toute l’année 2017. Or, la finition Sport n’est apparue au catalogue qu’au milieu de l’année. (happy)

MAX
Invité
MAX

Les USA est le premier marché de la Giulia même si cela semble très faible. ALFA part de très loin. Il faudra du temps. Je reviens d’Italie, j’ai vu 3 Giulia et une dizaine de Stelvio. Par contre sur l’autoroute, les Audi est le premium le plus vu en Italie. Allez FCA sortez au plus vite vos nouvelles ALFA…

Stanislas
Invité
Stanislas

Alfa Romeo part même de presque zéro aux USA étant donné que jusqu’il y a peu de temps seule la 4C était importée. Tout était à faire, mais c’est déjà un succès de faire aussi bien ou mieux que Jaguar ou Volvo. Avec deux ou trois modèles supplémentaires la marque deviendrait incontournable.

Bialbiero
Invité
Bialbiero

Bonjour, Oui, je possède une Giulia , mais une ancienne) Mon histo Alfa précédent : 2 Alfasud, 1 33, 1 GTV6 Production. Oui, je confirme, le Brera me fait la misère. Electronique cataclysmique : Alfa doit faire ses essais hivernaux dans les Pouilles !!! Pas en Alaska ( Mais je me voyais pas rouler dans autre chose, même Giulietta. Quand on aime … Concernant les nouvelles gammes, cela fait plaisir de croiser ces magnifiques autos. Toutes les marques ont des soucis : vu récemment dans Auto Hebdo les 19è & 20è places au classement fiabilité des marques BMW et AUDI ..!! La survie d’Alfa passe par le premium, positionnement historique de la marque dès sa création, et achetée par les grands de ce monde. Forza Alfa, longue vie au Biscione !!!!! Que les mots d’Henry Ford  » quand je vois une Alfa, je lève mon chapeau » continuent d’être vrais ) (clapping) (inlove)

christian
Invité
christian

ancien proprietaire d une brera 210 cv rouge alfa belle à tomber , malheureusement j ai du la vendre sav catastrophique achat de la bmw et prèt d un vehicule gratuit , pendant 4mois le temps de la livraison . malgré cela sa ligne me manque

Dan
Invité
Dan

Je viens d’acquérir une giulia de février 2017 avec 14000 km. J’ai eu de 2008 à 2012 une 159, puis passer chez bmw ( série 1 ) j’ai essayé avant d’acheter la giulia une 420 d gc. Aucun regret d’avoir choisi la giulia. Rien a envier aux allemandes. (inlove)

Grez
Invité
Grez

Super choix. J’ai eu la même version quelques temps en voitures de fonctions, c’était le pied. Quelle couleur du coup?

Supercars
Invité
Supercars

C’est une belle voiture ,sa puissance est tres bon mais pour moi il manque le toit coullisant panoramiques ,bref j’acheterai la giulia qv 😍