2017 : bilan du groupe FCA – partie 2 : les difficultés, échecs ou mauvaises nouvelles

Après avoir dressé un premier panorama sur les succès, nouveautés et autres bonnes nouvelles de l’année 2017, voici venue l’heure, dans un total souci d’objectivité et de réalisme, de nous attarder sur les déceptions ou échecs du groupe FCA sur cette même année qui s’est achevée.

1- Les succès, nouveautés ou bonnes nouvelles

2- Les échecs, difficultés ou faiblesses

2- Les échecs, difficultés ou faiblesses

a – Marchionne toujours en mode « recherche alliance désespérément »

C’est le feuilleton qui nous tient en haleine, au gré des péripéties matrimoniales de notre grand Casanova de l’automobile.

Souvenez-vous ! En 2016, le feuilleton n’aura pas franchement avancé et on aura maintes fois vu Marchionne se faire refouler, en dehors d’un accord technique avec Google portant sur la fourniture de Chrysler Pacifica dans le but de tester la voiture autonome. On se disait alors que la saison 2017 verrait davantage d’actions, en tout cas bien plus que dans Derrick… Et bien pas véritablement ! Aucun accord global, aucune fusion ni même un début de mariage ne s’est encore profilé à l’horizon.

Pourtant, la mariée FCA ne se fait pas désirer et aimerait bien s’offrir au plus offrant. Et elle cherche à se faire belle pour cela. Mais Marchionne serait plus rusé que ne le laissent entrevoir ses oeillades (un peu trop) pressées. Ainsi, quelques péripéties dignes d’une saga nous auront néanmoins tenu en haleine.

D’abord, on a cru un moment, au coeur de l’été, que notre belle italienne allait se faire dévorer par un arriviste chinois, les mains remplies d’argent, l’appétit vorace, et peu regardant sur la manière de traiter la belle. Mais si 3 des 4 prétendants évoqués par la presse automobile ont tout de suite poliment décliné (Geely, Dongfeng et GAC), le petit constructeur GreatWall déclarait rapidement être intéressé par une offre liée à FCA, sans préciser s’il s’agissait d’un rachat qui viserait tout ou partie de FCA. Si sa dirigeante Sa dirigeante, Wang Fengying, déclarait  être « en contact » avec Fiat-Chrysler pour « entamer des négociations » (sur Jeep en particulier), FCA répondait n’avoir « pas été approché par Great Wall Motor au sujet de la marque Jeep ou de toute autre affaire ».

Las, l’affaire finit dans les limbes du journalisme automobile assez rapidement, jusqu’à ce qu’on apprenne que ce serait le grand Sergio lui -même qui aurait lancé les rumeurs d’acheteurs chinois pour apeurer l’administration Trump et mieux faire avaler la pilule d’une alliance avec un autre asiatique, mais sud-coréen celui-là : le géant Hyundai.

Pas de bans publiés en mairie mais Marchionne a clairement déclaré que « nous achetons déjà des composants à Hyundai. Voyons si nous pouvons nous entendre sur d’autres points, particulièrement dans le développement de systèmes de transmission et dans l’hydrogène » bien qu’il n’ait « rien à annoncer pour le moment».

La suite à la saison prochaine…

b – Questions d’amendes…

On le sait, FCA est harcelé dans différents dossiers, notamment celui de la falsification des tests diesel aux Etats-Unis. Mais, selon Marchionne, en date de début décembre 2017, « il y aura un coût mais ce sera quelque chose de gérable ».

La question «nous coûtera quelque chose, mais nous avons réduit les attentes en matière de risque», avait-il rappelé, ajoutant en revanche qu’une enquête française distincte était sans fondement et qu’il ne croyait pas en l’existence de la moindre base juridique aux récentes accusations formulées par Paris.

Mais, on le voit, les dossiers ne sont pas clos.

c – Un plan-produit ? Quel plan-produit ?

Le plan-produit 2014-2018 de FCA touche évidemment à sa fin et le grand patron devrait en annoncer un nouveau dans la première moitié 2018. Le problème n’est pas tant qu’un plan-produit se finisse et qu’on autre arrive, non, le problème c’est que les plans-produits de Sergio ont souvent le don d’affrioler le chaland et de ne pas être respectés. Surtout, les reports, retards, annulations sont souvent légions et les rumeurs sur internet n’aident pas à y voir clair.

Rien que pour Alfa Romeo, des bruits contradictoires circulent. Si l’on sait à peu près qu’un SUV de segment E-premium devrait être la prochaine nouveauté, pour satisfaire les clients chinois et américains, on ne sait pas vraiment quand il sera commercialisé. Fin 2018 ? 2019 ? 2020 ? Et la nouvelle Giulietta ? D’ailleurs y en aura-t-il tout simplement une ? Si oui, quand ? Ne sera-t-il pas trop tard ? Robert Fedelli, grand ponte du groupe, a déclaré que « Même la Giulietta ne pourra pas être abandonnée», mais aucune information n’est venue l’appuyer. Et quelle solution technique sera la sienne ? Quel type de carrosserie ? A-t-il raison ou sera-t-il démenti ? RIEN, il n’y absolument RIEN à se mettre sous la dent et les conjectures les plus folles se dessinent. Seul fait certain, Alfa Romeo et Maserati ne seront pas vendues à court terme. Ca, c’est le grand patron qui l’a dit !

Mais le problème du plan-produit embrumé (pour rester poli), c’est qu’il concerne aussi Fiat. On ne voit aucun modèle se profiler, rien qu’en 2018. Alors qu’une nouveauté se prépare longtemps en amont. En dehors du restylage du 500X, rien, absolument rien ne ressort nulle part. Alors, surprise de dernière minute ? Absence totale de nouveauté prévue d’ici 1 an ? Est-ce raisonnable ? Surtout quand on sait que, dans le même temps, des modèles vont passer à la trappe : les Punto et MiTo devraient disparaître d’ici mi-2018. Pour quelles remplaçantes, alors qu’il s’agit d’un des créneaux les plus importants d’Europe ? Et s’il n’y avait rien à la place ?

Avouons que tout cela est très inquiétant, sans compter que la Tipo commence déjà à reculer sévèrement en Italie, que le Levante s’essouffle flort, que le Stelvio démarre tout de même mollement, que la Giulia s’est écoulée à -50% en Italie le mois dernier… Sans compter que certains modèles atteignent leur rythme de croisière (Tipo) et qu’il va falloir chercher la croissance avec autre chose pour ne pas s’effondrer. Sans compter le recul de plus en plus prononcé de Lancia en Italie…

Inquiétant…

d – Des absences…

L’information, quand elle est tombée, à fait l’effet d’une douche froide. En septembre dernier, le groupe FCA (hors Ferrari et Maserati) n’a pas fait le déplacement au Salon de Francfort. Volonté de ne pas perdre son temps dans un Ssalon où les marques allemandes trustent les meilleurs halls, tous dédiés à une marque ou presque. Ou signe qu’il n’y avait rien à présenter ? C’est sûrement un peu des deux et c’est là aussi perturbant.

Et si le scénario se reproduisait ? Au Mondial de Paris par exemple ? Voilà qui serait une bien méchante nouvelle et me ferait renoncer pour la première fois 18 ans à cette grand-messe automobile… Espérons que cette absence n’aura été qu’un événement qui ne se reproduira plus…

e – Des usines à l’arrêt, des stocks nombreux…

Les usines FCA sont souvent à l’arrêt aussi bien côté américain que côté européen. Ainsi, l’usine de Grugliasco, qui assemble les Quattroporte et Ghibli, en plein dévissage, ne travaille que ponctuellement ces derniers temps. Même chose à Mirafiori avec le Levante et la MiTo, sans compter l’usine de Modène où sont construites les plus très demandées Granturismo / Grancabrio ainsi que la 4C.

Même en Chine, les ventes sont à l’arrêt. Officiellement à cause d’une nouvelle loi qui interdit les stocks imposés  aux concessionnaires, ce qui a entraîné la dégringolade des ventes d’Alfa, qui est passée de plus de 2 000 unités écoulées en juillet pour la Chine à seulement 227 en août, après le passage de la loi.

Mais on s’interrogera néanmoins sur le gap énorme entre avant et après la nouvelle loi. Où se situe le niveau réel des ventes d’Alfa ? Quelle est la part de ventes tactiques et de ventes saines ? Cela pose question…

f – Insuffisance des technologies de demain

Là aussi, bien que, comme nous l’avons vu dans la première partie de ce bilan 2017, le groupe FCA travaille sur des solutions thermiques plus efficientes,  il y a globalement un retard technologique dans ce domaine. Sur les modèles thermiques classiques, FCA pointe à la dernière place du classement des constructeurs en termes d’émissions de CO2 aux Etats-UnisLe groupe a des moyens limités. Difficile de relancer Alfa Romeo ou Maserati et d’investir massivement dans des solutions énergétiques plus propres…

Pour conclure : qu’attendre pour 2018 ?

Tout d’abord, il y a de quoi rester optimiste avec la relance d’Alfa Romeo ou les bonnes performances de Jeep grâce au Compass qui devraient permettre à ces marques de continuer à croître en Europe. Mais en sera-t-il de même avec Fiat, Lancia, Maserati ?

Si les marchés ont des évolutions diverses, force est de noter que le marché américain reste le premier du groupe, qui continue à y posséder une solide implantation et à engranger la majorité des bénéfices. Jeep devrait aussi continuer à rester un fer de lance de la croissance du groupe, tout en renforçant sa présence en Amérique du Sud et surtout en Chine… Mais la marque ne concentre-t-elle pas trop de moyens à elle toute seule et au détriment des autres ?

Aucune nouveauté ne semble attendue pour l’instant d’ici les 6 prochains mois chez nous. De quoi nous interroger voire nous inquiéter, car la concurrence, elle, ne chôme pas !  Y aura-t-il des surprises dans la présentation du futur plan produit ? Souhaitons-le. On pense en particulier à un SUV Fiat cousin du Compass, à une nouvelle Punto qui tardent à arriver…

Concernant les mauvaises nouvelles, on ne peut que souhaiter à FCA qu’elles disparaissent le plus vite possible. On pense en particulier aux affaires liées à la justice, à des technologies a minima hybrides  et à une meilleure gestion des produits qui ne doivent pas toujours céder le pas face à des considérations purement comptables…

Et surtout qu’espérer en 2018 ?

Avant tout le bonheur et la santé, agrémenté d’un soupçon de prospérité si possible !

Partager cet article

17 commentaires à propos de 2017 : bilan du groupe FCA – partie 2 : les difficultés, échecs ou mauvaises nouvelles

Fredo Assenza dit : S'abonner 5 January 2018 à 8 h 22 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1 0 0 0 0 0

Bravo pour cet article (et pour le premier sur les bonnes nouvelles). Malheureusement, la relance du groupe FCA passe obligatoirement par le départ de Marchionne ! Il n'y a plus le choix. Cela fait bientôt 14 ans que l'individu arrive à enfumer tout le monde avec son carisme (indéniable), ses petites phrases, ses plans de relance bidons, ses effets d'annonces, sa faculté à renoncer à des projets vitaux, ses magouilles financières. On se retrouve dans une situation où, paradoxalement, FCA se trouve dans une santé boursière incroyable, alors que les perspectives d'avenir sont très sombres. Et surtout Marchionne refuse d'investir, et quand il le fait, c'est comme s'il faisait un cadeau à la marque concernée. Pendant ce temps-là, toute la concurrence s'est remise de la crise de 2008/2009 et a augmenté ses parts de marché. Comment prendre au sérieux la stratégie actuelle quand on entend que le renouvellement d'une voiture comme la Punto (sortie en 2005) n'est pas une priorité, alors que Fiat a toujours été un des leaders de la catégorie des citadines. Comment tolérer que les usines italiennes tournent au ralenti (malgré des accords de compétivité parfois abusifs) quand, à côté, on confie la production de ses dernières nouveautés à Tofas (Tipo), Renault (Talento), Mitsubishi (Fullback), Mazda (124), et que l'icône italienne Fiat 500 est toujours produite en Pologne. La 500, justement, dont aucune remplaçante ne se profile, alors que Mini renouvelle son modèle emblématique tous les 6 ans. Comment ne pas enrager quand Lancia part sur la pointe des pieds, alors que la marque est une des stars de la voiture de collection. Le plan de relance de Maserati a été un feu de paille, et on sait tous, au fond, que celui d'Alfa Romeo est voué à l'échec et que jamais la marque ne vendra 400.000 exemplaires par an. Aux USA, ce n'est guère mieux : Chrysler est laissé à l'abandon comme l'a été Alfa il y a peu, avec une 300 présentée en 2011, qui n'était qu'un restylage de celle de 2003, avec une base technique remontant aux années 90, et dont la remplaçante est annoncée en 2020, donc en 2021 avec les fameux retards dont FCA est en effet devenu le spécialiste. Dodge est en manque de nouveauté et rien d'excitant ne se profile pour cette marque qui autrefois apportait le cash, avant qu'elle ne soit amputée de la gamme RAM. SRT a été un désastre. Seuls rayons de soleil : Jeep, dont la relance spectaculaire mérite, il est vrai, le respect. Puis RAM, qui se défend bien sur le marché US des trucks. Pour conclure, il faut vite que Sergio Marchionne s'en aille et qu'il soit remplacé par un homme ou une femme qui ose. Le refus d'investissement n'est pas viable à moyen terme pour une entreprise, et la méthode Marchionne arrive à son terme. On peut aimer ou détester Carlos Ghosn, mais reconnaissons-lui d'avoir, à un moment, pris des risques et investi, ce qui va certainement amener l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi à être le premier constructeur mondial prochainement. Idem pour Carlos Tavares : tout n'a pas marché chez PSA (la marque DS, la longue relance de Citroën) mais les succès compensent les échecs, et le groupe gagne de l'argent, en se permettant même de racheter Opel/Vauxhall. Et si aujourd'hui, Volvo ou Jaguar/Land-Rover (avec pourtant des actionnaires respectivement chinois et indien) gagnent de précieuses parts de marché et de l'argent, c'est en investissant, en prenant des risques. Pas en étant prudent et en abandonnant des catégories porteuses de volume. Le pire dans tout cela, c'est que le successeur de Marchionne verra certainement l'effondrement boursier de FCA et en sera tenu pour responsable, alors que c'est bien la stratégie hasardeuse de Sergio qui en sera la cause. Car oui, l'immobilisme d'aujourd'hui va forcément amener le désastre de demain. Dommage.

  • VW Polo
squirrel78 dit : S'abonner 5 January 2018 à 13 h 37 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
0 0 0 0 0 0

J'aimerais tellement être en désaccord avec cette analyse très fouillée, faisant suite à un non moins excellent article...malheureusement, je ne peux qu'acquiescer, avec tristesse!

  • Giulia 200, Abarth 595, spider 1750
Fredo dit : S'abonner 5 January 2018 à 18 h 01 min
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1 0 0 0 0 0

FCA n'est pas en forme qu'à la bourse, le groupe va bien mieux financièrement, et ça grâce à Marchionne. L'administrateur délégué, c'est à dire qui fait avec les moyens que lui donnent la famille Agnelli. Non pas que je veuille défendre le personnage, également aux conseils d'administration de Philip Morris et UBS (no comment...), mais il faut bien voir où sont les responsabilités. Il est réellement aux manettes depuis 2005, a été appelé à ce poste parce que la situation était catastrophique, a pris la crise de 2008 dans les dents - crise dont les entreprises du secteur automobile se remettent à peine - avec une boite à l'image désastreuse avant le renouveau 500. Il a eu la grande idée de reprendre Chrysler avec Jeep, au moment où la mode des SUVs explose au niveau mondial. Ce groupe FCA n'existe que depuis 2014 et comble les pertes en Europe grâce à d'autres modèles aux USA au même titre que chez PSA, dans une bien plus grande mesure. Par ailleurs je crois que la Punto existe déjà et qu'elle se nomme Argo au Brésil. Son chassis est mutualisé avec celui de la Tipo, de la 500L/X, du Jeep Renegade. On appelle ça des économies d'échelle, c'est pareil chez Alfa/Maserati avec la plateforme Giorgio et les moteurs. Elle peut sortir dans six mois, mais FCA attend qu'un accord de libre-échange soit signé entre les USA et l'UE (un accord que personnellement je rejette mais on voit bien que Trump malgré son agitation permanente ne décide de rien en réalité). Une entreprise mondiale se met en place assez rapidement d'un point de vue industriel (futurs modèles US avec la plateforme Giorgio ?). Avec d'autres actionnaires mais le même directeur, Ferrari sort des modèles et gagne beaucoup d'argent. En réalité ce sont les Agnelli qui ne savent pas s'ils doivent rester dans l'automobile... Pour finir il avait annoncé un objectif de 5 millions de véhicules, l'objectif est atteint.

    Fredo Assenza dit : S'abonner 6 January 2018 à 8 h 12 min
    Like
    Like Love Haha Wow Sad Angry
    0 0 0 0 0 0

    A priori, nos avis divergent et c'est tant mieux, le but étant de débattre. Tu comprendras bien que je ne suis pas d'accord avec toi. La crise de 2008, tout le monde se l'est prise "dans les dents", et tous les autres constructeurs ont remonté la pente en se remontant les manches et en investissant. Tous les autres groupes ont un planning de remplacement ou de création de modèles clair pour leur marque, et on sait dans quelle direction ils vont. Le seul groupe dont on ne sait rien, c'est FCA et pour cause : il n'y a plus les moyens d'investir dans les 9 marques italiennes et américaines du groupe. Je persiste à dire que si FCA est en bonne santé boursière aujourd'hui, c'est grâce, ou plutôt à cause des économies et du non-renouvellement de modèles vitaux. Voilà donc une stratégie qui, à court-terme, s'annonce fatale puisque les parts de marché vont forcément s'effondrer. Concernant le rachat de Chrysler LLC, je te rappelle quand même que Marchionne a été très opportuniste et a su l'obtenir pour une poignée de dollars. Et que la pseudo-relance des marques américaines s'est faite au détriment des marques européennes qui ont du vivoter sans nouveauté réelle pendant 5 ans. C'est une chose de vouloir créer un "nouveau géant", c'en est une autre d'assumer le nombre de marques et leurs spécificités, ce que n'ont pas su faire ceux qui sont aux manettes. Non, tu ne me l'enlèveras pas de l'esprit : Marchionne n'est pas le bon bonhomme. Trop de petites phrases, trop de plans produits non respectés (voire mensongers), trop de volte-faces, trop d'échecs (SRT, chrysler 200, Dodge Dart, Fiat en Chine, Viper, modèles Chrysler badgés Lancia), trop de situations insensés (2 modèles dans la gamme chrysler, vieillissement de la gamme Dodge, retrait de Lancia, gamme Fiat européenne, délocalisations). Moi je dis : OUT. La famille Agnelli doit se réveiller et mettre un vrai patron stratège en place, et pas un joueur de monopoly un brin mythomane, qui joue avec les milliards et avec le destin de ses employés, en réussissant de manière incroyable à convaincre tout le monde (même la bourse !), mais sans stratégie de fond réellement consistante.

      Fredo dit : S'abonner 7 January 2018 à 0 h 24 min
      Like
      Like Love Haha Wow Sad Angry
      0 0 0 0 0 0

      Effectivement nos avis divergent... Marchionne n'est pas Musk, c'est à dire pas un mythomane. Il avait annoncé un objectif de 5 millions de véhicules, les chiffres ne mentent pas. De même pour l'endettement. Rappelons qu'il y a eu une direction avant Marchionne et qu'elle est responsable de la situation catastrophique des années 2000, c'est à dire d'une Fiat qui ne tient que par la Punto (moins de 60.000 ventes tous modèles compris en France cette année). Pour l'entrée dans le capital de Chrysler, c'était un très bon coup, tu ne voudrais pas qu'il ait payé trop cher, si ? Fiat s'est planté en Chine, Jeep va y faire un carton. Pour les groupes qui ont brillamment traversé la crise, on a Saab, qui a fait faillite et a disparu; Volvo qui a été racheté par des chinois; PSA qui a été racheté par des chinois et l'état français; Rover (et Land Rover) racheté par des indiens, etc. Racheter Chrysler a été essentiel dans la survie de Fiat et Alfa Romeo, avec des conséquences qui m'agacent aussi: oui je suis impatient de voir une Giulia compacte, oui la carrière de la MiTo devrait être terminée, oui on attend l'Argo/Punto en Europe (dont l'habitacle devrait être repris par la Tipo), oui les montages financiers bizarres ne sont pas mon verre de vermouth, oui j'aimerais que les Fiat soient fabriquées en Italie. Mais je préfère que Fiat existe encore, qu'Alfa ne soit pas l'annexe d'un groupe chinois, et surtout je pense que l'avenir sera bon pour ces marques, parce que l'essentiel est fait: les châssis sont prêts, le mild-hybrid est à la portée de n'importe quel fabricant sérieux (Alfa en sera l'illustration prochaine) et les modèles ne demandent qu'à être déclinés ou exportés.

        Fredo Assenza dit : S'abonner 7 January 2018 à 20 h 09 min
        Like
        Like Love Haha Wow Sad Angry
        0 0 0 0 0 0

        Un brin de mauvaise foi peut-être... Saab n'est pas un groupe automobile, mais une marque (attachante) que GM a laissé mourir lors de la crise de 2008 tout comme FCA laisse mourir Lancia, mais sans crise... Volvo et Jaguar/Land-Rover sont passés respectivement sous pavillon chinois et indien, ce qui m'a largement contrarié à l'époque. Pourtant, force est de reconnaître que la stratégie menée a fait exploser les ventes de ces marques, que leurs plans produits sont limpides et surtout respectés, et que la production a été maintenue dans les pays d'origines et n'a pas été totalement délocalisée. De plus, tu sais très bien qu'il y a de fortes chances pour que FCA pactise prochainement avec ce genre d'actionnaires. A ce sujet, PSA n'a pas été racheté par Dongfeng et par l'état, mais ces deux derniers sont rentrés au capital à hauteur de 13 ou 14% chacun, à une époque où le groupe avait besoin d'argent frais, on est donc loin d'une OPA, même s'il est vrai que l'actionnariat de PSA est dur à comprendre. Je ne souhaite pas absolument que toutes les Fiat soit fabriquées en italie, mais SM ne peut pas d'un côté déplorer la sous-utilisation des usines italiennes, et de l'autre faire fabriquer les dernières nouveautés Fiat par des constructeurs extérieurs. Le cas de la Tipo, fabriquée chez Tofas dans un pays à bas cout et à la moralité douteuse tout autant que l'inde ou la chine, est à ce titre révélateur, et pour des chiffres de ventes qui ne cassent pas des briques. concernant la 500, il me semble que c'est un minimum, pour une voiture qui représente l'italie, qu'elle soit fabriquée en italie, et pas en Pologne, puisque la communication de Fiat est basée sur cette idée 500=italie. Pour la Punto, il y a une différence entre en être dépendant et ne pas la remplacer du tout. Tu peux me dire tout ce que tu veux, mais si Peugeot en était toujours à la 207 et Renault à la Clio III, il y aurait un sérieux manque à gagner ! Dans deux ans, on en sera à la Clio V et à la 208 II, et il n'est pas sur que l'Argos soit encore là ! Ne me dis pas qu'il n'y a pas de problème, surtout maintenant que Fiat a déserté les catégories supérieures et ne semble pas disposé à proposer dans sa gamme ce qui se vend, à savoir du SUV à toutes les sauces. C'est peut-être désolant, mais c'est comme ça, et la 500X ne suffit pas. Oui les châssis sont prêts, oui les projets sont en cours. Mais ces dix dernières années, Marchionne a annulé un projet sur deux, si ce n'est plus. Avoir des projets, c'est bien, encore faut-il qu'ils aboutissent ! Pour les nouvelles technologies, on attend autre chose d'un constructeur à 5 millions de véhicules qu'il fasse du mild-hybrid. On attend de lui qu'il propose des choses nouvelles, encore faut-il qu'il y ait encore un département R&D digne de ce nom chez FCA. Et pour terminer, oui l'objectif de 5 millions (annoncé en 2016) a été tenu, sauf que c'est un objectif qui avait été ramené à la baisse suite aux annonces de 2014 qui en annonçaient... 7 millions. tout est résumé ! Tu me permettra de te diriger vers ce lien : http://www.carsitaly.net/fiat_plan.htm Il s'agit du plan FCA 2014-2018. C'est en anglais, mais tu as juste à regarder les images montrant les modèles annoncés, et les chiffres promis en 2014, et tu vas mourir de rire... ou pas. tu ne pourras pas en tout cas me dire que Marchionne est un homme de parole et un visionnaire ! Je n'ai rien contre FCA, j'aime les marques italiennes (en particulier Alfa) et j'ai plutôt de la sympathie pour l'ex-groupe Chrysler. Je souhaite vraiment que ce groupe se développe et réussisse, mais il faut que SM s'en aille. C'est un financier qui hypotèque l'avenir du groupe. jamais un grand patron n'a autant raconté de balivernes que celui-là.

          Fredo dit : S'abonner 8 January 2018 à 17 h 49 min
          Like
          Like Love Haha Wow Sad Angry
          0 0 0 0 0 0

          "tout comme FCA laisse mourir Lancia, mais sans crise". Sérieusement ? C'est la crise pour tout le monde sauf pour FCA ? Et le plan produit d'Alfa est limpide, sauf qu'il nous ulcère: produire des SUVs à destination des chinois et des yankees. Pour info Volvo est en train de transférer sa production en Chine... D'ailleurs Tofas n'est pas un constructeur extérieur mais une co-entreprise du groupe FCA... Question délocalisation tu regarderas où sont produites les Clio, 208, C3, C3 SUV Truc... tout ce qui est en dessous d'un certain niveau de prix (sauf pour Volvo donc) est délocalisé pour conserver les marges, crise oblige. Pour autre chose que du mild-hybrid (que la future Clio annonce pour 2019), tu iras jeter un œil sur cet article: http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/07/19/en-chine-les-terres-rares-tuent-des-villages_1735857_3216.html . Non le tout électrique n'est pas une solution d'avenir. Au final Mazda ne partage pas non plus cet "enthousiasme", et on ne dira pas qu'ils sont à la ramasse, eux. D'ailleurs j'avais suggéré une collaboration de ce côté, étant donné la longue relation fructueuse entre les deux groupes (une relation qu'a été incapable de mettre en place VW). Enfin l'Argo est déjà prête, il n'y a qu'à redessiner un capot pour la faire débarquer en Europe (franchement je la trouve superbe pour une citadine, mieux finie que la Tipo d'ailleurs). C'est juste une question de droits de douane (oui on pourrait la fabriquer en Italie, je suis d'accord). Je n'ai jamais dit que Marchionne était un visionnaire, j'ai dit qu'il était aux ordres des Agnelli, qui eux ne savent pas quoi faire. Cela se reflète dans la valse-hésitation du groupe FCA: investir, mais a minima. Avec ça, je note que la Giulia est référente sur son segment, idem pour le Stelvio; idem pour le Renegade (plus de 200.000 ventes dans le monde, à date); que la Tipo est bien partie pour être un succès (avec les nouveaux FireFly fabriqués en Pologne et, pourquoi pas, un nouvel intérieur inspiré de celui de l'Argo ? y compris sous le nom Dodge), et que le Compass 2 a un gros potentiel mondial. Renault-Nissan me parait moins bien armé au niveau mondial, avec des marques moins reconnues, que ce soit dans le luxe, dans les SUVs et franchiseurs (FCA aurait intérêt à ne commercialiser que Jeep sur ce créneau), et dans la voiture populaire mais élégante (que Fiat est à nouveau, après des années 80 terribles), avec des plateformes nettement moins mutualisées entre modèles et marques.

            Fredo dit : S'abonner 8 January 2018 à 18 h 05 min
            Like
            Like Love Haha Wow Sad Angry
            0 0 0 0 0 0

            Quant à la "moralité douteuse" de la Turquie, excuse moi mais quand on a un premier ministre qui s'enfuit en Tunisie pour échapper à la "justice" du pays, je crois qu'on n'a aucune leçon à donner. L'opération mani pulite ayant amené un certain Silvio B. au pouvoir... Tu dois connaitre suffisamment l'Italie pour en convenir avec moi...

              Fredo dit : S'abonner 7 January 2018 à 0 h 33 min
              Like
              Like Love Haha Wow Sad Angry
              0 0 0 0 0 0

              J'en profite pour rappeler que Gianni Agnelli a lui fait produire la Panda de 1980 à 2003... Par ailleurs je rectifie un point: en 2009 Fiat est entré au capital de Chrysler, en 2010 la Giulietta sortait en Europe.

                mafioli dit : S'abonner 8 January 2018 à 10 h 03 min
                Like
                Like Love Haha Wow Sad Angry
                0 0 0 0 0 0

                Quand on parle de relance de Maseratti il faut savoir de quoi on parle. Historiquement cette marque n'a jamais dépassé les 5k d'unité avant le plan ambitieux lancé il y a quelques année. Aujourd'hui on en est à 45k je crois. C'est pas mal. Pour Alfa Romeo le plan n'est pas terminé et en effet la Giuletta doit être remplacée et il faut une Giulia SW de toute urgence. Mais là aussi Alfa n’a jamais faut plus que 300 k par an et c’était les années de folie. La plupart du temps on est à 150-200 k point. C’est presque de l’artisanat et ça donne l’exclusivité que moi en tout cas je recherche. Pour le reste ce qui se passe aux USA est déjà un exploit. Souvenons-nous que pendant la crise tous les constructeurs US ont été aidé à coup de milliard par Obama et que les lois sur les faillites n'ont pas été appliquées comme elles auraient dû, car sinon aujourd'hui il n'y aurai tout simplement plus d'industrie auto aux US. Les marques anglaises n'existent qu' à travers des fonds d'investissements Indiens ou chinois ou qatari je crois... pas glorieux mais nécessaire pour survivre! La cuisine chinoise et italienne ne se marie pas bien du tout, il y a qu’à voir avec l’AC Milan. Ensuite voilà Fiat ca a toujours été olé olé, en tout cas depuis que je m'y intéresse. Les Italiens dont je suis ne sont pas aussi planificateurs que les Allemands c'est claire, mais il faut leur laissé leur coup de génie. Quand je vois la fadeur des skoda, Seat, VW et même des BM ou Audi...

                • Alfa Romeo
                Jérôme dit : S'abonner 8 January 2018 à 12 h 15 min
                Like
                Like Love Haha Wow Sad Angry
                0 1 0 0 0 0

                Intéressante la comparaison Jaguar / Alfa Romeo : puisque la marque Anglaise est considérée comme à succès avec un peu moins de 65 000 ventes sur les 11 mois de 2017, comment doit-on qualifier Alfa qui sur la même période score à plus de 81 000 ? Une marque à gros succès ? Et le mois de Décembre devrait confirmer, les chiffres France étant déjà très bons. Par ailleurs, pour ceux qui considèrent Lexus comme une autre marque à succès, Alfa vend juste deux fois plus de voitures qu'eux sur le marché Européen... Aux Etats-Unis c'est une autre chanson,certes, mais Alfa a vendu une peu plus de 12 000 autos là-bas sur tout 2017, record absolu pour la marque avec une très forte progression de Novembre à Décembre ce qui est de bon augure pour 2018. Au global sur 2017 les ventes dépasseront probablement légèrement les 100 000 ce que je trouve pas si mal pour une marque convalescente.

                • Alfa 156 / Alfa 33
                Stanislas dit : S'abonner 8 January 2018 à 23 h 40 min
                Like
                Like Love Haha Wow Sad Angry
                0 0 0 0 0 0

                En ce qui concerne les gammes Fiat et Alfa actuelles même si elles demandent à être complétées personne ne peut dire honnêtement que ce ne sont pas les meilleures voitures de leur segment en ce qui concerne les Giulia et Stelvio. Pourquoi elles ne se vendent pas davantage? Parce que les cadres moyens ou cadres sup tu leur dis qu’ils vont avoir une Audi, une BM ou une Mercedes ils en pissent de joie. Alfa Romeo est réservé aux connaisseurs, pas à ceux qui rêvent de la qualité allemande (excellent slogan mais pour la fiabilité la réalité n’est pas conforme au rêve). Le graal du mec qui roule en 308 ou en Megane c’est quoi? Pouvoir s’acheter un jour une Audi ou une BM. Alfa Romeo est à côté de ça car c’est une marque pour les passionnés et les connaisseurs. Et donc les volumes sont plus modestes. La gamme Fiat doit être complétée par la remplaçante de la Punto mais sinon les 500, 500X, Tipo, n’ont rien à envier aux concurrentes de chez Peugeot ou Renault.

                • Alfa Romeo Giulietta Veloce, Abarth 595 Turismo
                Melito68 dit : S'abonner 9 January 2018 à 18 h 09 min
                Like
                Like Love Haha Wow Sad Angry
                0 0 0 0 0 0

                La Fiat 500 n'a rien à envier à une Peugeot ou à une Renault ? Il me semble que la Fiat 500 a été conçue il y a 12 ans...corrigez-moi si je me trompe. Je doute que les modèles équivalents chez Peugeot ou Renault soient aussi anciens. Idem pour la Punto qui accuse déjà 10 ans là où la concurrence offre de nouveaux modèles. Une marque qui vit est une marque qui se renouvelle, c'est ce qu'on attends de Fiat comme de tout autre constructeur. Le client est roi c'est lui seul qui fait et défait les marques automobiles. Fiat n'est pas au-dessus de cette règle...

                • Fiat
                Stanislas dit : S'abonner 9 January 2018 à 22 h 11 min
                Like
                Like Love Haha Wow Sad Angry
                0 0 0 0 0 0

                Absolument, la Fiat 500 est toujours dans le coup et n’a vraiment rien à envier à une Twingo ou à une Peugeot 108. La Fiat 500 a réussi a ne quasiment pas vieillir alors qu’elle va avoir 10 ans. Il va falloir la remplacer (c’est prévu pour 2019-2020) mais le faire avant n’aurait servi à rien.

                  Jroule75 dit : S'abonner 10 January 2018 à 15 h 33 min
                  Like
                  Like Love Haha Wow Sad Angry
                  0 0 0 0 0 0

                  On dira simplement qu'avec un renouvellement un peu plus fréquent que chaque 10 ou 12 ans, FIAT s'éviterait certaines mauvaises pubs comme avec la Punto et son absence d'étoile EuroNCap. Même si tout le monde s'en fout, les faits sont là. FIAT vend en 2017 (et même en 2018) un véhicule neuf ayant récolté 0 étoile ! On sait très bien que ça ne signifie pas que la Punto est un cercueil ambulant mais avouez que ça fait pas bonne presse. De plus, encore en 2017/2018, FIAT et Alfa Roméo trainent leur mauvaise réputation acquise dans les années 80 et 90. C'est triste. Une fois de plus, des renouvellements plus respectés, permettrait de faire parler de FIAT (FCA en fait) de façon positive, montrant une marque dynamique et pas attentiste. FCA est out sur l'hybridation et l'électrique. Certes, FCA, enfin FIAT est présent sur le GPL, mais dans l'automobile, le GPL ne fait pas rêver et c'est synonyme de technologie un peu ancienne. Le GPL ça existe depuis plus de 20 ans. Ce n'est pas encore aller de l'avant.

                    Fredo dit : S'abonner 10 January 2018 à 16 h 47 min
                    Like
                    Like Love Haha Wow Sad Angry
                    0 0 0 0 0 0

                    La 500 est à renouveler essentiellement pour améliorer l'aspect sécuritaire du châssis mais dans quelle autre micro-citadine trouve t on un airbag pour protéger les jambes du conducteur ? Et la 500 reste iconique, au point que quand Renault prétend rendre hommage à sa R5 tout le monde voit une copie de l'italienne... Pour une à deux personnes en ville elle fait le job, avec élégance. Manque peut être un moteur plus plein pour le périphérique éventuellement.

                      Stanislas dit : S'abonner 10 January 2018 à 22 h 56 min
                      Like
                      Like Love Haha Wow Sad Angry
                      0 0 0 0 0 0

                      Si on veut une 500 avec un moteur plus plein il y a tout ce qui faut chez Abarth, de 135 à 190 chevaux . Au passage l’Abarth 595 est un jouet génial avec une sonorité qui mets de bonne humeur le matin (encore plus avec l’echappement Record Monza ou l’Akrapovic). Sinon c’est exactement ça, la Fiat 500 est chic et parfaite pour la ville.

                        Laisser un commentaire

                        Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués de * sont obligatoires.

                        Indiquez la ou les voitures dont vous êtes propriétaire.