Il Carnevale di Venezia : la nouvelle expo du Motor Village à Paris !

C’est en me promenant hier dans les rues de Paris que l’idée me vint de retourner au Motor Village des Champs-Elysées, situé au 2, rond-point des Champs-Elysées. Leur site ne mentionnait que l’exposition Christmas in Wondervillage, terminée le 16 janvier. Alors je me suis demandé si quelque chose de nouveau aurait pu démarrer sans que personne ne le sache encore.

Bingo ! L’écrin parisien accueille sur plusieurs niveaux une exposition mêlant de très beaux modèles actuels ou passés du groupe FCA sur le thème du Carnaval de Venise, qui démarre tout juste. De magnifiques robes et accessoires servent de cadre et de parure à de non moins beaux joyaux sur 4 roues…

Rez-de-chaussée

En arrivant, on repère immédiatement dans les vitrines de magnifiques tenues vénitiennes, des tenues confectionnées dans des matériaux de luxe, liant raffinement et tradition. Evidemment, cela ne fait que ressortir le style des véhicules accompagnant ces tenues de rêve. A droite, une Alfa Romeo Giulia Sport, nouvelle finition proposée par la marque au Biscione. Proposée dans un très beau rosso Alfa, elle arbore une robe tout aussi splendide que la tenue humaine.

Dans l’autre partie de la vitrine, c’est une Abarth 695 Rivale qui se trouve placée près d’une autre tenue de carnaval vénitien, dans des tons à la fois foncés et bicolores, assortis l’un à l’autre.

Enfin, au centre du Motor Village, directement face à l’entrée, c’est une Fiat 124 Spider, modèle très récurrent dans cet écrin élyséen, qui trône majestueusement. Près d’elle, une autre tenue de gala, dans des tons blancs, comme la voiture. Alliant style et raffinement, robe et voiture sont des parures uniques, dignes d’un shooting photo et source de bien des rêves…

1er sous-sol

Le parcours et le scintillement des yeux ne s’arrêtent pas là. Dès le premier sous-sol, la magie continue d’opérer avec une sublime Alfa Romeo 4C Spider, dans un superbe rosso Alfa, allié à des touches de carbone rehaussant bien sûr l’exclusivité et la sportivité du véhicule. A ses côtés prend majestueusement place une robe de carnaval, qui, comme toujours pour ces tenues célèbres dans le monde entier, nécessite une année de travail, entre recherche des matériaux les plus délicats, subtils et assortis, sans oublier la confection minutieuse de  l’ensemble. La robe rappelle les couleurs de l’Alfa, entre rouge et gris foncé. Du bel ouvrage !

2e sous-sol

Enfin, au 2e sous-sol, c’est un véhicule sorti tout droit des couloirs du temps qui nous appelle. Ce véhicule, c’est la 500A Topolino, lancée en  1936 et dont vous pourrez relire l’histoire ici. Elle offre une simplicité et un minimalisme qui tout à la fois prêtent à sourire et qui en même temps nous rappellent un morceau de l’histoire de l’Italie, avec la mise sur route de bon nombre de personnes à l’époque grâce à ce véhicule né dans un contexte de pré-guerre mondiale.

Quoi qu’il en soit, elle arbore une teinte bordeaux magnifique et se voit entourée d’accessoires de Carnaval de Venise du plus bel effet, avec masques travaillés, tenue de carnaval tout aussi travaillée que les autres et superbes plumes de paon.

Enfin, au sous-sol, vous pourrez admirer, mises en valeur dans leur plus simple appareil, sans artifices et seulement sous les projecteurs du lieu, la Fiat 500X, dans une belle livrée blanche et l’Alfa Romeo Stelvio, dans un non moins rosso très « cuore sportivo ».

Mais la visite ne se termine pas là. Il nous faut maintenant remonter au rez-de-chaussée puis dans les étages supérieurs.

1er étage

AU 1er étage, c’est la bombinette Abarth 595 qui trône fièrement derrière sa vitrine. Un véhicule qui n’a peur de rien, à la fois jovial et téméraire. Alors, pour ce faire, quoi de mieux que la  Commedia dell’Arte pour lui servir d’écrin.

2e étage

Enfin, à l’étage du restaurant Nolita, c’est une autre doyenne qui nous accueille : la Fiat 600. Oeuvre de Dante Giacosa, comme sa maman, la Topolino, visible au 2ème sous-sol, elle fut un grand succès et popularisa la voiture après-guerre, mettant bon nombre d’Italiens sur les routes. Même si la plus petite 500, sortie en 1957, lui dama le pion de la notoriété planétaire.

Là aussi, masques et tenues vénitiennes sont là pour rappeler que l’Italie reste, décidément, le pays d’un savoir-vivre , d’une culture et d’un design exceptionnel, un pays de mode et de raffinement, sur soi ou sur 4 roues…

Partager cet article
Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.